2e semaine août 2006

16/08/06 récapitulation .....

Ainsi donc vers 1963 il m’a été donné l’intuition très vive et très précise de quatre éléments scientifiques dont l’un double..... Premièrement celui du relief stéréoscopique que je cherchais pour aider à mes travaux de portraits peints. L’application définitive de sa vulgarisation en a été faite publiquement le 21/05/04, sa mise en pratique n’étant qu’une question de modalités ne dépendant pas entièrement de moi. Malgré l’intérêt social représenté, il ne m’intéresse plus vraiment à côté de ce qui suit...... Deuxièmement j’ai reçu l’intuition du relief hors écran dont je n’avais jamais eu aucune idée jusque là, c’est à dire des données de l’hologramme mais dans une version en partie différente, et pour moi parfaite, de celle déjà connue. Troisièmement il m’a été donné l’intuition d’un générateur polaroïd transformant la lumière en matière "synthétique" ( donc un créateur de matière physique) par l’effet du mouvement continuel de captation d’une spirale. Il m’a été donné d’en voir une réplique naturelle dans un coquillage sauvage qui par le mouvement d’une spirale semblable s’amuse à créer une poudre jaunâtre que les scientifiques n’arrivent pas à analyser et qui selon moi ne serait rien d’autre qu’une création de matière physique..... Mais si la vulgarisation du relief à l’intérieur d’un écran dit stéréoscopique, déjà résolue pour moi, ne m’intéresse pas directement, c’est que la dernière intuition, confirmée depuis par d’autres, avec pour moi ses retombées mystiques, choix de Jésus-Christ comme le seul Messie de l’humanité, et son importance dans le sort humain, efface toutes les autres..... En conséquence il m’a fallu prendre toutes ses représentations réelles à la fois spirituelles et matérielles, donc mystiques, dans leur ensemble et chercher leur dénominateur commun pour le bénéfice de l’humanité dont je ne suis que quelque milliardième partie .... Je l’ai trouvé dans la révélation catholique faite par l’homme-DIEU au coeur des évangiles de l’humiliation temporelle Divine, source de toute démarche restaurée quelle qu’elle soit, pour l’Amour de SA créature ou pour toute autre considération .... Depuis plusieurs années il m’est donné d’en développer petit à petit les approches inter religieuses bien que souvent dans un langage chrétien, sur internet, sans plus savoir maintenant, ayant renoncé au compteur d’accès, si je suis suivi ou non, malgré de rares mail .....

17/08/06 conduite ....

C’est TOI qui peut nous conduire, à travers la personnalité que TU nous a donné, là où TU as été pour en faire le rappel nécessaire aux enfants, TA royauté sur terre n’étant que souffrance humiliante, alors qu’ au Ciel elle est béatitude Glorieuse..... L’anéantissement Divin temporel, infiniment douloureux, restaure en effet éternellement la pure horreur humaine .....

18/08/06 événements .....

Que sont les événements du plus petit au plus grand en face de la souffrance humiliante sans mesure de l’ homme-DIEU restaurant la vie primitive temporelle et éternelle de SES frères.... Avec tous les fervents, en faire le rappel envers et contre tout .... Mais pour entrer dans le chemin de croix, il faut d’abord avec la couronne d’épines transperçant nos pensées d’amour-propre jusqu’à la racine, en même temps les affres de la flagellation arrachant la chair de notre sensualité ......

19/08/06 rien d’autre ....

Ne rien savoir d’autre que les souffrances humiliantes du Christ Jésus offrant avec nous la régénération du monde au Père. SES douleurs ou la volonté de souffrir saintement sont une seule et même chose, au Ciel étant la joie surérogatoire. Avec la grâce de DIEU, en faire le rappel vivant .....

20/08/06 vivre ...

Au-delà du poids des prémonitions et de la boue temporelle, vivre l’Amour affectif et effectif dans son sang donné ( ou toute autre voie reconnaissant l'humilité et la douceur du centre de DIEU) .... Le Christ est la chair et le sang de la croix Rédemptrice ( source des contraintes infimes ou supérieures) qui est destinée à chacun d’entre nous ......

21/08/06 ce qui compte ...

Ce qui compte... "le but, la souffrance" .... Un instant de souffrance limitée prise pour une éternité de jouissance sans mesure donnée. Mais comme on noie le poisson avant de le tirer de l’eau, de peur qu’il rompe la ligne, le Seigneur se sert de toute une industrie gigantesque pour cette fin. N’hésitons donc pas à participer réellement, ne serait-ce qu’en esprit, au supplice ( infiniment douloureux et humiliant humainement, Divinement éternellement triomphant et Glorieux) du Christ régénérateur , que par une grâce imméritée et gratuite nous soyons innocent comme LUI, ou que, à peu près tous coupables d’au moins quelque chose, nous l’ayons mérité. Ainsi coupables ou non, nous ne pouvons nous réfugier que dans l’humilité et la douceur du coeur de DIEU .....

22/08/06 pauvreté .....

Nous sommes ensemble, DIEU portant SES souffrances humiliantes infinies en Christ Jésus, nous, en en accueillant les mérites et en y participant dans la paix selon ce qui nous est donné dans la foi que nous avons à entretenir.... Mais comment vouloir "enrichir" DIEU de notre union si l’on ne comprend pas ou si l’on ne veut pas comprendre SA pauvreté, réalité d’humiliation temporelle si douloureuse pour LUI en SON Christ .... Quand nous offrons notre liberté de néant pour que DIEU repose intimement en nous, même avec les douleurs extrêmes dues à notre révolte originelle et aussi actuelle, SA joie surérogatoire resplendit au Ciel éternellement ....

23/08/06 angle ...

.... comme un angle à 360° reposant sur l’intersection de deux droites virtuelles en forme de croix! .... désirer vivre le cri final de victoire du Christ au Golgotha .... Un jour Thérèse d’Avila qui avait compris par sa foi en la Passion du Christ l’intérêt spirituel énorme de la souffrance et qui avait pu témoigner que de toute sa vie elle n’avait pratiquement su que souffrir, s’est vu cependant faire le reproche par Jésus que si elle LUI demandait bien la souffrance, d’un autre côté elle la fuyait. Or n’en a-t-il jamais pu être mécaniquement autrement dans le comportement de la nature des êtres vivants avant (cf. Conte du 25/12/05) comme après le péché originel? Et n’est-il pas normal, même dans le travail religieux de perfection, de se voir toujours enclin malgré soi à cette fuite? En fait ce que Jésus semble reprocher à cette Sainte de premier ordre n’est pas tant un double langage qu’encore un léger manque d’union à LUI-MÊME. En effet la seule chose manifestement chercher par DIEU, le TOUT, en toutes religions droites et spécialement par le Christ, réside dans une union continuelle des créatures avec LUI, quelle que soit par ailleurs la débilité de l’âme (religieuse ou laïque) qui peut faire qu’à certaines il ne soit demandé que de peu souffrir en cette vie ( bien qu’à une débilité sans mesure soit quelquefois octroyées des grâces inhabituelles) ou bien si elles en ont compris l’efficacité mystique même seulement de souffrir de ne pas souffrir .....

4e semaine août 2006