16/04/04 ... On voudrait bien du christianisme, peu veulent de Jésus ..... Souhaitons être de ces derniers pour la Gloire de DIEU comme pour le salut du monde tout en relativisant ce que le monde croit nous apporter et qui n’est comme nous que néant ....

Effectivement comme le disent les évangiles à plusieurs reprises, je crois l’être humain foncièrement mauvais, bien que DIEU l’habite. Mais peut-être en fait n’y a-t-il de mauvais que moi-même et que tout le mal du monde découle de là?!.... Toutefois s’il y a beaucoup d’êtres qui paraissent bons, s’ils ne reconnaissent pas vraiment d’où vient leur bonté, ils blasphèment DIEU à qui tout Bien est dû et deviennent alors avec leur bonté les pires suppôts de l’enfer.... Cependant, plus que tout, je crois à la souffrance sans mesure de toute la vie humaine de Jésus-Christ, jusqu’au paroxysme de SA Passion et de SA mort, infiniment rédemptrice des pires maux, à l’exception toutefois de sa non-reconnaissance volontaire, puisqu’elle ne pourrait librement s’appliquer et que l’essence de l’homme c’est sa liberté ....

17/04/04 En croyant "espérèment" , il nous faut comprendre, à notre grande honte, la beauté de la souffrance, qui par l’interaction des esprits, arrache les êtres humains à leur orgueil sans espoir... AVEC Jésus, faire nôtre l’humble et rigoureuse tension de l’Amour ...Mais il y a des âmes tellement faibles, comme la mienne par exemple .....

18/04/04 Même si Jésus-Christ n’était pas mort crucifié, étant donné les souffrances sans mesure de tous les jours de SA vie et celles pires encore de SA mission de trois ans, comment aurait- IL pu vivre plus longtemps?! On s’en rend mal compte, car engoncés dans notre révolte d’origine, et supportés par la Bonté de DIEU, nous n’avons pas conscience de la catastrophe véritablement cosmique qu’a été le refus de l’union mystique parfaite du premier couple humain arrivé, au nom de l’humanité entière, à échéance spirituelle (il n’y a peut-être pas plus de 7000 ans?!). En conséquence, nous ne nous rendons pas bien compte, non plus, de la Miséricorde Divine incommensurable, incarnée pendant trente trois ans et neuf mois en l’homme juif Jésus et la somme d’effort infini qu’elle a demandée. Mais les souffrances de SA Passion ont été indispensables pour nous apprendre à lire un peu celles de SON Être et ce qui en est la cause. Combien donc il est plus demandé à ceux qui peuvent le comprendre. Qu’ils n’hésitent pas à augmenter toujours davantage leur confiance et leur ferveur. C’est d’eux que dépend le salut du monde, Gloire de DIEU ......

Jésus réalise l’imbibition de l’ Amour Divin pour qu’elle étende, si nous le lui permettons, SA Toute Puissance jusqu’au plus profond de notre révolte originelle, en nous gardant de nous-même, par la réciprocité des âmes..... Et s’il nous a été donné de rester sur terre, c’est pour rééditer avec LUI, en vue des enfants, un instant de SA Passion salvatrice .....

L’homme Jésus, un esprit épris de la Vérité totalement universelle qui se livre comme tel à la révolte humaine; ainsi se présente le Messianisme sans frontière de Jésus-Christ auquel nous devons avec LUI et les siens adhérer. Mais la christologie juive fusionnelle qui LUI est liée ne doit pas l’étouffer alors que SA résurrection de 40 jours confirme SON règne, SA Puissance et SA Gloire sur terre, en nous interdisant tout autre jugement....

19/04/04 .... Tout étant DIEU, hormis l’orgueil ..... communier à la livraison de DIEU à DIEU .... En effet ce qui compte sur terre c’est la prise de possession Divine totale de tout abîme, même de faiblesse, car tout doit appartenir à DIEU .

Les mérites des souffrances passées, présentes et à venir du monde entier, recueillies en l’incarnation du pain eucharistique, imprègnent notre vacuité et l’arrachent, si nous le voulons, à la révolte éternelle ... Ainsi ceux qui souffrent, servent à tous malgré eux ...

20/04/04 .... que donc ceux qui souffrent, même à la limite du supportable, ne désespèrent pas, mais se confient davantage, comme ils le peuvent, aux douleurs sans mesure du Christ ....Mais la Puissance sans borne de l’abaissement de DIEU dans l’univers jusqu’à l’être humain, provoque cette audace sans nom .... Au-delà de l’humiliation quantificatrice de la raison, DIEU Seul à DIEU Seul par DIEU Seul (LUI et nous) ...

21/04/04 Les yeux intérieurs rivés sur le Règne, la Puissance et la Gloire de la croix, en priant le Notre Père, nous laisser faire dans notre grossièreté, c’est déjà beaucoup. Car qui veut sans faille, en esprit et en vérité, le règne de DIEU sur terre, sinon SON Fils et par grâce unique SA mère, l’immaculée Vierge Marie, suivie de loin par les saints....

(Un Gandhi et un Dalaï Lama, aussi grands soient-ils, ne peuvent pas accéder au Christ à cause de leurs attaches politiques. Qu’en est-il de nos attaches?... )

La souffrance marchepied de la joie éternelle sans égale appelle à clouer la révolte avec Jésus ...

... ainsi donc, plus on souffre, plus on sert ... Mais Jésus mieux qu’un autre connaît notre révolte. Et la tension qui existe dans l’Église n’est que le reflet de la tension de l’humanité entière, jugulée dans l’Église catholique par l’exercice de la pleine (ou qui devrait l’être) charité unitaire maintenue par l'autorité du Pape .....

22/04/04 ... c’est toujours à travers SA souffrance qu’il nous faut contempler la vie de Jésus-Christ, adorer SON enfance, comme SON adolescence ou SON âge adulte jusqu’à la Passion de SA mission et de SA croix. C’est la condition de notre approche de SA Divinité et de celle du salut du monde entier.... Mais même à l’enfant Jésus, enserré dans les douleurs futures de la croix, appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire: folie pour les sages et les savants, espérance des petits et des simples.... Comprenne donc qui pourra ...

4e semaine avril 2004