2e semaine avril 2007

16/04/07 relèvement ....

Le Christ Jésus n’a de cesse de relever l’extrême limite de la faiblesse humaine pour faire de Ses fidèles attentifs le sel spirituel de la terre....

17/04/07 violence ...

C’est avec violence sur soi-même qu’il faut se mettre en dessous de la croix du Christ, la place de la Vierge Marie et de tous les saints intimes.... Mais qu’il est difficile à une âme, contente d’elle-même, qui croit avoir toujours fait son possible dans la vie, de rencontrer le Seigneur. La suffisance qu’elle a d’elle-même la serre à la gorge ......

18/04/07 exposé ....

Le sacrifice du sentiment de foi que nous avons à faire quelquefois, sert aussi à la marche ou au relèvement d’autres âmes. Ne nous troublons donc pas mais au contraire profitons-en pour nous humilier toujours davantage..... Même si nous semblons nous trouver en avant de la marche de l’Église conduite par le Pape, ce qui compte c’est son cheminement, quel qu’il paraisse, toujours voulu par le Seigneur en considération du Souverain Bien nécessaire aux âmes du temps présent. D’autant plus qu’étant donné l’orgueil drastique de la faute originelle, l’homme est toujours exposé à se tromper dramatiquement..... Est-ce que donc le Christ moral, si pénible d’accès à l’homme pécheur, ne peut-il être reconnu comme l’ultime tréfonds de toutes les religions y compris chrétiennes?... C’est ce qu’il m’a été donné de dire au sujet de la révélation Messianique de l’humilité et de la douceur hors nature de DIEU dans l’univers fondement de l’Amour Chrétien (dans lequel il n’y a aucune opposition mais une nécessité d’autant plus rigoureuse) comme celui de toutes les autres voies religieuses pour la Gloire éternelle du Ciel....... Est-ce que l’on ne peut pas considérer toutes choses et tout être, hormis le péché, comme DIEU LUI-MÊME, au Ciel comme dans l’univers?.... C’est ce qu’il m’a été donné d’exprimer jusque dans les sciences humaines, philosophiques et techniques, avec la réserve essentielle que le DIEU de Jésus-Christ dépasse aussi même cela et qu’on ne peut donc LE considérer dans la temporalité que comme en état d’humiliation provisoire .....

19/04/07 rupture ....

Depuis la rupture morale originelle avec l’état d’humiliation primitif de l’humanité qui était à l’image de celui de Dieu toujours présent dans la temporalité, l’homme ne comprend plus à quel degré de présomption à la condamnation de l’enfer éternel il est arrivé. En effet l’attrait que DIEU lui a conservé pour la vie terrestre dans l’optique de sa conversion morale par la rédemption de Jésus-Christ l’empêche de considérer à quelle amplitude infernale l’enferme le moindre oubli de la nature Divine, en fonction même de Ce qu’Est DIEU. Mais la Rédemption a été offerte aux âmes de toutes les religions, selon leurs voies, par la livraison que DIEU s’est faite à LUI-MÊME en Son Fils Jésus Messie universel. La conversion consiste à revenir à l’état d’humiliation primitif qui est devenu extrêmement douloureux pour tous et auquel l’humanité tente de pallier par tous les moyens même les moins appropriés.... Ne pas chercher où nous sommes conduits sinon à la Gloire Éternelle ......

20/04/07 se taire ....

Il vaut mieux souvent se taire pour agir intérieurement: lutter et aimer, sans honneur, sans gloire, avec ou sans consolations.......

21/04/07 Pourquoi?

Pourquoi il m’est donné de tant mettre en exergue l’humiliation ( et montrer l’état moral d’humiliation primitif de l’humanité d’avant le péché originel :

www.f-v-m.net/delayefvmjour/decembre6d.htm ), chose qui fait fuir tout le monde par sa complicité à la souffrance radicale?.... Simplement parce que notre époque commençant à réaliser par ses moyens techniques (qui devront s’amplifier dans le futur jusque par leur fusion avec la mystique!) l’unité du monde profane a soif de comprendre l’unité des religions... Et toutes les religions recouvrent cette unité profonde, tellement elle est douloureuse à chacun et intouchable directement, par des chemins divers ( amour, compassion, obéissance, adoration, tolérance, componction, etc.....). Il fallait donc ne pas avoir peur de la dénuder, de la nommer et de la montrer du doigt telle que le Messie Juif n’a cessé de le faire à travers toute sa vie et sa mort complétée par sa résurrection, ne la nommant en tout et pour tout que par deux mots: "humilité et douceur de DIEU". Ce n’est pas qu’il faille nier le caractère peu agréable naturellement de ce fondement d’unité mais il est nécessaire de bien montrer pourquoi toutes les religions emploient des industries prépondérantes diverses qui s’y confondent pour guérir hors nature ce que l’on ne peut appeler qu’une blessure originelle. L’Amour Chrétien plus et peut-être mieux que d’autres voies, donné comme commandement par le Christ Lui-Même, nous conduit à ce fondement d’unité inexorable .....

4e semaine avril 2007