23/12/03 Il faut prier sans cesse pour que le Christ Trinitaire envoie toujours plus d’âmes d’élections au monde, dont dépend le sort de l’univers, c’est à dire des ouvriers (laïcs, prêtres ou religieux) choisis pour SA moisson qui est abondante. Car contrairement à ce qu’on croit de SA Toute Puissance, IL ne peut pas donner certaines grâces si on ne le LUI demande pas, à cause de SA douce humilité incarnée qui s’abaisse à dépendre de SA créature humaine .....

24-12-03 La livraison à DIEU (et au prochain) qui nous est demandée, nous devons la faire AVEC la Toute Puissance humiliée par amour du Christ Trinitaire.

25-12-03 Avec Marie, demander, dans la paix surnaturelle, la participation à la volonté de souffrir de Jésus, présente à tous les instants de SA vie, pourvoyeuse du salut des âmes, joie de la Gloire des cieux.....

26-12-03 J’ai parlé de la nécessité de la souffrance, rappelant ce que disent tous les mystiques: que plus on souffre plus on sert. Je veux résumer maintenant pour plus de clarté tout ce qui en a été signifié, étant bien entendu que quand la souffrance est présente il n’est plus temps d’en discourir.

 Jusqu’au moment où le premier homme et la première femme, dans un monde humain déjà très civilisé, ont accédé à la plénitude de l’union mystique, autant qu’on puisse s’en rendre compte par l’histoire mystique des religions (pas seulement juive qui a nommé ce couple Adam et Éve), il y a seulement environ 7000 ans, la notion de la souffrance humaine et de la mort n’a dû être que toute animale. Elle n’avait donc que sa fonction régulatrice naturelle. Mais à partir du sentiment général même minime de l’accès ressentie par la race humaine toute entière, grâce à la communion spirituelle, à la plus haute fusion unitive mystique qui soit de l’un des leurs, la destinée humaine a évolué. Désormais par suite de la rupture orgueilleuse de cet état de fusion unitive, l’être humain chassé du "paradis terrestre" s’est retrouvé aveuglé face à sa vocation, craignant à cause de son orgueil la mort et la souffrance sur un tout autre registre que précédemment.

On peut noter que si l’être humain était resté fidèle, la mort n’aurait été pour lui qu’un passage spiritualisé et que la souffrance animale aurait été absorbée par la joie surnaturelle. C’est maintenant ce qui se passe mais dans la lutte de la foi avec la venue de Jésus-Christ dont tous les fondateurs de religions bien nées cherchent plus ou moins heureusement à rejoindre le charisme.

La souffrance, unie à celles du Christ dont tout le monde ou presque connaît l’histoire qui tient dans quelques pages: les Èvangiles, prend donc une valeur, toujours par la communion spirituelle, de guérison de l’orgueil humain. C’est dans ce sens que l’on dit: plus on souffre, plus on sert, puisqu’il s’agit du salut d’âmes pour une joie surnaturelle d’éternité dont la vue est obscurcie pour l’instant.

La recherche des civilisations de l’amoindrissement de la souffrance est une chose normale consécutive au projet initial de la création qui doit être partagée avec tous, d’autant plus que l’on ne connaît jamais assez l’état malheureux de révolte du genre humain.....

27-12-03 ... l’essentiel est d’arriver à obtenir du monde entier, à commencer par les âmes d’élection, une certaine disposition à s’humilier, qui sera, il est vrai, plus complète chez les uns ou les autres, nécessaire à l’amour....

L’Esprit de DIEU cherche sans cesse à pénétrer toutes les âmes quelles qu’elles soient, mais dans celles qui sont chrétiennes, IL le fait avec la plénitude de la révélation de SA douce humilité infinie support de SON amour......

L’amour de DIEU pour chaque âme est tout à fait singulière et particulière lui donnant un amour original malgré les déviations que notre liberté cherche à LUI imprimer...

28-12-03 Les souffrances du Christ nous défendent de nous-même....

Pour tout ce qui a été dit ici et au delà, la voie de celle de Thérèse de l’enfant Jésus, se jeter les yeux fermés dans les bras du Seigneur.....

L’orgueil de l’être humain a du mal à accepter, du fait que tout LUI est dû puisqu’IL est TOUT BIEN, la douce et infinie humilité de DIEU.....

29-12-03 C’est en effet la beauté mais de la souffrance, si infime soit-elle, unie à celles , sans mesure, du Christ, qui sauve le monde en le guérissant de son orgueil par une certaine disposition à s’humilier, fondement de l’amour. Mais malheureux que nous sommes dans notre aveuglement, bien que ce soit de notre devoir de prendre soin de la santé de notre corps et que tout soit mesuré par la Providence à notre taille spirituelle, nous fuyons sans cesse le salut qui nous est proposé..... Ainsi l'amour exige le soulagement pour les autres, la peine pour nous, avec comme seul interlocuteur Jésus-Christ Trinitaire, crucifié et ressuscité.....

30-12-03 Tous les petits et gros inconvénients que DIEU-Christ permet, le sont pour nous alléger du poids de notre orgueil qui empêche de reconnaître SON amour dont le fondement est SA douce humilité infinie et Souveraine....

31-12-03 Contemplant sans cesse la Plénitude Divine descendant jusqu’en dessous de notre abîme, servir en SON Nom toutes les créatures et spécialement d’une manière détachée et spirituelle les âmes "poissardes" (qui nous collent superficiellement).... DIEU Seul l'Unique qui mérite d'être servi...

1e semaine janvier 2004