Janvier 2004

01/01/04 En Christ, aimer DIEU de SON Amour à LUI ( pour LUI-MÊME, Tout ÊTRE étant, et pour nous, rien néant à devenir....).

"En TES mains Seigneur, je remets mon esprit..." Confiance jusque là ....

02/01/04 La douce humilité ce n’est pas ne pas reconnaître ce que nous sommes en qualités. DIEU se reconnaît DIEU, à qui tout est dû. IL se met cependant au-dessous de tout par amour......

03/01/04 Quelle que soit la religion, c’est la plénitude de la foi au Christ, nommément ou non, qui sauve et donne de sauver. Le Christ donne parfois de vifs sentiments religieux à ceux qui peuvent être encore très loin de LUI, tellement son amour est impatient de se manifester.....

04/01/04 Ne jamais laisser le Christ-DIEU seul, dans la douceur comme dans la douleur, dans le boire, le manger ou le dormir, comme dans toutes nos activités ou repos.

Trop souvent, les hommes, malgré les mots, et parfois aussi quoique chrétiens, honorent un Dieu qu’ils font à leur propre image, c’est à dire un Dieu d’orgueil, d’où les dissensions religieuses, au lieu de révérer DIEU tel qu’ IL S’est fait connaître par SA propre réalité, le Christ, c’est à dire DIEU d’une infinie et douce humilité, fondement de l’amour véritable......

05/01/04 Pour promouvoir dans l’Église et le monde entier la reconnaissance de la douce et infinie humilité de DIEU, support de SON amour, il n’y a qu’une voie qui est de la rechercher en confiance de toutes nos forces et de tout notre être dans les souffrances de Jésus-Christ avec la Vierge Marie et tous les saints. .....

06/01/04 Les mots et l’esprit défaillent à chercher à évoquer l’acuité infinie des souffrances voulues librement par le Christ à chaque instant de SA vie sur terre, pour nous sauver de notre orgueil.... Même avec un peu de douleur, n’ayons donc pas peur, en y pensant, de descendre jusqu’au fin fond de notre abîme intérieur, même terrifiant, relevé dans SON amour, par SON humilité....

07/01/04 Pour les âmes concernées, ne nous trompons pas, si nous voulons sauver le monde comme nous-même, ce qui est la Gloire de DIEU, quel que soit notre état, avec la pensée de St Jean de la Croix, il nous faut après la nuit des sens, pour accéder à l’infinie et douce humilité Divine, entrer dans la nuit de l’esprit.... Jean de la Croix nous dit de plus que très peu d’âmes, même le désirant, y arrivent. Il y faut en effet certainement, en désirant souffrir volontairement par amour, une foi exemplaire au Christ Jésus, une confiance illimitée en LUI, à la manière même d’une Ste Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte face....

08/01/04 Un missionnaire de chine disait, avec un certain regret semblait-il, que l’enseignement du Christ qu’il avait donné ne servait aux chinois qu’à parfaire leur propre pensée religieuse. Mais est-ce que ce n’est pas le but exact du juif Jésus-Christ, Messie universel, venu non abolir la loi et les prophètes [mat.5/17] (entendu "de toutes les religions" puisque ce n’est plus sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père [Jean 4/21]) mais les accomplir. En effet la religion catholique n’est-elle pas d’un certain côté simplement la religion juive amenée à son accomplissement?... Ne peut-on donc faire une distinction entre "Église" catholique à qui revient l’enseignement des évangiles, des sacrements et de la primauté du Pape [mat.16/18] et "religion" catholique spécifiquement pour les rites, la liturgie et la discipline ecclésial ?.... Du reste dans les faits n’est-ce pas ce qui se passe? Car l’influence de la foi catholique en un DIEU d’amour, infiniment humble et doux, dépasse de loin sa forme religieuse elle-même (l’exemple le plus fort ne serait-il pas celui de Gandhi?). Mais en en prenant davantage conscience la foi catholique ne pourrait-elle pas mieux confirmer le règne du Christ dans le monde entier?.... Il faut ajouter cependant que la pratique de la religion ou d’une religion, de préférence catholique pour nous, est nécessaire pour approfondir l’enseignement de l’Église, contrairement à l’opinion générale actuelle qui semble bien faire une distinction, mais se tient en dehors de la pratique nommément religieuse.

Je ne reçois pas beaucoup de retombée e-mail de mon journal spirituel qui semble cependant visité régulièrement par plusieurs internautes et c’est normal. Mais là j’aimerai avoir des avis pertinents, car je sais que la théologie rationnelle (qui n’est pas la théologie mystique qui m'a été donnée) catholique est très pointilleuse dans ces domaines précis.

09/01/04 Nous pouvons imaginer que l’éternité de DIEU soit une unité de douce humilité où les jouissances ininterrompues de l’amour soient des milliards de fois plus intenses que les plus intenses jouissances de la terre à la seule condition de nous séparer, dans la création du temps, de la moindre ombre du mirage de l’orgueil (égoïsme de vanité, cupidité, sensualité....). Si nous connaissons DIEU par la tendresse de SON humiliation douloureuse dans le corps du Christ, comment ne pas combattre, en LUI, avec une joie déjà surnaturelle ici-bas pour un tel BIEN ....

10/01/04 C’est la livraison d’amour au Christ DIEU , jusqu’au néant, du mirage de notre être temporel, qui construit la réalité de notre être éternel.....

Stupéfait de l’horreur spirituel que nous sommes, cependant je crois à l’amour infini de DIEU jusque là... N’a-t-IL pas déposé au fond de notre libre conscience un sens aimable de la Vérité?...

11/01/04 Jésus-Christ nous enseigne que c’est de l’Amour dont DIEU, l'UNIQUE TOUT BIEN, s’aime LUI-MÊME qu’ IL aime SES créatures humaines, en leurs commandant de s’aimer entre elles du même amour...

La superficialité de la sainteté ne suffit pas. Il faut sans cesse en chercher et en demander la réalité.

12/01/04 Par la grâce de DIEU sur la terre, tout être humain est capable d’aimer. Le plus pauvre et misérable amour, uni à celui sans mesure du Christ, transforme le monde et obtient la vie éternelle....

Participer à la messe, c’est demander les grâces pour vouloir librement souffrir avec le Christ pour le salut du monde et des âmes qui est Gloire de DIEU....

13/01/04 En contemplant DIEU-SEUL-AMOUR, avec la Vierge Marie, obtenir du Christ Jésus, la volonté de regarder la croix et la résurrection en face et d’y adhérer jusqu’au bout quelqu'en soit le prix d’amour à régler.....

F.C.:Question à un magazine: Jésus sur terre connaissait-IL tout?

Jésus DIEU et homme est comme Vérité Divine incarné, toute connaissance (même de chacun d’entre nous depuis le commencement des temps jusqu’à leur fin). Si nous avions la foi, cela devrait nous être évident. La question susdite recèle en fait l’appartenance au péché qui est la seule chose (si l’on peut dire chose puisque c’est "néant") qui n’est pas DIEU et qui n’a jamais été la possession de Jésus-Christ. C’est pourquoi dans l’Évangile Jésus renvoyait-IL à SON Père pour ce qui est manifestement proposition humaine c’est à dire provenant du péché que nous sommes. Nous avons du mal à comprendre cela, étant nous-mêmes par notre libre volonté propriété du péché c’est à dire du mirage de l’être en séparation d’avec l’Être profond et véritable qui EST DIEU SEUL.

14/01/04 ....Ainsi, aussi faible et misérable soit notre peu d’amour, il est DIEU SEUL, dans son humiliation sur terre, car DIEU SEUL est Amour en tout......

Qu’est-ce donc que l’homme? Au ciel c’est DIEU par participation, sur terre ce n’est qu’un libre mirage de l’être.

15/01/04 Puisque c’est notre souffrance librement unie à celle d’amour du Christ qui en applique SES mérites à l’être humain en le séparant de son péché, que Jésus nous apprenne à souffrir....!

Même une âme peu éprouvée par la vie à cause de sa trop grande faiblesse spirituelle, peut servir pleinement les desseins de DIEU, si elle le veut avec droiture (c’est à dire dans l’humiliation amoureuse de DIEU). Car le Christ-Amour, dans SA souffrance absolue, se met à égalité avec chacune selon la taille surnaturelle qui lui a été donnée et qu’elle peut bonifier à sa convenance...

Ce n’est pas ce que nous faisons qui a de la valeur mais ce que nous laissons faire en nous à DIEU.

Chercher d’obtenir constamment, jusque dans la souffrance, la joie puissante mais délicate de la paix surnaturelle à laquelle la grossièreté des sens se trouve si opposée...

16/01/04 Un seul Amour est digne de DIEU, le SIEN propre (Trinitaire). Pardon de le faire descendre si douloureusement et si pauvrement aussi bas. Merci de pouvoir Te l’offrir...

C’est l’attache au péché, même le plus petit, qui sépare de DIEU et non le péché.....

Par SON Christ DIEU a voulu circonscrire SA souffrance dans SON humiliation et SA pauvreté en une vie terrestre de trente trois ans et neuf mois...

Par TON humiliation infiniment douloureuse et pauvre, avec l’aide de notre confiance, vis TON Amour, que TU veux qu’on appelle "Notre" amour, jusqu’où je n’ose pas dire....

17/01/04 Ce minuscule point d’amour qui est en nous est plus puissant dans sa tendre et incommensurablement douloureuse humiliation que l’univers entier car il est DIEU. C’est de son développement entier en nous dont les enfants ont besoin et de rien d’autre......

La blessure de la poitrine de Jésus mort est la douleur ouverte du coeur de Marie SA mère, appelée à la co-rédemption avec le monde entier, mais d’abord avec les âmes d’élections qui avec Jean et elle-même osent se tenir debout au pied de la croix.....

En fouillant avec piété les écrits des mystiques (angèle de Foligno, catherine de Gênes ou de Sienne, Thérèse d’Avila ou de l’enfant Jésus, Jean de la Croix ou tant d’autres...) qui ont approché un peu la réalité de la jouissance éternelle de l’Amour Divin, à des degrés divers, on se rend compte que l’être humain est bien appelé à une joie sans interruption puisqu’éternelle des milliards et des milliards de fois plus intense que les plus grandes joies de la terre. Mais l’être humain voudrait se contenter d’un mesquin bonheur temporel parce qu’il croit être sûr d’en avoir la propriété. Et c’est justement cela qui est un leurre. Le bonheur temporel qui lui est si souvent enlevé à son grand dam, n’est qu’un mirage inexistant du bonheur éternel en gestation.... Qu’il ne s’y accroche pas, de peur d’en récolter une douleur infernale éternelle elle aussi! Écoutez donc les mystiques à qui il est donné de témoigner, aussi mince soit leur témoignage! Mais c’est vrai aussi que l’Amour Divin éternel ne peut pas témoigner dans le temporel sans souffrance, en ne pouvant s’empêcher de nous demander d’y participer par amour au degré qui nous est nécessaire.....

Quant à moi, je n’ai que l’abîme de ma faiblesse à offrir; non, vraiment non, je n’ai pas besoin d’en rien rajouter (Ô Mère du Verbe, par votre coeur immaculé, transpercé de douleur, obtenez-nous cette grâce, à moi et à tous ceux qui m’entoureront)...

... ce qui convient, c’est que l’amour parfait brûle déjà sur terre ... chez ceux qui en comprennent la nécessité et les exigences qui vont avec ....

18/01/04 ..... Magnifier la fusion unitive de DIEU dans SON humiliation d'amour sur terre ( la nature, la télé, l’informatique, les transports modernes, les choses communes spécialement les repas, les sacrements de l’Église, ....) avec notre corps, notre âme et notre esprit, pour être toujours en communion .....

L.C. question: Que faire pour la paix?

Si l’on veut la paix, Jésus nous dit: c’est MA PAIX que je vous donne et non pas celle que donne le monde [mat.10/34, Jean.14/27]... du reste ... JE suis venu plutôt apporter la division, deux contre trois, trois contre deux [luc.12/51]... À travers les guerres, les assassinats, et en fait tout ce que nous appelons vicissitudes en général, Jésus ne cherche à obtenir sur terre que l’ouverture à l’amour parfait qui règne au ciel, que notre orgueil veut ignorer et où chacun voudra être sans cesse sacrifié avec une joie indicible et ineffable par l’autre. À cause donc de notre orgueil, il n’en est pas ainsi dans la temporalité où nous voulons être propriétaire de notre pauvre misérable joie pour nous-même et non pour le bien d’autrui... Il faut donc ici-bas chercher cet échange sacrificiel (sans pouvoir peut-être le faire autrement que le moins " désastreusement" humainement parlant) en trempant la douleur qui  en résulte dans une effluve de la Paix surnaturelle que donne la foi au Christ et qui est la résultante de l’amour parfait.... DIEU nous aime de l’amour unique qu’ IL a pour LUI-MÊME. Aimons-LE de cet amour là, jusqu’en LUI-MÊME dans le prochain...

19/01/04 Chacun des instants de la vie de Jésus-Christ, depuis SON incarnation jusqu’à SA résurrection, a connu, due au péché de l’être humain, une douleur nue et absolue dont IL a voulu nous laisser un léger aperçu par la réalité de SA passion ...... Où irions-nous donc? Nous! ...sinon chercher à le rejoindre dans SON humiliation d’amour indicible et douloureuse. Ô douce humilité du DIEU d’Amour, cependant Tout Puissant, qui TE chantera en paroles et en actes?! Ainsi, malgré ce que nous sommes, n’ayons pas peur de demander de participer aux souffrances qui sauvent le monde et purifient notre amour, car l’Amour parfait dans sa joie sait ne pas en tenir compte, de même qu’il sait descendre jusqu’à ce qu’il y a de plus bas au monde.....

Mais qu’est-ce que ce prêchi-prêcha à côté?.....

2O/01/04 Si sur terre nous cherchons à nous adonner à l’amour parfait, dans son humiliation et sa douleur sans bornes, le Bien qu’on peut faire ici-bas, quoiqu’il puisse paraître, sera sans comparaison moindre que celui qu’on pourra faire au ciel, comme Ste Thérèse de l’enfant Jésus l’enseigne...

L’amour du Christ rend parfait la plus petite dose d’amour imparfait qu’on LUI confie....

21/01/04 Jésus-Christ et SA mère savent, Eux, le degré d’amour, d’humiliation et de douleur qui est nécessaire au salut du monde..... Aussi jeune, aussi vieux, aussi bas, aussi haut soit-on, il nous faut l’embrasser jusqu’à notre dernier souffle...

Jésus enfant vécut à chaque instant dans l’amour une humiliation et une souffrance sans mesure. Lorsqu’ IL fut appelé à SA mission, c’était pour témoigner, dans la livraison sur la croix, de ces dernières, garantes de l’amour de DIEU pour le monde.... Si l’on n’arrive pas à cette livraison, en même temps joyeuse surnaturellement et mortifère naturellement, que le Christ demande à ceux qui comprennent la nécessité de devenir son disciple, ayons recours sans cesse, avec St Jean et les Saintes femmes à la volonté d’amour de Marie, mère du Verbe, debout au pied de la croix jusque dans le percement de la poitrine de son Fils.

22/01/04 À une chronique de Michel Leplay (Lacroix 36737 du 21/01/04):

Votre chronique "Petit Jésus" m’a intéressé mais ne faut-il pas ajouter "Petit Jésus" "ET" en même temps, DIEU TOUT PUISSANT" ce qui explique les contradictions apparentes de l’ Église et des Évangiles. L’être humain dans son contexte orgueilleux qui veut toujours diviser, malgré ses bonnes paroles, pour s’approprier ce qui ne lui appartient pas, a du mal à accepter ce "ET". Pourtant c’est l’abaissement de la raison devant cette petite conjonction qui est le fondement de l’amour (de DIEU en LUI-MÊME et de DIEU dans les autres) et qui sera le salut de l’humanité comme ce site veut en témoigner.

Le Christ peut associer à SES fins ce qu’il y a de plus inapproprié et de plus faible dont par LUI-MÊME du reste, il n’a aucun besoin......

L’amour parfait, c’est à dire l’amour en acte pour DIEU en LUI-MÊME et pour DIEU dans les autres, ne tient aucun compte de Sa souffrance propre.....

[Tout appartient à DIEU hormis le péché et surtout l’attache au péché. Le démon, ange déchu n’a pas de pouvoir autre que celui que lui laisse le libre orgueil de l’homme ou les fins du Christ. Mais les souffrances du Christ sur la terre ont été entre autres physiquement telles que le moindre frôlement des objets ou des êtres (SA mère exceptée) LUI était (du fait de leur relation avec le péché réel ou en puissance) probablement absolument intolérable. Mais la puissance de pardon de SON amour recouvrait tout et LE forçait à se mettre, comme si de rien n’était, à notre niveau. Quoique nous fassions, il nous faut toujours revenir à la pensée des souffrances de Jésus-Christ pour passer enfin aux actes d’amour (fondé sur l'humilité Divine) aux quels nous sommes tous appelés....]

23/01/04 Qui peut témoigner de DIEU en esprit et en vérité, sinon DIEU LUI-MÊME pour LUI-MÊME. Avec le Christ anéantissons-nous donc en LUI pour espérer ressusciter avec LUI qui a épuisé douloureusement en nous par amour l’ignominie humaine....

Les mystiques témoignent parce qu’ils touchent, des sens extérieurs/intérieurs, l’action du Saint Esprit. Mais il faut comprendre que pour ces derniers, qui sont sans aucun doute des privilégiés, le but est le même que pour tous les non-mystiques ( parfois jaloux d’eux, il est vrai) la pratique de l’amour parfait dans son humiliation et sa douleur, tel que Jésus a voulu nous le laisser un peu entrevoir par SA Passion, qui est en réalité l’évocation de toute sa vie intime.... Cela semble être dit crûment mais toutes les âmes, en général, sont appelées à le comprendre et l’expérimenter, seulement petit à petit au fur et à mesure de leur évolution spirituelle suscitée, avec leur consentement , par l’Esprit Saint....

24/01/04 Ceci est une nouvelle et courte analyse d’un site complexe qui peut éventuellement mieux vous permettre de le saisir, quotidiennement comme certains s’il y a lieu. N’hésitez pas à vous procurer la petite brochure qui en a été faite et qui bien que succincte peut vous aider à en comprendre l’esprit (elle peut être envoyée gracieusement aux religieux qui le demanderaient)....

Introspection du site www.f-v-m.net :

La partie d’art principalement picturale qui représente une productivité relative, n’a été exécutée dans son originalité que pour tacher d’élever un peu l’esprit à une certaine beauté classique que trop souvent les expressions modernes tentent d’ignorer. Mais il est à remarquer que ce n’est pas cela qui peut pacifier suffisamment les débordements humains. C’est pourquoi sans négliger cette forme de communications, il n’en faut pas moins chercher plus loin.

La partie prophétique de science, peut-être encore très loin de sa réalisation, pose (ou posera) en ce qui concerne l’"intégrateur de puissance" (le reste faisant figure de peu à côté), un problème à l’humanité, d’un tournant de connaissances brusque et entièrement nouveau. Ainsi les savants du monde entier vont se trouver à devoir accepter une foi en l’Incommensurable qui est chrétienne dans son essence et sa finalité et surtout devoir s’en tenir là. C’est pourquoi plus que les données de cette science profane en elle-même, quand même serait-elle plus explicitée dans ce site, il est nécessaire d’abord que les esprits qui ne rejettent pas intrinsèquement la vie du messie juif enseignée par l’Église, quelle que soit leur religion par ailleurs, et qui en comprennent la nécessité, soient sollicités à un regain de ferveur et de pénitence dont dépend la continuité du salut du monde.

La partie philosophique très succincte, qui m’a été imposée intuitivement, essaie d’exposer la teneur des nouvelles dispositions intellectuelles qui découlent (ou découleront) forcément de l’avenir notamment en ce qui concerne le concept Divin.

Quant à la partie de spiritualité, de loin la plus importante, entre autre du journal spirituel au jour le jour, elle ne tend qu’à approprier le tout indispensable du site à sa réalité première.

25/01/04 Pour protéger et diffuser la flamme fragile et sensible de l’amour Divin au fond de nous, il faut fusionner avec, au coeur de la croix, humiliante et douloureuse mais rédemptrice .........

26/01/04 .... de notre libre néant... DIEU à DIEU par Jésus-Christ humilié et souffrant.

.... La soumission du Christ comme un torrent de miséricorde à travers l’abîme de notre révolte ...

- ET -

Beaucoup sur terre croient ou pensent croire à la Toute Puissance Glorieuse de DIEU, l’INCOMMENSURABLE. Très peu croient en même temps à son investissement sans gloire dans l’humanité comme dans l’univers où il a quitté l’éternité pour la temporalité. Même parmi les chrétiens qui considèrent DIEU incarné en un homme dont la vie humiliée et misérable devrait pourtant les faire réfléchir, très peu croient à la fois à cette Toute Puissance Divine ET en même temps à un abaissement infini de DIEU. C’est pourtant la nécessité de la foi en Jésus-Christ, le Messie universel, DIEU-homme, homme-DIEU donc la foi à cette contradiction qui sauve le monde et chacun d’un égo-centrisme originel imposé à tous. Lequel égo-centrisme n’est que le résultat spirituel du refus de soumission à DIEU d’un couple humain parvenu à la maturité mystique de l’union parfaite qui lui était proposé au nom du genre humain dont il représentait la volonté générale. Ainsi tous sans exception nous sommes enfermés par l’hérédité de la révolte de ce couple qu’on peut bien appeler nos premiers parents bien qu’ils aient été certainement déjà très civilisés. Cette révolte originelle forme au fond de nous-même un point que nous renforçons sans arrêt par d’autres éléments de révolte que nous y rajoutons. Ce point qui nous paraît ineffaçable ne peut être jugulé parfaitement, malgré les nombreux essais d’approche des diverses religions ou thérapies psychiques, que par cet anéantissement en la foi de ce que représente Jésus-Christ et SA vie, dans SON amour pour l’humanité : DIEU Tout Puissant ET infiniment humble. C’est à chacun d’adhérer à ce thème et de le développer en lui par tous les moyens en son pouvoir dont l’acceptation de l’obéissance aux commandements de l’Église (distinguée mais dépendante d’une religion) ......

 

27/01/04 C’est toujours DIEU qui SE glorifie et que nous glorifions par l’offrande, dans un perpétuel recommencement, de la liberté de notre néant, par la liberté immuable du corps et de l’âme de Jésus-Christ, Être et néant pur.

À DIEU, le Règne.. Du Christ humilié, la Puissance ... De l’amour du Saint Esprit, et la Gloire ... éternelle du Père....

 

28/01/04 re: .... de notre libre néant... DIEU à DIEU par Jésus-Christ humilié et souffrant mais ressuscité..

Le Christ est si jaloux de donner le bonheur déjà sur terre à ceux qui LUI livrent leur foi en esprit et en vérité qu’IL le donne souvent sans aucun autre mérite matériellement et spirituellement et que même dans la nécessité de l’humiliation de la souffrance la plus dure, IL leurs signifie en même temps la joie pacifique de l’amour rédempteur....

.... nourrir l’humilité de DIEU avec SON humilité, au propre comme au figuré, qui entraînera forcément un peu de notre humilité.....

 

29/01/04 Nos souffrances et nos humiliations, aussi infimes soient-elles, oeuvre de la miséricorde Divine, vécues dans la joie rédemptrice du Christ, appliquent au monde les mérites infinis de celles de Jésus-Christ qui clouent sur le bois de la croix la révolte de l’orgueil humain.
.....la croix mène à l’amour, l’amour mène à la croix et vice versa....

 

30/01/04 Avec Marie et dans la foi, nous sommes dans la " quaternité" du ciel, déjà sur terre, où le Christ, qui n’en est pas moins le centre de DIEU (doux et humble mais infini, jusque dans la "ténèbre des ténèbres " des mystiques), se fait notre compagnon, inaugurant ainsi le royaume des cieux ici-bas.

TU sais TOI si TU veux lui donner les forces qui dépassent un homme ordinaire ou si TU veux le laisser à sa simple condition. Par la foi en SA croix et en SA résurrection, le CHRIST demeure dans l’un et l’autre cas, notre compagnon, joyeux lorsque nous tendons à nous éloigner librement par amour de l’attirance des choses qui passent pour aller à LUI, avec LUI...

 

31/01/04 Sur terre, même les saints ne sont que des pécheurs en train d’être justifiés. Cherchons donc la justification qu’apporte la douceur et l’humilité de l’amour du Christ glorieux, dans SA douleur Divine nue et absolue et celles accidentelles de SA condition humaine. Couvre-nous de TA chair et de TON sang, pour TOI Trinitaire, Seigneur Jésus, quelle que soit notre religion....

Mot pour un enfant: On ne va pas à la messe parce que cela fait plaisir ou pas plaisir, mais pour souffrir avec Jésus....

Février 2004

01/02/04 DIEU seul témoigne de DIEU seul en nous, par Jésus-Christ et SA croix .....

02/02/04 À travers quelque religion que ce soit, heureux ceux qui savent chercher le véritable visage du Christ, mais combien sont davantage responsables les catholiques qui, eux, le connaissent nommément;

C’est dans la mesure où nous nous reconnaissons inutiles et indignes que Jésus-Christ, l’humilité de DIEU sans limite, veut se servir de nous en esprit et en vérité. 

Il n’est pas inutile de s’abaisser, mais il est mieux encore de s’anéantir dans la douceur et l’humilité infinie de DIEU, Jésus-Christ Trinitaire.....

03/02/04 Par SON Christ, humilié, souffrant et ressuscité, DIEU veut reprendre possession des entrailles de la terre.... Communions... Merci, Pardon!

Ce journal est peut-être un pavé indigeste qui fait souffrir le lecteur non-mystique mais il est nécessaire, car il est difficile de dégager autrement l’unité des données des religions et des philosophies que Jésus-Christ a réalisée  en SA personne...

04/02/04 Les sages et les intelligents pénètrent par leur esprit rationnel les superficialités de l’être humain et s’efforcent de réaliser ce qu’ils veulent pour le monde visible. C’est eux qui semblent le diriger. Mais les tout-petits en esprit, apparemment sans intelligence, comprennent la profondeur des choses et dirigent par leurs oeuvres intérieures plus qu'extérieures le monde mystique invisible. Ils comprennent mieux la nécessité des premiers que l’inverse. Dans l’Église comme dans le monde, ces deux types d'âmes doivent, chacune partageant l’intelligence des choses qui leur est donnée, s’unir par amour de DIEU dans la foi pour lutter contre l’amour-propre humain, séquelle de l’orgueil originel...

05/02/04 .... Renoncer à l’image commune du Christ qui a peut-être été la nôtre, pour, même contre nous,  celle exigeante de Rédempteur du monde entier....

06/02/04 fusionner notre infime prière ou sacrifice avec les actes infinis de l’homme-DIEU Jésus-Christ, sûrs d’être exaucés, quelque soit notre néant, sachant également que nous sommes relayés par d’autres âmes.... Ne pas se laisser impressionner par l’ampleur de ce qui paraît être contraire au royaume des cieux, et, en face notre propre petitesse (laquelle, si nous en prenons bien conscience, en est justement l'antidote). Devant la force de DIEU, bien que notre liberté sur terre soit toujours respectée, le mal n’est que du vent, même s’il peut atteindre notre chair ( mais, avec la foi au Christ, n’atteint rien de plus).

Qu’on le veuille ou non on doit témoigner de la croix du Christ. Mais ne craignons pas, elle est taillée à l’aptitude prévue de chacun. Les plus faibles seront même appelés à DIEU instantanément. Les autres recevront les grâces correspondantes. Cependant, heureux ceux qui y viendront volontairement pour l’amour du Fils de l’homme. Ils participeront au salut du monde ,Gloire de DIEU...

Par LUI-MÊME, Christ, DIEU a témoigné de DIEU.... Communions, dès maintenant et pour l’éternité, à SON témoignage.....

07/02/04 .... la volonté d’aimer ......

....après la livraison affective, ne faut-il pas la rude voie de la livraison effective?..

08/02/04 Un reste de vie, même, qui LUI est livré, L’honore grandement et console SON coeur.

09/02/04 Si, comme je le pense, pendant la vie sur terre du Christ, le moindre attouchement (excepté ceux de SA mère) des êtres et des choses, devaient lui procurer des souffrances intolérables, à cause de leur rapport réel ou potentiel avec le péché, quelles n’ont pas été les douleurs de SA passion?!... À cause de ce que nous sommes, nous avons sans cesse besoin du rappel des mérites de ces souffrances, ne serait-ce que pour exercer l’étroite familiarité que le Christ demande et ne pas oublier qu’étant homme, IL n’en est pas moins le DIEU trois fois Saint..... Mais il ne faut jamais quitter de vue la douceur et l’humilité sans mesure du centre d’Amour de DIEU....

Trois questions posées par ce site www.f-v-m.net :

1° Pourquoi les oeuvres d’art qui y sont représentées se sont-elles trouvées sans cesse marginalisées?

2° Le Christ nous l’a enseigné: Tout pouvoir LUI a été donné sur la terre comme au ciel. S’ IL veut pour notre bien assurer SON pouvoir sur la terre par le biais des sciences humaines, comme le prévoit ce site, comment LE recevrons-nous et pour combien de temps?

3° Dans quelle mesure, ceux qui s’appellent les "justes" sur terre ( croyants ou incroyants), le sont-ils en réalité?

10/02/04 Seul DIEU peut témoigner en vérité de LUI-MÊME.... Seules la douceur et l’humilité de SON coeur (centre d’amour) sont assez grandes pour pouvoir le faire...

Pastorale: Appliquons aux âmes, avec nos petits sacrifices, les terribles souffrances des âmes d’élections, qui elles-mêmes appliquent les mérites des souffrances sans mesure du Christ. Le Seigneur saura nous faire grandir, le moment venu....

Explications:

Dans cet enchevêtrement des sciences et de la mystique spirituelle qui est exposé par ce site www.f-v-m.net, il faut bien comprendre qu’il s’agit ici d’une confrontation tout à fait spéciale et unique. En effet le goût du travail et les éléments qui vont avec, s’ils demandent à l’évidence un effort de l’être humain (individuel ou collectif) n’en sont pas moins un don "de la nature". De même en est-il, on pourrait dire davantage, de l’intuition pure qu’elle soit spirituelle, artistique, scientifique ou autre. Quand il s’agit d’intuitions scientifiques qui viennent se greffer sur un arrière plan de travail et de connaissances aiguës, elles pourront donner un résultat très concret. Mais il ne faut pas croire que l’intuition en elle-même dépend uniquement du travail et des connaissances d’un sujet ou d’un groupe de sujets. Elle est un don encore plus gratuit que n’est le reste. Ainsi les intuitions scientifiques ou autres peuvent être le lot de toutes sortes d’individus qui n’auront pas le terrain de connaissances préparé ou suffisamment préparé pour le recevoir. Dans ce cas elles demeureront stériles ou déviées. Pour en revenir à celles qui font l’objet de ce site, il faut admettre que étonnamment d’un côté vous avez des intuitions qui, comme scientifiques sans aucun terrain d’approche, devraient demeurées inopérantes et de l’autre une intuition spirituelle précise qui en même temps se trouve en une opposition conditionnelle. En ce qui concerne ce dernier genre de données sur le plan mystique St. Jean de la croix, spécialiste de l’amour Divin, nous dit qu’il s’agirait plutôt là d’un effet maléfique pour retarder l’entrée d’une âme dans la "nuit de l’esprit" qui est selon lui l’incarnation même du royaume de DIEU sur terre ou tout au moins son prélude. Mais c’est l' affrontement conditionné de deux types d’intuitions dont ce site essaie de rendre compte. Je sais bien que d’un côté les scientifiques vont se trouver outrés du peu de cas fait au travail et à la technique complexe qui en dépend et que d’un autre côté des âmes risquent de se trouver outrées à leur tour du cas insuffisant fait de la voie religieuse nécessaire. Mais je n’ai pas trouvé d’autres situations analogues. Aussi ce site livre un cas isolé qui n’est pas facile à gérer.

11/02/04 C’est dans la mesure où nous voulons librement attacher notre volonté propre( en clair notre rébellion) aux clous de la croix du Christ que nous avançons le règne de DIEU sur terre, dans les âmes du monde entier. Mais il y a une hiérarchie des âmes humaines, comme il y en a une des anges, voulue par DIEU et en même temps dépendante de nous. ET Jésus Trinitaire sait, jusqu’à la moelle de nos os, la soumission (livraison) qu’ IL attend de chacun de nous.

12/02/04 OUI, nous sommes tous des serviteurs inutiles, qui devons faire cependant tout notre possible, AVEC SON aide, pour prouver notre affection à ce "super-man" qu’est le Christ et qui n’aurait en fait nul besoin de nous sinon d’être aimé. Mais ne nous trompons pas sur SON but (la vie éternelle pour tous, nécessitant de juguler l’orgueil humain. "Victoire tu régneras, Ô croix tu nous sauveras.... " et DIEU dit:’ J’ai glorifié MON nom et JE LE glorifierai encore").

.... Mais c’est l’humiliation douloureuse de la vie du Christ qui relayée par celle des âmes d’élections greffe cette humilité sur le monde...

13/02/04 .... témoigner de l’humilité et la douceur infinies de DIEU, seul le Christ Trinitaire peut le faire de LUI-MÊME. Aussi malgré notre orgueil et notre révolte, nous devons nous abaisser AVEC LUI, en SON règne, SA puissance et SA gloire, gardant les yeux toujours fixés sur LUI, dans la croix joyeuse de SA doctrine eucharistique, la croix douloureuse de SA passion et celle glorieuse de SON Ascension au ciel....

14/02/04 RE: ... Où irions-nous donc, nous qui ne sommes que péchés et ingratitudes répétées, sinon à l’humilité et à la douceur infinies du fondement de SON Amour enserré par SES douleurs, pour pouvoir en témoigner à la face des nations...

.... À TOI, le Règne de l’humilité universelle, la Puissance de l’amour Divin, la Gloire de l’éternité céleste..... Mais qui peut T’annoncer dignement, en esprit et en vérité, sinon TOI-MÊME. Donc qu’à TOI tout appartienne, mes péchés et mes vertus, mes défauts et mes qualités,... tout...

15/02/04 Beaucoup trop d’âmes, croyantes ou incroyantes, se font de DIEU une idée à leur propre image, c’est à dire une idée d’un Dieu d’orgueil. L’être humain dans sa révolte orgueilleuse inique ne comprend pas que DIEU uniquement TOUT BIEN et TOUTES CHOSES, s’aimant donc par dessus tout et demandant à SA créature de L’aimer également et de LE louer par dessus tout, ne puisse avoir aucun rapport avec l’orgueil et qu’étant Tout Puissant, Il soit également d’une humilité infinie. C’est pourquoi dans SON incarnation Trinitaire, le Christ, par SA vie souffrante et très peu de mots, est venu le révéler à l’aveuglement de l’espèce humaine. Qu’en est-il de ceux qui disent le suivre? ....

.... TU voulais aussi trouver sur terre une âme assez grossière pour T’en servir dans des travaux ordinaires et cependant capable de recevoir et demander TES grâces ......

16/02/04 Lorsque nous avons avec Jésus-Christ cette familiarité qu’ IL désire tant, paraissant aller jusqu’à la mendier, en LE servant dans notre corps (partageant notre nourriture quotidienne, etc...) ou dans le prochain, n’oublions pas cependant qu’ IL est en même temps le DIEU Tout Puissant. Beaucoup, c’est vrai, LE reconnaissent dans SA Toute Puissance et bien peu dans SA douce humilité amoureuse et c’est pourquoi le Christ nous dit que les blasphèmes concernant SA personne seront pardonnés, désirant avant tout que chacun entre dans SON intimité. Il n’en faut pas moins toujours considérer SA mort sur la croix et SA résurrection, pour maintenir cet équilibre fragile pour nous entre humilité Divine ET Omni Puissance....

extrait de lettre à roger:

Comprends bien, le Seigneur donne à ses enfants "mystiques" des grâces sensibles même extrêmement violentes et suaves, comme celles que j’ai encourues.... Mais cela sans aucun mérite de leur part autre que celui de les recevoir. Ne t’étonnes donc pas de te retrouver malgré cela au plus bas niveau d’indignité. Car après avoir reçu ces grâces "souvent apparemment peu ordinaires" il faut savoir s’abaisser, avec les abaissements du Christ, plus qu’aucun autre et surtout chercher à renoncer à soi-même en toutes choses de telle sorte que si nous avons à parler de ces grâces et même à en demander la signification c’est au Christ seul qu’il faut nous adresser, soit directement à LUI soit, si c’est possible, par le truchement de prêtres, de frères ou de soeurs, comme tu as bien fait de le faire... Dans mon site, comme à toi, c’est au Christ que je m’adresse, sans savoir même si mes intuitions de 1963 serviront à quelque chose ou non.... Nous devons avoir par dessus tout un but qui est d’annoncer pour SA créature, l’amour infini de DIEU fondé sur SA douceur et SON humilité et inciter celle-ci à y répondre ne serait-ce que pour son bien....

17/02/04 À propos des intuitions de 63: Comment peut-on envisager une évocation scientifique authentique de la puissance du Christ, sans vouloir arrêter là les recherches une fois pour toute car le danger est irrémédiable pour l’humanité de passer outre?....

Avec Marie, nourrissons-nous des souffrances rédemptrices infinies de Jésus-Christ, de celles en particulier qu’ IL a souffertes pour chacun de nous durant SA vie sur terre, pour qu’à notre tour, en LUI, nous puissions nourrir nos frères de SON Amour....

18/02/04 ..venir et revenir... DIEU seul, dans SES bienfaits (heureux ou malheureux, ordinaires ou extraordinaires....) Et dans l’humilité et la douceur infinies de SON centre d’Amour, tel qu’ IL nous l’enseigne en la vie de SON Christ.... Car DIEU seul a besoin de chacun d’entre nous, en LUI-MÊME ou LUI-MÊME dans le prochain. Tout le reste est péché....

.... néant créé libre et révolté mais cloué librement au néant avec la chair du Fils de l’homme crucifié pour ressusciter dans la gloire de SON Être Trinitaire....

19/02/04 Quelle que soit notre situation intérieure ou extérieure, il ne faut jamais quitter des yeux de la foi, les souffrances du Christ. Ce sont elles qui éteignent les flammes vénéneuses de l’esprit de la terre (révolte de la chair, du monde et du démon) qui seraient en nous ou autour de nous (même dans les choses les plus pointues). Si les douleurs de la croix nous sont trop pénibles à porter, les regarder dans la Gloire du ciel..... DIEU seul, en LUI-MÊME, ou, LUI-MÊME dans SES créatures.

20/02/04 Par SES souffrances, DIEU-Christ en nous comme nous en LUI.... Avoir compassion des petites âmes mystiques qui reçoivent déjà sur terre des prémonitions de la vie du ciel (quelquefois extraordinaires) et qui pourtant, comme toute âme humaine, y mettent de leur part, même sans s’en rendre compte, des obstacles pour l’union à l’humilité et à la douceur du centre de DIEU, coeur de SON amour pour eux et pour ceux dont ils ont la charge...

Qu’avec TA joie, je me livre joyeusement à TOI pour appliquer TON salut, comme TU le désires. C’est la foi dans les souffrances du Christ qui permet l’anéantissement de notre révolte.

21/02/04 ..... Avec les souffrances du Christ, donc, tout abandonner pour DIEU seul, en LUI-MÊME ou LUI-MÊME dans les autres. Il y va du salut du monde .........

Car DIEU c’est nous, et, nous c’est DIEU.... et les "enfants" c’est encore TOI....

22/02/04 OUI, c’est la foi au Christ Trinitaire, à SES souffrances infinies vécues par amour qui seule est capable de briser notre révolte à la racine....

23/02/04 Tout est Temple de DIEU hormis le péché. Heureux ceux qui veulent entrer dans la demeure du Seigneur! En effet les chrétiens en ont reçu la révélation dans à la fois SA Toute Puissance et en même temps dans SON humilité. Mais il ne suffit pas d’en avoir reçu la révélation, encore faut-il la vivre en esprit et en vérité. Car le monde, jusque dans ses sciences profanes, va être affronté à ce dilemme.

Quand on voit le gouffre qui sépare ce qui est mondain, de la révélation du Christ rédempteur, on peut être stupéfait.... Mais il suffit de nous regarder nous-mêmes, sans trop de complaisance (?!) avec ou même sans beaucoup d'un peu d’acuité, pour comprendre l’abîme de Miséricorde dont DIEU a besoin vis-à-vis de cela et croire à la conversion possible du monde dès maintenant, tout au moins pendant une période qui dépendra de sa manière de faire pénitence.... Il faut donc obtenir de toutes les âmes qui en ont une sincère préoccupation, un accroissement de ferveur, consistant en une confiance accrue et claire dans l’enseignement et les souffrances du Christ Trinitaire, vécues par amour pour nous, comme dans SA résurrection, ce en quoi consistera leur pénitence...

..... Cette brûlure de TOI-Amour qui, par TES souffrances rédemptrices, brûle jusqu’à l’infini de notre centre ....

24/02/04 À mon interrogation du 08/01/04, j’ai reçu une réponse tout à fait satisfaisante du Père Jésuite Michel Fédou du Centre de Sèvres: "On peut dire que le Christianisme est porteur d’une révélation qui dépasse toute religion et que, en même temps, il se présente lui-même comme une religion. Il y a là une tension entre deux affirmations nécessaires, et cette tension est sûrement féconde si l’on veut éviter, soit de faire du christianisme une religion comme les autres, soit inversement d’oublier sa dimension proprement religieuse." À mon avis c’est cette "tension" qui existe jusque au-dedans de nous-même et que le propre de l’enseignement de Jésus-Christ est de résoudre par l’accueil en esprit et en vérité (infini) de la Miséricorde Divine en SA personne (ce que le 22/02/04 j’ai appelé "briser notre révolte à la racine"). C’est pourquoi nous devons proclamer le Christ, Messie universel, envers et contre tout, pour quelque religion que ce soit, jusqu’à la fin des temps......

25/02/04 DIEU en même temps n’a pas besoin de nous et en même temps il semble ne pas pouvoir se passer de nous et même de notre aide.... L’esprit de l’homme est trop petit pour comprendre. Il doit s’abaisser et se soumettre en s’appuyant sur les souffrances du Christ.

..... Partout..... DIEU SEUL, en LUI-MÊME ou LUI-MÊME dans SES créatures, par et avec le Christ Trinitaire ....

26/02/04 L’Église a mal à ses prophètes. Elle a, de loin, raison de préférer la doctrine douce en même temps que pure et dure pour notre orgueil d’une jeune fille comme Ste Thérèse de l’enfant Jésus, docteur. Car les prophètes eux-mêmes, grands et petits, sont aussi affrontés à cet orgueil viscéral aussi bien d’eux-mêmes que du genre humain. Toutefois il est bon d’écouter ces derniers, dans leur conformité à l’ Évangile, même les tout petits d’entre eux, qui se révèlent si nombreux de nos jours du fait de la facilité des communications. Mais l’Église ne sait pas encore comment les traiter de peur d’être désorientée et d’épouser les formes étranges que prennent parfois leur message. Il faut donc bien comprendre que c’est l’essence de la foi catholique de leurs visions ou manifestations qu’il faut toujours retenir et mettre en pratique. Quant à moi , le dernier et le plus petit de tous, qui m’exprime sur ce site www.f-v-m.net qu’en sera-t-il?......

..... De la poussière du chemin à l’âme humaine, tout est DIEU dans la hiérarchie souveraine humble et Toute Puissante de SON amour....

27/02/04 La Toute Puissance de l’homme-DIEU, crucifié et ressuscité, conjointe à notre bonne volonté, dépasse toute imagination. Offrir sans cesse notre révolte et celle de l’humanité entière à SES souffrances auxquelles nous unissons les plus infimes nôtres. (Mais n’oublions pas que SES voies ne sont pas forcément nos voies et SON but toujours notre but) .....

Aussi impropre soit-on à quoi que ce soit, on peut toujours servir, par les souffrances du Christ, à l’ampleur de la miséricorde de DIEU....

28/02/04 À propos de tension de la manifestation du Messie avec la ou les religions (24/02/04), il existe aussi une tension permanente dans l’Église cette fois entre les disciples du Christ, c’est-à-dire entre les "Marthe" (priants actifs) et les "Marie" (priants contemplatifs) ,laïcs ou religieux, [Luc 10/40à42]. Mais les "Marie" , privilégiées de Jésus, doivent apprendre à s’humilier et à se sacrifier avec LUI, beaucoup plus profondément , car il leur est plus facile de comprendre la nécessité de l’action des "Marthe" que l’inverse, sans toutefois renier la priorité de leur propre efficacité même si elle paraît virtuelle et insignifiante aux yeux de tous.

...Couvrir de bonté surtout les "méchants", mais tous sont méchants [luc 11/13] à commencer par nous-mêmes. C’est pourquoi nous avons besoin sans cesse de l’intervention du Seigneur Jésus ...

En effet si nous n’étions pas tous méchants, sans exception, on penserait non seulement à chaque instant du jour et de la nuit à DIEU qui LUI seul est BON, mais encore nous n’aurions pas même l’idée de penser une seule fois à nous-mêmes de la même façon que vivait Jésus qui rapportait tout à SON Père.

29/02/04 .... uni aux douleurs du Christ, "plus tu souffres, plus tu sers", mais LUI descend à notre taille....

... Tout est DIEU, à la fois dans l’univers et au-delà de tout, hormis le péché (orgueil de sensualité, de cupidité et de vanité) , depuis la poussière des chemins jusqu’à l’âme humaine, en passant par toutes les inventions de l’homme ( les animistes africains n’ont pas tout-à-fait tort).... Tout est donc adorable dans la hiérarchie Trinitaire par SON mouvement, immuable, incessant  d’ amour humble de l’Être au néant et du néant à l’Être et qui échappe à la raison humaine.....

Mars 2004 (non revu)

01/03/04 Bien qu’à ceux qui n’ont pas une intelligence didactique et des moyens d’action puissants, ils soient plus facile de s’humilier en proportion, il ne leur reste pas moins un subtil combat qu’il leur faut gagner avec le Christ....

.... Vivons l’humiliation perpétuelle de l’ Amour dans l’ Esprit Saint en attendant SA venue dans la Gloire...

(cf. 28/02/04).... Soit que les "Marie" (priants contemplatifs) vivent le Christ dans la véritable pauvreté (comme le veut Ste Thérèse de Calcutta, au service minimum des plus pauvres [ l’action de son prix Nobel ne risque-t-elle pas de servir à ses successeurs pour détourner cette oeuvre de son origine contemplative?] ) soit qu’ils le vivent dans la souffrance (comme Marthe Robin et tant d’autres), soit dans les deux cas ensemble, le centre reste pour tous sur terre l’humiliation perpétuelle de l’ Amour vécue par Jésus-Christ. De ce fait les priants contemplatifs pouvant facilement comprendre la nécessité de l’action des priants actifs, ne doivent pas juger non plus les relents d’orgueil inhérents à cette activité sous forme d’amour-propre que le Christ peut guérir quand IL le veut d’un seul geste, plus facilement quelquefois que l’amour-propre larvé de certains priants contemplatifs, qui doivent au contraire s’abaisser et se laisser juger sans coup férir.

02/03/04 ... contempler l’anéantissement du Christ Trinitaire dans nos âmes d’où IL ne cesse de nous demander une fusion d’amour alors que si souvent, dans SA soumission à notre volonté, nous LUI faisons faire autre chose que ce qu’il convient..... encourager par tous les moyens, les âmes priantes qui comprennent cela en leur confirmant que leur union à cet abaissement infini du Christ-DIEU, même ne se traduisant pas par des oeuvres extraordinaires, ont une efficacité sans limite sur les actions humaines des chefs d’état ou religieux, des cadres laïcs ou religieux, des savants profanes ou religieux, etc...et le salut des âmes ....

Par SON règne, avec SA puissance et pour SA gloire, le Christ, humble et doux de coeur, brise l’attache à notre révolte..... Ne faut-il pas le répéter sans cesse!?

03/03/04 Si nous le voulons, les souffrances du Christ, transformées en résurrection, traversent notre révolte (de sensualité, cupidité et vanité) pour nous clouer à SA soumission et LUI permettre ainsi d’appliquer SES mérites aux âmes du monde entier qui nous entourent et le désirent pour à leur tour être agies et agir de même.....

Étant convenu que l’on doit chercher en toutes circonstances à se soumettre aux voies et au but du Seigneur, DIEU se prête toujours à exaucer heureusement le pécheur qui s’humilie et rarement le saint qui se justifie .....

04/03/04 Bien que ce soit d’être trempés dans l’Esprit-Saint qui puisse nous faire comprendre cette soumission de l’ amour Divin, OUI, c’est bien la BEAUTÉ de la souffrance, si minime soit-elle, unie aux douleurs du Christ qui sauve le monde.

05/03/04 .... c’est ainsi que nous avons à transmettre aux âmes du monde entier, comme à la nôtre, les mérites infinis de Jésus-Christ, sans jamais nous décourager, en contemplant la Toute Puissance, confirmée par SA résurrection, d’ Amour de Jésus-DIEU sur la croix nous accompagnant à travers les vues du Père-DIEU sur la liberté humaine qui dépassent de très loin tout entendement .....

06/03/04 ....avec Jésus et Marie, heureuse notre douloureuse incapacité .... Car si "même les meilleurs retombent sans cesse sur leur point central: l’égoïsme", qu’en est-il de nous?... C’est pourquoi nous avons TOUS besoin d’être transpercés par la soumission d’amour du sacrifice de Jésus-Christ. Notre Dame de persévérance au coeur ouvert par la lance, Priez-pour nous...

Une citation prise sur un site internet:

D'aucuns, y compris parmi d'éminents théologiens, répugnent à qualifier purement et simplement le christianisme de "religion". Le mot de la fin pourrait ainsi revenir à l'un d'entre eux, devenu tout récemment archevêque de Strasbourg: "si l'on veut être logique avec la foi chrétienne lorsqu'elle confesse Jésus comme Christ, c'est-à-dire comme vrai Sauveur du monde et propre Fils de Dieu, comme la révélation de Dieu qui est identiquement le salut du monde, alors le prix à payer est de dire que ce n'est pas formellement comme institutions religieuses que les religions du monde sont pertinentes pour proposer le salut, le médiatiser, l'opérer.

Mais, à l'inverse, accordant une importance et une portée aussi uniques au christianisme, il y a aussi un prix à payer pour lui, si l'on veut ouvrir à d'autres qu'à ses membres directs - concrètement à tous les hommes - la possibilité réelle de salut qu'il est réellement seul à médiatiser. Ce prix est le suivant: il ne doit pas se considérer lui-même comme étant fondamentalement une religion. la religion qui serait la meilleure, qui serait "absolue"; mais religion quand même, c'est-à-dire: agencement et articulation de rites et de croyances qui disqualifient d'eux-mêmes ceux qui ne les pratiquent ou ne les professent pas. Il doit fondamentalement se définir par quelque-chose qui - par lui certes, mais réellement - est de soi accessible à tout homme: par un type de proposition (de la part de Dieu) et de démarche ou d'accueil (de la part de l'homme) qui peuvent être au moins vécus, sinon (re)connus par tout homme. C'est en cela que doit consister le contenu fondamental de son dogme, et à cela que doit renvoyer la dynamique fondamentale de son culte. Si par ce qu'il comporte de croyances et de rites il est aussi une religion, il n'est pas fondamentalement religion. Ou alors il faut dire qu'il est la religion en laquelle s'incarne et doit s'incarner autre chose, à savoir l'évangile."

Réponse à cette citation: "Il doit fondamentalement se définir par quelque-chose qui - par lui certes, mais réellement - est de soi accessible à tout homme: par un type de proposition (de la part de Dieu) et de démarche ou d'accueil (de la part de l'homme) qui peuvent être au moins vécus, sinon (re)connus par tout homme. " ... Il s'agit là évidemment *de ce que Jésus appelle "mon heure" au moment de la noce de Canna et qu' Il ne cessera d'essayer d'enseigner à ces disciples et aux foules ensuite, jusqu'à sa réalisation qui est la livraison à DIEU et aux hommes sur la croix (taillée à la dimension spirituelle de chacun), dont IL confirmera le but par SA résurrection. C'est "cette heure" de libre soumission du Christ que tous les hommes doivent partager avec LUI d'une manière ou d'une autre, ne serait-ce qu'à la mort, et qu'il nous faut enseigner à toutes les nations et religions, par tous les moyens en notre possession dont l'essentiel est la charité-amour physique, morale et spirituelle..... N.B.- évidemment*: Heureuse les âmes pour les quelles c’est en effet une évidence. Mais elles assument alors la nécessité d’une union étroite avec Jésus-Christ jusqu’au bout, dont dépendra le salut d’un grand nombre d’autres âmes, sans se préoccuper des attaques ou incompréhensions dont elles peuvent être l’objet, comme LUI-MÊME l'a été tout au long de SA vie jusqu'à la croix...

07/03/04 Pour continuer ce qui avait été dit le 26/12/03 et l’expliciter, il faut bien comprendre que la Bible juive est avant tout un ensemble d’écrits mystiques voulu par des mystiques pour éveiller malgré eux l’âme de tout un peuple. Sa genèse qui décrit le commencement de l’humanité se place donc sur ce plan. La création de l’univers qui y est évoquée est un aperçu mystique de la réalité. Ce qui intéresse l’auteur inspiré, réside avant tout dans l’émergence du premier couple humain à l’état fantastique de l’union mystique parfaite avec DIEU qu’il consigne comme étant effectivement le paradis terrestre puisqu’il allie prérogatives de l’animalité et de l’union Divine. Le terrible accident de séparation d’avec DIEU qui s’en est suivi pour ce premier couple, déjà forcément pleinement évolué, nommé Adam et Ève, n’a pas pu ne pas laisser de trace par ses conséquences dans la vie commune de l’espèce humaine, ne serait-ce que dans des vestiges archéologiques et l’histoire de l’homme en général. Il faut peut-être daté l’ère des véritables civilisations de cette époque. En effet si les effets de cette rupture se fait sentir surtout dans le domaine spirituel par la difficulté de l’être humain à chercher de revenir à cette approche réalisée primitivement, du fait de cette séquelle qu’on ne peut pas appeler autrement que d’orgueil, c’est à dire l’amour-propre humain, l’ego, égoïsme, le ça des psychologues, etc...promotrice de toutes sortes de maux, l’évolution matérielle qui a suivi ne doit pas être ignorée, surtout si l’on prend en compte les données prophétiques de ce site www.f-v-m.net au sujet de l’avenir des sciences dites expérimentales..... La venue du Juif Jésus-Christ, Messie universel, a changé plus même que la face spirituelle des choses aux quelles les chrétiens s’accordent.

Il est bien évident cependant que c’est l’union mystique au Christ, véritable retour à l’état virtuel du Paradis terrestre, qui prime tout et dont tout dépend.

08/03/04 Les mérites des souffrances du Christ peuvent aisément transpercer la carapace de révolte d’orgueil vaniteux, cupide et sensuel qui nous enserre mais en retour ne donnons-nous pas encore un renouvellement de péchés et pire encore d’ingratitudes c’est à dire l’appropriation ou l’essai d’appropriation des grâces qui nous sont accordées?!...

... C’est donc sur terre AVEC Jésus, face à la majesté de DIEU-Amour , une douce humiliation intérieure perpétuelle qui nous est demandée....

Je viens d’envoyer des e-mail à certaines paroisses, pour, si elles le veulent, promouvoir à travers l’exposé de ce site www.f-v-m.net tel qu’il m’a été donné, un renouveau spirituel de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus appuyé sur celui de Marie...

09/03/04 Ce que le Christ cherche sur terre c’est une incapacité (pour ne pas employer de mot négatif plus fort) qui librement se reconnaît comme telle, malgré tous les dons qui peuvent l’entourer ou se développer afin d’y recueillir la coupe d’humilité et de douceur de SON Amour, jusqu’à vouloir souffrir l’incommensurable pour elle....

......Contempler le néant du Christ jusqu’à ce que, ensemble, en moi et sur ceux qui m’entourent, se grave le visage de SON ÊTRE....

... Cette humiliation intérieure perpétuelle qui sur terre nous est demandée par le Christ, doit être vécue avec SA propre humiliation de DIEU-homme si on veut en goûter la douceur.....

10/03/04 Servir le plus pauvre parmi les pauvres, Jésus-Christ, à qui cependant tout est dû et que, dans SON humilité infinie, rien de nous ne rebute ( où donc iraient les âmes-de-rien, les nourrissons du psaume de David, s’IL ne descendait jusque là) .

" J’ai dit: vous êtes des DIEUX [jean 10/34-35]" ... Mais comprenons bien notre nature! Il y a un DIEU d’orgueil ou un DIEU d’humilité, le DIEU de l’Église... deux camps, il faut choisir...

11/03/04 Si nous sommes conscients des grâces qui nous sont concédées et de notre indignité, nous ne pouvons qu’être apôtre, auprès des âmes bancales, notre révolte brisée par la croix du Christ, de la miséricorde infinie de DIEU, et de SON centre Divin, le coeur saint de Jésus-Christ....

... Les pauvres ne peuvent être que missionnaires de la charité ( c’est pourquoi l’église catholique en a fait l’option), mais nous, les riches (matériellement, moralement ou spirituellement), ne pouvons être que missionnaires de la miséricorde Divine....

12/03/04 Les fondements véritables de toutes les religions bien nées sont les mêmes que ce qu’il y a d’inscrit dans la conscience humaine, mais avec des degrés et des coutumes d’applications variées. C’est pourquoi le CHRIST nous a été donné pour que toutes puissent les accomplir en esprit et en vérité ....

Nous, les missionnaires universels de la miséricorde, avons, envers et contre tout, comme point de ralliement les souffrances du Christ miséricordieux et de SON centre sensible....Car les souffrances du Christ-miséricorde emporte la rébellion de notre volonté dans la soumission de la Sienne ...

13/03/04 On le voit très bien à travers les événements d’aujourd’hui: les attentats meurtriers d’Espagne et le film réaliste de Mel Gibson sur la Passion, il y a dans le monde deux camps qui passent au milieu même de toutes les religions ou non-religions (chrétiennes ou non): celui de la haine, à tous les étages et également à tous les étages, celui de la Miséricorde. Il est demandé à l’humanité de choisir.... Mais ne disons pas que nous sommes obligatoirement dans le camp de la miséricorde et de l’amour, car tous, sans exception, nous sommes des révoltés et sans la fusion, à quelque degré que ce soit, aux souffrances du Christ, nous ne pouvons rien.

Le Christ cloué sur la croix interpellé par les hommes pour qu’Il en descende pour montrer SA puissance, éprouvait sûrement dans son corps et savait que c’était en SON pouvoir de le faire. Mais une seule chose LUI importait: la Volonté du Père effective dans SES dépendances sur l’univers.

14/03/04 La jouissance éternelle (c’est à dire toujours nouvelle et croissante) du ciel des milliards de milliards de milliard, etc... de fois plus intense que la plus grande jouissance terrestre, nécessite cependant pour y accéder la caution de la libre humilité de l’être humain gage de l’amour. C’est pourquoi l’épreuve de la création du temps et de la souffrance qui en résulte est nécessaire pour transformer l’orgueil de l’homme. Les grands mystiques comme Angèle de Foligno ou autres, en apportent une certaine translation d’expérience. Mais la majorité des humains ne savent pas écouter leurs mystiques. Elle rabaisse leurs manifestations à celles de veaux broutant l’herbe que seules elle connaisse.

À ce propos, les premières manifestations mystiques qui peuvent déclencher une conversion, si peu banales qu’elles soient, ne concernent que l’âme particulière en elle-même. Elle est souvent tentée cependant, s’appuyant sur cette tige infiniment fragile, de vouloir faire partager sa foi aux autres. Cela ne convient pas. Ce n’est qu’après une confirmation éprouvée dont le délai est très variable d’une âme à l’autre, ( trois jours pour St Paul déjà très avancé dans la connaissance de la foi juive, des dizaines d’années peut-être pour d’autres, etc...) Que DIEU permet à une âme, en tout combat de vérité, de se mettre en mission découverte. Mais quoiqu’il en soit le Christ marche toujours devant nous, aussi dans la souffrance. Toutefois il nous faut vouloir faire pour les autres, avec LUI, à notre échelle, ce que Jésus fait et a fait pour nous sans jamais se lasser un seul instant .......

.... et malgré notre faiblesse, une seule croix avec TOI ...

À propos d’un e-mail:

Sans avoir vu encore le film de Mel Gibson sur la Passion du Christ, il est certain que cette manifestation cinématographique interpelle pratiquement tout le monde et pose le problème de ce qu’est la foi évangélique pour chacun de nous. Il semble évident que tous ceux qui parlent de ce film ne peuvent le faire qu’en leur nom propre, à moins d’être rejoint par la plus haute instance catholique, l’autorité du Pape lui-même. Pour soi-même on doit faire attention de ne pas privilégier une explication plutôt qu’une autre, à moins d’y adhérer entièrement par une étude approfondie de sa propre foi. En quoi donc s’explicite pour moi la Passion du Christ:

1°) Le peuple juif formé depuis longtemps par DIEU LUI-MÊME, à travers une longue histoire mystique, est le peuple choisi entre tous pour établir les véritable relations de l’humanité avec SON créateur. C’est donc comme prêtre éminent que la majorité d’Israël a choisi de livrer le Christ au supplice et à la mort au nom de l’humanité toute entière.

2°) C’est donc aussi dans la conversion des juifs traditionnels, c’est à dire leur reconnaissance du juif Jésus comme Messie universel, que la conversion du monde sera confirmée.

3)° Comme le dit ce site www.f-v-m.net , cette conversion sera rendu possible, sans faire déchoir Israël, par le fait que le matérialisme spirituel des juifs se trouvera comblé, pour un temps qui dépendra de la pénitence générale de l'humanité, dans une certaine avancée fondamentale des sciences physiques expérimentales.

4°) Face à l’orgueil insensé de l’être humain, seule une humilité sans faille pouvait rejoindre celle de DIEU (cependant Tout Puissant) . Moïse , l’humble des humbles, n’a pu s’empêcher, par manque d’humilité ( de foi en DIEU) , de frapper deux fois au lieu d’une le rocher de Mériba. En fonction des grâces immenses qu’il avait reçu, il en a été durement sanctionné.

5°) Ne pouvant donc réaliser ce que la juste nécessité exigeait, Israël et avec lui le monde entier, avait besoin d’un conducteur sans aucune faille. Ça été, dans la chair de la juive Vierge Marie, l’incarnation du Verbe de DIEU LUI-MÊME, en la personne du juif Jésus.

6°) Cette incarnation, dans le milieu de révolte humaine générale, ne pouvait être qu’infiniment douloureuse tout au long de la vie de cet homme-DIEU.

7°) Les juifs, s’appuyant sur le bras séculier de l’époque, confirmant ainsi l’accord universel du genre humain, ont ajouté à cette souffrance incommensurable, celle du rejet de la majorité du peuple élu cher au coeur de Jésus, dans une Passion que le Christ a voulu employer, par amour, à sauver l’homme de l’enfer éternel auquel il était voué.

8°) Ce n’est que pour encourager le monde et SES apôtres à élever les yeux perpétuellement vers le ciel et non pas exclusivement vers les choses de la terre que le Christ est ressuscité pendant 40 jours sur terre et s’est élevé ensuite par SA propre puissance dans l’empirée, le jour de l’Ascension.

9°) L’Église formée par les apôtres s’est presqu’aussitôt trouvée en état de tension interne. Ce n’est donc que par l’acceptation miséricordieuse d’une tension perpétuelle entre les fidèles, en même temps qu’entre le Christ LUI-MÊME et la religion ou les religions en soi qu’il faut en chercher l’unité. L’Église catholique se présente comme la gérante universelle de cette tension nécessaire.

... Voilà donc, poussé par l’intervention d’un événement médiatique sur la Passion du Christ, l’explicitation de ma foi....

OUI, Jésus descend SA croix à notre taille pour que nous puissions l’embrasser librement avec LUI. Mais c’est quand même plus l’on souffre que plus on sert à la transformation des âmes....

15/03/04 (Lui et moi) "... être petit, c’est être encore quelque chose. Nous ( .... ) nous ne sommes rien: des néants à qui DIEU a donné le goût de SA Gloire". Il nous faut donc fusionner avec la soumission sans mesure du Christ et de SA mère, Marie ...

.... Plus tu souffres, plus tu sers" ... la souffrance trempée dans la paix surnaturelle, véritable joie. Mais, Jésus sait comment joindre ces âmes capables de comprendre et vivre ce que nous disons ou développons ......

Si, jusqu’à présent, j’ai employé surtout un langage catholique, c’est parce que dans cette religion on peut trouver la plénitude du visage du CHRIST, Messie universel et de SA Mère, l’Immaculée, Mais toutes les âmes-de-rien de quelques religions qu’elles soient, peuvent dans la simplicité de leur coeur, entrer dans l’intimité du CHRIST et de SA conversation, quelque nom qu’elles LUI donnent par ailleurs. C’est vrai aussi que ces âmes-de-rien, dans tous les cas, ne peuvent jamais être opposées à la vie de Jésus, le juif, et ne peuvent qu’y puiser de la force. Mais elles peuvent cependant donner au CHRIST par l’habitude de la foi qu’elles auraient en elles, d’autres noms, même s’ils ne correspondent pas à l’énoncé de leur propre religion, comme le Bouddha, Mahomet, la Synagogue, un dieu hindou, un sage Taoïste, que sais-je ...l’union au Messie universel demeurant leur but fondamental ....

16/03/04 *** C’est en s’abaissant à la hauteur de nos souffrances et de nos joies que CHRIST les élève, si nous le voulons librement, à la grandeur des Siennes, pour porter l’humanité...

17/03/04 *** Qui appelons-nous CHRIST, nous les âmes-de-rien, libres-néant, si souvent dans l’abomination de fautes répétées?..... : C’est le centre de l’Être que nous considérons comme ayant vécu sur terre les plus grandes joies et les plus grandes douleurs. C’est celui qui est l’intermédiaire entre notre petitesse et l’ Incommensurable, pour nous LE dévoiler. C’est celui plus intime à nous-même que nous-même avec qui nous nous efforçons de vivre une fusion sans exemple. C’est celui qui nous demande de partager, à notre échelle, l’intensité de SA joie, comme celle de SA souffrance. C’est une compagnie de tous les instants qui nous demande de ne pas la quitter une seconde. C’est l’Être le plus beau car le plus parfait. C’est celui qui embrasse de SON oeil d’aigle et porte le monde entier en voulant nous faire partager SON état pour l’éternité. C’est celui qui entraîne dans une vie au-dessus de la vie, ceux qui se voient inexistants dans la foi qui leurs a été confié. Car c’est la souffrance qui mène à la joie dans les mêmes proportions. En effet les souffrances et les joies naturelles ou hors nature de CHRIST nous arrachent, si nous le voulons, à la révolte continuelle de notre volonté pour nous tremper dans la paix joyeuse hors nature qui nous accompagnera en toutes circonstances ...... IL peut prendre toutes les dénominations et les noms, mais jamais en opposition et encore moins avec le fondement de la vie de Jésus-Christ, le juif condamné et ressuscité, l’Amour incarné, que ceux des fondateurs de religions bien nées....

18/03/04 *** C’est donc ceux qui cherchent à vivre intérieurement, dans une intimité étroite, avec CHRIST, Messie de spiritualité, en esprit et en vérité, quelques noms et visages différents qu’on lui donne, suivant la foi de chacun, que ce site est fait. Ce sont eux qu’il faut engager à une ferveur et une intimité toujours plus grande, car c’est sur eux que repose en priorité l’état du monde.

C’est vrai aussi qu’aux chrétiens, surtout catholiques, possédant une image éminente de CHRIST, Messie universel, il sera demandé davantage.

Les âmes-de-rien, présentes dans toutes les religions, sont en réalité très peu nombreuses, mais leur efficacité spirituelle secrète est immense.

Le centre de CHRIST est infiniment doux et humble (sinon ce n’est pas LUI). C’est lui qui nous arrache sans cesse aux retombées de notre rébellion intérieure orgueilleuse. C’est ainsi que dans SES souffrances ineffables CHRIST descend et redescend continuellement jusqu’à notre inconstance pour nous élever à SA joie qui est paix surnaturelle.

19/03/04 Le choix de CHRIST sur terre ce sont les nourrissons spirituels, les âmes-de-rien ferventes rares ( à côté la masse fade est impressionnante).

Q’on le comprenne ou ne le comprenne pas autour de nous CHRIST est DIEU pour nous sur terre où en attendant l’éternité, tout est DIEU hormis son refus.

Et c’est entre autres dans le livre "LUI et moi" que ces âmes-de-rien de toutes les religions quelles qu’elles soient, transcrivant le nom de Jésus-Christ et de SA mère dans leur langage de foi, trouveront la vie. Ce site et le livret qui en découle n’est là que pour les y aider. Car il faut toujours le répéter c’est dans l’augmentation de foi vivante de ces âmes que le monde autour d’eux trouvera également la vie.

Pourquoi faut-il absolument privilégier la pensée des souffrances ineffables de CHRIST plutôt que de SA joie au-dessus de toutes les joies? C’est parce que nous sommes de perpétuels révoltés et que la nature ayant horreur de la souffrance, il est plus nécessaire de permettre ainsi le combat contre notre rébellion.

20/03/04 *** CHRIST n’est donc pas seulement le juif Jésus, Messie universel, mais encore toute image variée de LUI, agissant à travers quelles que religions que ce soient, auprès des âmes qui se considèrent en esprit et en vérité comme n’étant rien en elles-mêmes.

C’est donc parce que CHRIST dans SES souffrances descend jusqu’à l’innommable, qu’ IL nous défend de nous-mêmes et peut nous élever à SES joies sans mesure.

Dans notre faiblesse insigne, il nous faut chercher la foi exclusive en CHRIST, doux et humble de profondeur intime.

Si nous comprenons bien qui est CHRIST dans l’intimité duquel nous avons à vivre, tout deviendra LUI-MÊME et même notre nourriture de tous les jours. Ainsi nous ne mangerons pas parce que c’est bon mais parce que c’est SA volonté, à travers le goût qui nous est donné, que nous mangions. Et qu’en allant plus profond c’est LUI aussi que nous mangerons pour LUI-MÊME.

Mais il faut le répéter sans cesse, c’est, face à l’orgueil insensé et subtil que nous sommes, le rappel constant des souffrances de CHRIST et de SES saints (davantage SA mère sans tache, quelque figure qu’on lui donne) qui nous amènent à la joie de SON intimité continue. Et c’est la plénitude d’intimité que nous vivons qui peut entraîner les autres . Les limites des moyens de communications humaines pèsent peu en face de la Toute Puissante action de l’Esprit Saint....

21/03/04 *** En CHRIST, car sans LUI nous ne pouvons rien faire, ne jamais nous lasser d’adorer, en esprit et en vérité, en tout, l’écriture de l’Incommensurable, dans tous SES détails de la terre et de l’univers comme de l’empirée.

Nous, nous ne sommes agis que par les mérites des autres, et où vivrions-nous, sinon dans l’abîme d’humiliation à notre sujet de CHRIST infiniment miséricordieux. C’est pourquoi, dans la paix, plus l’on souffre, plus on sert.... Mais CHRIST aime aussi le long et lent travail d’approche ......

22/03/04 Comprenons bien: *** le juif Jésus-Christ est véritablement le Messie, visage de DIEU à nu (autant qu’il convient sur terre), venu accomplir en plénitude d’abord la christologie, c’est à dire la voie de l’ouverture à la vie spirituelle, du peuple juif qui est amour de DIEU et du prochain et qui touche la nature humaine au plus profond d’elle-même, faisant du peuple juif le peuple élu entre tous. IL n’est pas venu abolir l’enseignement qui en a été donné avant LUI... De même IL est venu accomplir par l’enseignement de SA vie et par l’action de SES disciples, en esprit et en vérité, toutes les autres christologies du monde: la voie de la compassion, de l’adoration, de la tolérance, etc... et non pas les abolir. C’est pourquoi dans chacune de ces voies données, par une foi qui ne dépend pas de nous, l’exemple de la vie du juif Jésus, Messie, doit être vivant dans ceux qui veulent les accomplir, autrement dit, dans ceux, les autres Christs, non seulement les promoteurs de ces voies mais aussi CHRIST ceux qui avec le Messie veulent l’accomplissement parfait de la voie qui leur a été donné. On peut dire en somme qu’en Jésus-Christ le juif, il y a deux états prophétiques, l’un de Messie universel venu accomplir toutes choses, l’autre de CHRIST juif prônant spécifiquement la voie de l’amour qui en elle-même, il est vrai, contient aussi par son exemplarité, toutes les autres voies.

23/03/04 J’avais crû comprendre que mon nom de domaine allait être supprimé du réseau internet. J’ai pensé que cela pouvait être un bienfait. Car trois ans d’efforts constants, c’est vrai dans la nuit la plus complète, ne valent pas une minute de complet abandon, avec le CHRIST, dans l’ignorance de ce qu’ IL veut faire de nous, malgré quelquefois tant de semblant de prémonitions .....

24/03/04 L’orgueil, c’est l’horreur du genre humain. Tout être, aussi saint soit-il, hormis Jésus-Christ par nature et SA mère Marie, par grâce unique, en est infesté à un degré ou à un autre ... L’horreur de l’horreur, c’est après tant de grâces, ne pas tout rapporter à DIEU. Mais la miséricorde de DIEU est sans mesure pour celui qui la fixe....

La douceur de l’humilité de CHRIST, qui est centre du MESSIE Divin, ne doit jamais nous faire oublier les souffrances de CHRIST, qui du MESSIE rédempteur sont sans mesure.

25/03/04 OUI, ce sont les moindre douleurs des nombreux CHRISTS et de leurs disciples qui mènent à la joie hors nature de la douce humilité du coeur Divin Messianique.

Il y a des âmes qui reçoivent beaucoup moins de grâces mais qui ont infiniment plus de mérites..

26/03/04 Pour en revenir encore aux essais de représentation réaliste de la Passion de Jésus par un cinéaste, bien que la réalité vivante de celle-ci dépasse certainement en horreur tout ce qu’on puisse imaginer, il est évident que le doigt est mis un peu sur la ligne de démarcation de l’humanité. En effet cette ligne passe entre ceux qui se font une idée de DIEU à leur propre image c’est à dire celle d’un DIEU d’orgueil, et ceux qui consentent à recevoir l’image d’un DIEU d’humilité contraire à eux-mêmes. Mais ne nous trompons pas, bien que le but des deux soit radicalement différent, c’est au DIEU d’humilité, pauvre homme humilié et sans défense qu’appartient la Toute Puissance. Et c’est bien aux simples et aux petits que ce dernier se révèle plutôt qu’aux sages et aux savants, fussent-ils de hauts dignitaires religieux, même chrétiens, ou non ....

Même si l’on distingue le Messianisme Universel de Jésus de SA christologie typiquement hébraïque (c’est à dire La voie amenant à l’amour de Dieu et du prochain), il semble rester l’obstacle de la culture juive dont les évangiles sont pétris et qui est inaccessible pour une grande partie de l’humanité, notamment extrême orientale. En réalité cette culture n’est nécessaire qu’aux âmes à qui est donnée la possibilité de la recevoir en partie ou en entier. Pour le reste la vie de Jésus-Christ, Messie Universel, se présente comme exemple, hors même presque de toute référence aux détails de la vie d’ Israël. C’est celle de la plénitude d’un témoin unique parce qu’incontournable de l’Incommensurable Vérité universelle, humilié comme tel et l’acceptant par SON pardon à l’humanité et SA soumission complète, en le confirmant par SA propre résurrection , reconnue par SES disciples. C’est cela que l’Église catholique apostolique et romaine est appelé à proclamer dans le futur inter-religieux. Pour l’instant, à ce jour, même l’oecuménisme, c’est à dire l’unité entre les différentes communautés chrétiennes , n’est pas encore passée dans les moeurs et n’a pas de théologie. Mais comme le dialogue inter-religieux, l’oecuménisme doit se fonder sur l’universalité de l’enseignement de la vie du juif Jésus, Messie universel, en acceptant d’incorporer la tension qui existe entre les différentes interprétations christologiques d’origine juives. Il est bien évident que seule l’évolution de l’Église peut confirmer ce qui vient d’être dit. Car c’est par elle que l’humilité de DIEU Tout Puissant se montre désireuse de passer.

Par SON Messie, DIEU s’offre à LUI-MÊME le tout petit nombre éparse de néant-libres qui lui présentent leur révolte, en même temps que ceux qui dépendent d’eux....Demandons à l'Esprit Saint de les réunir....

27/03/04 La souffrance (aussi minime soit-elle) AVEC Jésus, Messie universel, réduit notre propre révolte et celle des autres....

La souffrance AVEC Jésus, c’est à dire avec la Paix joyeuse et amoureuse du salut apporté, est le détachement parfait de l’humiliation Sainte qui révèle la douce humilité Divine en face de la dure révolte orgueilleuse humaine....

Reconnaître son néant, non seulement en paroles et en sentiments bien que ce ne soit pas négligeable, mais aussi AVEC Jésus dans les faits pour qu’ IL inscrive SON Être à travers la personnalité qu’ IL nous a créé...

28/03/04 .... FOI sans mesure en la Toute Puissance du DIEU d’humilité et de SES anges dont le but est bien la libre et personnelle fusion à LUI-MÊME pour tous dans la vie éternelle...

.... Mais ne jugeons en aucune façon pour ne pas être en jugement nous-mêmes, et si ainsi nous sommes AVEC Jésus le sel du monde, ne nous affadissons pas de peur de n’être bon qu’à nous trouver piétiner .....

29/03/04 ... espérer AVEC Jésus la souffrance nue, absolue, autant qu’il nous soit donné de la porter, mais joyeuse de volonté du salut du monde comme des âmes. Car c’est la souffrance de Jésus et de ceux qui LUI sont unis qui greffe la douce humilité de DIEU dans les coeurs humains révoltés que nous sommes tous....

30/03/04 Bien que normalement la nature craigne la souffrance, Jésus nous enseigne que, lorsque nous savons l’unir au CHRIST (avec ou sans sentiment) , plus on souffre plus on sert notre propre salut et celui des autres...

.... rien qu’un fauteur et un hâbleur sur lequel a voulu reposer un peu de la Miséricorde Divine ...

31/03/04 ... donner DIEU aux autres ..... c’est à dire LE donner en cette "infimité" , douloureuse à cause de notre révolte, qu’ IL demande à chacun, LUI le Tout Puissant, d’accepter. Cela ne nous est demandé que pour pouvoir accéder à la vie éternelle une infinité de fois plus jouissive, Puisque c’est DIEU qui se donne LUI-MÊME alors, à ce qui peut semblant d’être sur terre.