4e semaine janvier 2006

01/02/06 Définition ...

Un agnostique définira l’humiliation comme une blessure sans valeur de l’amour-propre humain, capable de provoquer seulement la honte, la colère ou la révolte. La foi en la vie humiliante, comme SA mort, de Jésus-Christ nous la montre absolument sous un autre jour ( cf. Conte du 25/12/05 www.f-v-m.net/delayefvmjour/decembre6d.htm). Du fait de la "résurrection" du Christ de 40 jours sur terre peut-être dans l’état vivant qu’aurait été celui d’Adam et Eve au paradis terrestre avant leur chute, l’humiliation devient alors pour l’homme de foi une joie intense. S’IL n’avait été élevé que directement au ciel comme Elie ou peut-être d’autres saints (?) nous serions restés dans une grande perplexité (St Paul du reste s’en explique) . Mais la foi en SON séjour terrestre après la mort que le suaire de Turin conforte, nous prouve véritablement la véracité du rétablissement de l’humanité dans son état premier. Non pas que tous doivent connaître immédiatement sur terre cet état de "leader" vivant obéissant à des lois mystiques exceptionnelles, réservée probablement provisoirement à Adam et définitivement à la résurrection de Jésus-Christ mais tous sont appelés à reconnaître par la foi la minceur de la réalité temporelle qui nous sépare de l’au-delà éternel, particulièrement comme il m’est donné de le dire, dans les temps à venir ..... Comprenons bien l’amour infini que DIEU Trinitaire, Seul existant, a pour LUI-MÊME. Il n’est pas comme l’amour-propre pécheur de la créature, fermé sur soi, mais au contraire toujours en expansion pour faire participer celle-ci à la propre béatitude Divine. Cet Amour Trinitaire dépasse la souffrance nue et absolue de SON humiliation temporelle qui a porté SA douceur et SON humilité sans mesure à se rendre créature SOI-MÊME. C’est ce que veut nous signifier la vie de Jésus-Christ, homme-DIEU Trinitaire en demandant à SON visage que nous sommes, chacun selon notre être, le retour de cet Amour et de cette humiliation ...

02/02/06 la tentation ....

Devant la violence des tentations on se croit seul et abandonné alors qu’il n’en est rien. Mais nous sommes remis à notre place. Car notre réponse aux grâces continuelles dont nous sommes tous immergés, ne peut en réalité qu’être appelée ingratitudes répétées ... DIEU-Christ ou le pardon n’est qu’une seule et même chose ....

03/02/06 Inversion ....

C’est un fait que telle est l’inversion de la situation morale humaine depuis la date du péché originel que même appuyé sur la révélation claire du coeur de l’évangile, corroborée par la vie de Jésus-Christ, on ne VEUT pas comprendre. En effet il paraît tout à fait simple et limpide de dire que l’état normal de l’humanité avant la date du refus de celui que la Bible appellerait Adam, peut-être il y a de cela seulement 7000 ans, devait être celui d’humiliation et de soumission contrairement à l’état généralisé actuel qui est celui d’orgueil et de révolte.... Mais dans la réalité, noyé dans cette dernière situation on s’obstine à l’incompréhension totale de ce qui est le fondement de la proclamation Messianique... Est-ce irréversible? Jésus-Christ bien que l’annonçant par toute SA vie et SON enseignement ne le précise qu’en trois mots (... apprenez de MOI - DIEU- que je suis doux et humble en MON centre ...) paraissant perdus au milieu des textes sacrés. Pour entrer dans cette mouvance d’idée, si contraire à la nature de l’homme pécheur, IL confirme la nécessité de l’Amour de DIEU et du prochain comme solution donnée déjà tout au long de l’Ancien Testament et qu’IL magnifie. Pourquoi mettre alors le doigt crûment sur une si douloureuse autre vérité? ... Il m’a été donné de penser, malgré moi, que c’est parce qu’elle doit être la fondation de toutes religions aux quels les sciences sont appelés à s’unir et avec elles l’humanité entière .... De toute façon cela dépasse quiconque, hormis le Christ Trinitaire, car le monde y est divisé jusqu’à l’intérieur de chacun comme de toute croyance .... Communions à l’humiliation temporelle douloureuse et amoureuse de DIEU en SON Christ Jésus .... Commençant et recommençant sans cesse à nous abaisser par Amour ou toute autre vertu ..... Monté au ciel par la foi, en redescendre pour être enterré vif avec Jésus-Christ humilié ......

04/02/06 Pharisaïsme ....

Le pharisaïsme, ce péché fondamental d’hypocrisie, tant dénoncé par le Christ et promis par LUI, si l’on s’y tenait dans les profondeurs - et non dans le détail- , à la Géhenne éternelle, est-il totalement absent de nous-mêmes chrétiens, ou de l’église ( et non de son enseignement catholique que nous croyons parfaitement saint - mais dont il faut chercher l’essence -, alors que d’autres religions n’ont pas la chance de cette perfection qui du reste a bien du mal à s’appliquer) ? À l’évidence ce pharisaïsme n’est jamais totalement absent, tant que nous vivrons sur terre, ni de nous-même ni des autres... Comment le Christ l’a-t-IL combattu et nous a demandé de le faire? ... Si Jésus-Christ, LUI-MÊME sans péché ( tout comme par exception SA Mère, juive vierge) , mais portant tous les péchés du monde à en être écrasé, en a rappelé si violemment les méfaits, c’est toujours sans révolte intérieure et par amour. C’est aussi par Amour de cette guérison qu’IL nous a livré SA vie et SA dignité, jusque dans l’Eucharistie..... À SES disciples, il a demandé fermement de se garder continuellement de ce levain et de se livrer, chacun selon sa capacité, comme LUI, en se méfiant d’eux-mêmes mais sans se craindre puisqu’IL est toujours présent, et sans craindre ceux qui après avoir tué ne peuvent rien faire de plus ...

05/02/06 Misère ...

La misère de l’homme est grande mais plus grande encore en est la souffrance infinie de DIEU en SON Christ qui a permis cependant qu’on la présuppose par celle de Marie au pied de la croix ..... Cependant chaque fois que nous nous relevons, combien est grande SA joie surérogatoire

07/02/06 pourquoi et comment ....

En regardant une revue satirique légère en Suisse Romande où une de mes filles s’impliquait, j’ai vu combien pouvait être âpre le "pourquoi unique" de toutes religions, dans son rapport au "comment" appliqué de manières diverses et qui a aussi ses exigences. Jusqu’à présent il m’a été donné d’essayer d’expliciter ce " pourquoi unique" que notre temps réclame. Le sens de ce "pourquoi" explique les exigences religieuses nécessaires des "comment" inégaux religieux dont ils sont enveloppées. En effet les nécessités du "pourquoi" et du "comment" sont les mêmes et peuvent se résumer en une tension sans fin cherchant à rejoindre l’humiliation temporelle Divine que le Christ messianique a révélé..... Mais le "comment" des religions enrobent, chacune suivant ce qui leur est donné, de moyens qui leurs apparaissent les meilleurs pour arriver au but unique du "pourquoi"..... Étant chrétien, s’il me semble que chaque religion a à répondre d’elle-même, pour nous la voie de Jésus-Christ d’Amour de DIEU auquel nous avons à correspondre directement ou indirectement par les autres, donne une plénitude à la vie difficile à atteindre autrement. En effet cette humiliation Divine douloureuse dans la temporalité et plus encore dans l’humanité n’a finalement de motivation que d’Amour Divin éternel pour chacun d’entre nous afin de nous unir à la jouissance sans fin et libre de SON propre Amour Trinitaire. C’est donc d’Amour qu’il faut nous aimer les uns les autres, mais puisque c’est DIEU, infiniment Saint qui en est le promoteur, c’est d’Amour pur et saint, toujours en progression, qu’il faut nous aimer et aimer DIEU... En s’écartant de la pratique religieuse, on s’écarte du but et on risque de fausser définitivement la droiture de notre intention, risquant ainsi de tomber dans la révolte infernale éternelle .....

2e semaine février 2005