01/02/01 Se perdre dans la volonté indélébile du cœur de Jésus de tout souffrir jusqu'à ce que nous sommes. C'est à dire mourir pour LUI comme il est mort pour nous.

    L'Eglise catholique (universelle), sainte dans son enseignement et répugnante dans l'aspect de ses membres pécheurs, s'est crue longtemps la seule bénéficiaire de l'humiliation amoureuse de Jésus Christ. L'oecuménisme propose cette humiliation d'amour non seulement à l'unité de tous les chrétiens quels qu'ils soient mais par delà encore aux fidèles de toutes les autres religions.

02/02/01 Si librement nous rencontrons les souffrances, humiliations et pauvretés du Christ (et de Marie), ne cherchons pas beaucoup plus loin, nous avons trouvé. La Gloire Divine vient. Les consolations doivent être (ou devraient être) pour les autres.

03/02/01 L'abîme de l'Humilité Divine donne le goût de vivre à toutes les créatures de l'univers. Les plaisirs comme les douleurs qui en résultent doivent tous être rapportés à la louange de Dieu. Sinon c'est un crime. Mais la Miséricorde du Père s'étend sur terre jusqu'aux plus grands criminels. Il nous a donné Son Fils Jésus Christ pour nous le prouver.

04/02/01 En dehors de la joie, à travers la dure nourriture de la vie de l'amour qui est la souffrance, l'humiliation et la pauvreté, c'est l'humiliation qui est la plus pénible à l'homme  et c'est entre autre ce que le Christ,plus qu'aucun autre homme, passé, présent ou à venir, a vécu, Lui qui était Tout Puissant.

05/02/01 Honorer par un peu de pénitence d'amour, les souffrances ineffables du Christ Jésus supportées par Amour pour nous arracher à l'orgueil humain qui condamne éternellement.

06/02/01 L'Eucharistie: La chair et le sang du Christ (transsubstantionné) nous arrache, si nous le voulons, au crime: au crime sans nom de lèse-Dieu.

07/02/01 La lutte d'instant en instant, victorieuse à tout moment, de Jésus-Christ, depuis son Incarnation, avec sa nature "passible" (qui n'aimait pas plus la souffrance que la nôtre) a été la plus terrible qu'aucun homme n'est jamais connu et ne connaîtra jamais.

répertoire     2e semaine fevrier 2001