lundi 1 janvier 2001 Ce site internet que personne peut-être ne regardera avant ma mort, n’est fait que pour Celui que j’aime. Et comme Lui je dois, avec Lui, me livrer à tous. Alléluia!

Il m’a montré l’évolution de l’être humain en science dépendant des religions.

J’ai vu que les religions, à travers leur langage ésotérique propre, devait prendre conscience qu’elles doivent être, toutes, les avancées de la nécessaire inversion de l’esprit du monde.

J’ai vu que le monde n’avait pas d’autre choix, s’il voulait survivre dans les siècles à venir de prendre en compte cette inversion de l’amour-propre humain et pour cela de diriger son espérance vers la vie de l’au-delà tout en en appliquant les conséquences sur la terre.

J’ai vu que, à cet effet, l’amour chrétien exigeait une humiliation, c’est à dire un antidote à l’amour-propre humain, plus parfait que toutes les autres voies (que cependant Jésus Christ peut accomplir dans les croyances qui sont les leurs).

J’ai vu que je devais sans cesse, en Marie mère du Christ et avec Lui, approfondir mon insignifiance jusqu’au néant prévu dans sa personnalité de toute Éternité par Dieu.

J’ai vu que n’étant rien, néanmoins le poids de la pastorale de l’Église repose sur moi comme sur ceux qui me ressemblent en mieux évidemment.

 

J’ai vu ....

02/01/01 C'est en faisant son propre salut éternel qu'on fait le salut du monde. Gloire à Dieu Seul!

03/01/01 Jésus Christ est, entre autre, le point précis dans le temps de la souffrance créatrice incarnée du Père des Cieux, due au péché de l'être humain. Ne vivre donc, en toutes choses, des plus infimes aux plus grandes, que dans la paix à travers cette figure, révélée, de Dieu.

    Mais bien la comprendre et la faire comprendre au monde entier. Que la pastorale chrétienne est encore loin de cette compréhension parfaite!

04/01/01 En revêtant douloureusement mes oripeaux, l'humble Tout Puissant s'est fait mon compagnon intime (mais il ne faut pas se tromper de but!).

    Que suis-je pourtant? Toutes mes principales expériences mystiques se sont passées en dehors de l'Eglise. Quand j'ai voulu sa direction, les prêtres ordinaires m'ont dit que mon cas les dépassait et qu'en conséquence ils ne pouvaient s'occuper de moi. Tourné alors vers les maîtres spirituels chevronnés, après un accueil très favorable, ils m'ont dit que j'étais trop loin de leur but pour que je puisse les intéresser. En fait un pied à chaque extrémité, je suis en état de grand écart spirituel. Grâce à cela cependant je suis (dans tous les sens du terme) un regard. Je suis un enfant-théologien. Cela est incongru en nos jours, car les théologiens patentés se prennent très au sérieux. Ils font des études phénoménales. Pourtant le peu qu'il m'est donné me semble plus logique et plus clair que leurs impressionnants volumes.......

05/01/01 On traite quelquefois les enfants et les victimes d'événements, d'innocents tout court. En fait aucun être humain ne peut être autre chose qu'un "innocent relatif" car tous portent le péché immonde (qu'on le juge nécessaire ou non) d'amour-propre. Seul l'abîme des souffrances (humiliations et pauvretés) du Christ l'en sauve.

06/01/01 Par l'abîme des souffrances, humiliations et pauvretés du Christ, à la recherche incessante de l'abîme d'insignifiance personnalisée sur le quel repose le TOUT ÊTRE.

07/01/01 Autant qu'il soit donné à une créature, La Vierge Marie sait la plénitude des souffrances, humiliations et pauvretés du Christ. Toujours avec Elle, recueillons les en notre cœur (et si cela est possible en notre corps) car elles sont notre salut et le salut du monde.

    répertoire   2e semaine janvier 2001