2° semaine juillet 2007

16/07/07 leitmotiv …..

Leitmotiv (plus tu souffres, plus tu sers ….) jusqu’au milieu de la profusion de biens, car Christ est ressuscité avec les stigmates de la croix….. Nous offrir ainsi à visage découvert, sans nous débattre, tels que la Sainte Providence nous veut. Mai brûlant est Son cœur éternel sous le centre de la croix qui comme le pain eucharistique continue à nourrir nos cellules après sa manducation ….

17/07/07 le cœur …

Seul Le Cœur attire et entraîne les cœurs… Et ce sont les cœurs qui assureront le triomphe du Christ Jésus dès ici-bas…. Ils uniront avec LUI toutes les religions dans Son humilité et Sa douceur jusqu’au jour de la déréliction finale ….. Leur action ne cherchera pas autre chose sue terre, en LUI, que la souffrance droite de l’humiliation et de la douceur (toute douleur physique, morale ou spirituelle étant une humiliation pour l’homme ) en vue de la Gloire éternellement béatifiée des Cieux ….

18/07/07 Grandeur ….

TOUT voir, Tout, absolument tout, spirituel ou matériel, par le centre de la croix. Qu’on le veuille ou non, c’est elle seule vivante qui fait le lien entre l’éternité et la temporalité… cela dans l’effluve de la Paix délicate et invincible du Christ qui dépasse toute joie…. Et distribuée à chacun selon sa libre et progressive disposition intérieure. En effet on admire avec juste raison la beauté et la puissance de la nature, qu’on cherche à dominer, mais qui admet que c’est là un anéantissement, chaleureux il est vrai, mais une humiliation, de la Beauté et Puissance éternelle de DIEU dont IL donne possession à notre petitesse ?.... C’est la foi en l’humble et doux Christ-DIEU qui en permet la conception. Ainsi la grandeur de l’être humain ici-bas consiste, contre lui-même, à reconnaître la douceur sublime de DIEU …. L’église mondaine assoit la foi dans la société et c’est la petite église mystique qui la fait vivre mais ensembles elles sont une seule et même chose ……

19/07/07 Unité de l’Église et des religions ….

L’Église est une, sainte, universelle autant catholique qu’apostolique. Malgré tout on peut distinguer en elle l’église très majoritairement mondaine, naturelle ou active et une toute petite église mystique, surnaturelle ou contemplative. Il n’y a pas lieu de cacher cette distinction, qui se fond parfois dans les saints. Car toutes les deux forment une unité indissoluble et contester l’une serait contester l’autre. Toutefois, animé par l’orgueil de l’amour-propre inhérent à toute créature humaine depuis la faute originelle, hormis la Vierge Marie par grâce et Son Fils par nature, il peut y avoir une certaine tension entre ses différents acteurs. C’est ce qui a provoqué entre autre jusqu’aux scissions schismatiques dont l’Église souffre encore malgré son désir actuel d’unité. Fondé sur la Charité qui est l’Amour de DIEU et du prochain dans sa perfection et donc dans l’unité, l’Église, sur ce chemin d’œcuménisme, ne peut avoir peur d’élargir sa réflexion jusqu’au fondement théologique existentiel de la charité, qui en fait est le même pour toutes les religions quelles qu’elles soient. Jésus-Christ, Messie universel, dans son enseignement catholique, l’a résumé en deux mots : «  humilité et douceur du centre de DIEU, dont IL est l’émanation » et NON PAS celles du centre des hommes sur lequel on a tendance à vouloir s’appuyer si souvent à tord et à travers bien que ce ne soit pas toujours sans raison apparente ….

20/07/07 guérir …

LUI est l’ÊTRE infini, nous, nous ne sommes que le néant temporel qui doit LUI être offert et communié librement… Insignifiant, ignoble et bas, c’est LUI qui peut nous le montrer et nous en guérir …..

21/07/07 Pénitence …

…. Toutes les formes de pénitence que nous pourrons … Faire pénitence, petite ou grande, c’est le vouloir avec Jésus dont toute la vie a été une terrible et amère pénitence face au péché humain…. Parce qu’IL avait commandé à Cana de remplir d’eau d’énormes jarres, on prétend que c’est la totalité de ces cuves qui ont été changées en vin et qu’ainsi en quelque sorte Il approuvait les plaisirs de la vie jusqu’à l’excès. Or d’une part le récit des évangiles est très précis. C’est seulement en puisant l’eau dans des récipients que celle-ci se transformait en vin, s’ajustant seulement à la nécessité et faisant ainsi des serviteurs de la noce de vrais disciples du Christ. Ensuite par Sa plainte à Marie, précisant que l’heure de Sa Passion n’était pas encore arrivée, Il nous avait fait comprendre combien l’action thaumaturgique de Sa mission LUI était une épreuve supplémentaire… De même combien ces riches repas chez les pharisiens, seulement curieux, devaient LUI coûter ?... sans compter l’interprétation tendancieuse par la foule de la multiplication des pains, etc. …  Mais c’est vrai qu’il ne faut pas cacher qu’il y a toujours une tension ici-bas entre le but d’Éternité de DIEU et le but temporel des hommes. C’est pourquoi le moyen terme de la pénitence s’avère nécessaire ….

4e semaine juillet 2007