24/06/05 Jugement ....

C’est donc bien l’humiliation de DIEU à DIEU - puisque nous LE sommes tous par image - qui explicite cet Univers-DIEU temporel.... Le jugement se fait ainsi entre ceux qui, revêtant cette humiliation, l’acceptent et ceux qui, se durcissant en eux-mêmes, la refusent. Les modalités sont diverses, la vérité unique. Le coeur transpercé du Christ au centre de la croix revêt intérieurement, d’une manière ou d’une autre, les enfants-de-rien ( les âmes qui se considèrent comme tels) avec le manteau royal de dérision de SA livrée dont il a été recouvert chez Pilate. Car la Gloire du Ciel et l’humiliation de la terre sont une seule et même chose, l’une de jouissance illimitée, l’autre de douleur limitée, limitée sauf pour ceux qui délibérément préféreront la damnation éternelle .... Le fait du reste de ne pas vouloir accepter sur terre la réalité de l’enfer ( fuite sans fin dans des tourments indicibles de DIEU-ÊTRE) oriente déjà la volonté vers le péché contre l’Esprit que Jésus, DIEU-en-plénitude, nous enseigne impardonnable. En effet il n’y a dans la foi qu’un seul mystère parfaitement inaccessible à notre appréhension, c’est celui de la liberté humaine, physiquement très relative mais spirituellement absolue. On peut (et on doit) chercher à comprendre ou même à expliquer tous les autres mystères de la foi sauf celui-là. C’est le fond de l’épreuve humaine à laquelle l’homme ne peut que se soumettre aveuglément .....

Témoignage ...

... Ainsi, selon l’enseignement des Évangiles, dans l’univers-DIEU, l’humiliation de DIEU à DIEU, fondement de SON Amour que l’on est appelé à partager, nous pousse à témoigner de DIEU à DIEU seul, quand même toutes les créatures nous oublieraient ou nous récuseraient. Nous avons donc, contre vents et marées, à rappeler les bienfaits des souffrances de Jésus-Christ, rédempteur unique, que sans doute d’autres aussi auront à renouveler .....

L’humilité ....

C’est une vertu si opposée à la nature innée de l’être humain et si pourtant nécessaire pour contrer l’orgueil dur et oppresseur qu’un esprit un tant soit peu avisé ne peut en rechercher ne serait-ce que des morceaux. Malheureusement l’humilité dans sa vérité ne se divise pas: ou on est humble, ou on ne l’est pas; on ne peut être "un peu" humble ... C’est donc dire à l’être humain qu’elle lui est pratiquement impossible ... On peut évidemment faire des semblants et beaucoup s’y essaient. En fait il faut bien le reconnaître DIEU seul est humble et donc forcément doux, comme le Christ Trinitaire le dit LUI-MÊME, puisque l’un ne va pas sans l’autre .... Alors il faut se résoudre à abandonner toute prétention d’humilité, en se laissant juger comme il plaira et rechercher sans cesse à toute force cette humilité infinie qui n’appartient qu’à DIEU et à SON Fils, DIEU parfait (et par dérogation à une créature la Vierge Marie SA Mère)... Comment mieux le faire qu’en contemplant dans l’univers matériel et spirituel l’action de cette humilité Divine qui se manifeste dans cette humiliation de LUI-MÊME à LUI-MÊME, illustrée par la vie de Jésus-Christ .....

25/06/05 Catéchisme au goût de liberté ...

N’ayant pas pu me procurer ce livre, épuisé, où Mgr.Gaillot, m’a fait entendre qu’à travers son équipe, je le trouverai, sinon lui-même (une âme étant toujours seule avec DIEU), du moins ses opinions, je dois me, contenter de l’analyse du site culture et foi. C’est donc à moi en quelques lignes d’exprimer ce que j’entend par ce titre/

Contrairement au jugement de certains, la communauté des premiers chrétiens n’avaient absolument rien d’idyllique, en font foi entre autre les admonestations et les plaintes de St Paul.En fait les premiers chrétiens n’étaient pas autrement que nous sur le plan spirituel, des pauvres petits affrontés également à la contestation permanente de notre nature. Cette contestation a pris au cours des âges toutes les formes possibles. De nos jours il en reste en gros trois pôles: le protestantisme fermé sur sa contestation libertaire, l’orthodoxie fermée sur sa contestation nationaliste et l’église catholique apostolique et romaine que nous croyons défendue contre elle-même par le Christ LUI-MÊME en SON Pape. Mais comment dans cette église de Rome la contestation naturelle ne pourrait-elle pas continuer à fleurir, de nos jours comme hier?

L’évolution fantastique des moyens de communication médiatique ne peut que le rendre plus visible. Elle est, entre autre, celle de la masse française populaire. Sa liberté d’expression semble une nécessité contemporaine et c’est là l’apport génial, voulu ou non, de Mgr. Gaillot. Reste cependant qu’une contestation qui se veut rester dans la vérité du giron catholique, maintenue par le Christ, ne peut que demeurer ouverte à son enseignement traditionnel. Enseignement que l’Église de Rome a toujours défendu contre vents et marées et dont la hiérarchie spirituelle est le garant. C’est pourquoi j’avais demandé à connaître davantage l’évêque de Partenia ....

La messe ...

C’est dans l’incarnation des souffrances sans mesure de DIEU en SON Christ Jésus, renouvelée à la parole de consécration d’un prêtre, désigné par la succession des apôtres, dans une portion de pain et de vin que nous sommes rachetés de notre piteuse mal-croyance, à tous même des plus saints.... Bien que contrit, n’ayons donc pas peur de cette mal-croyance qui par Miséricorde infinie attire la personne du Christ-DIEU en nous. N’oublions cependant pas de remercier à temps et à contre temps ....

26/06/05 .... mission ....

Même si toutes les créatures m’oubliaient, à commencer par les plus proches, si TU établis TON règne en moi ( Gloire du Ciel, humiliation de la terre) , j’aurai rempli (ou restauré) ma mission...TU m’as donné d’expliciter la foi .....

Péché originel ...

Voici un texte, sur un sujet pointu, dont j’ai demandé au journal La Croix une publication, suivi des deux autres écrits "La Mystique" (le 16/06/05) et la "structure du péché" (le 17/06/05). Je ne suis pas sûr que ce journal veuille bien le publier, car ,c’est un fait, que la mystique n’est pas facilement acceptée. On demande bien, de nos jours, des explications plus claires aux données des traditions de l’Église mais peut-être qu’on ne voudrait pas de celles de la mystique? .....:

Le dogme du péché originel dont vous avez dressé la question sur LaCroix du 2 crt., m’intéresse vivement, l’ayant résolue pour mon compte.

Ce, semble à quoi se heurter les théologiens de tout bord, est le refus de prendre en compte le point de vue des mystiques. La mystique, certes, est difficile d’accès pour ceux qui tablent sur la raison mais elle me paraît bien être la seule réponse valable sur le plan spirituel, ce qui n’exclue pas l’approche matérielle des scientifiques, espérant la découverte d’un anthropoïde humain unique pour toute notre espèce .

Pour un mystique, il n’est pas du tout inconcevable que le premier couple humain évoqué par la Bible, ne soit que celui arrivé à la perfection de l’évolution sociale et religieuse (peut-être il n’y a pas seulement plus de 6000 ou 7000 ans?) ayant bénéficié également de la perfection de l’union mystique; union mystique parfaite ( royaume des Cieux) dont il aurait eu la responsabilité de la propagation dans le reste, encore neuf, du genre humain.

Malheureusement les théologiens semblent ne rien vouloir savoir de la mystique, n’en ayant aucune expérience, et se contentent de traiter les écrits des plus grands d’entre celle-ci par l’extérieur.

Si vous pouviez obtenir la publication de ce court texte dans le journal, ne serait-ce qu’au courrier des lecteurs, je suis sûr qu’il réconforterait un certain nombre d’âmes, ce que je m’efforce de faire dans mon site www.f-v-m.net ....

27/06/05 Revenir ....

.... revenir sans cesse aux souffrances d’humiliation de Jésus-Christ et ses mérites de Gloire pour qu’en nous pardonnant, elles nous gardent de nous-même. Car pour moi je ne suis qu’un éléphant d’orgueil, cependant mystique et prophète ....

L’humiliation ;;;

Permettez-moi d’abord de dédier cette note plus spécialement à Mgr. Gaillot.

Il n’y a rien d’autrement douloureux que l’humiliation à ce point que l’être humain (individuellement ou collectivement) fait tout pour l’éviter et qu’on peut très bien la confondre avec le fait de la souffrance physique, morale ou spirituelle.... D’où vient donc ce rejet de l’âme et du corps? La structure du péché originel dont j’ai parlé, ne suffit pas à tout expliquer, bien qu’elle le fasse en grande partie. Certes la temporalité de l’univers dans laquelle apparemment nous naissons exclusivement et qui ne dure pas met en nous cette douleur. Pourquoi donc alors? Sinon parce qu’en nous il y aurait une exigence d’éternité non satisfaite! ...Ce que notre foi en l’enseignement de Jésus-Christ, homme et DIEU parfait, nous permet de comprendre, serait que cette humiliation demeure partagée par la Divinité éternelle Elle-Même, dans une peine irrémissible incarnée en LUI. J’en ai donné les raisons approchées, en réflexions spirituelles et philosophiques, sur mon site. Elles peuvent paraître en même temps trop nouvelles quoiqu’en même temps traditionnelles ce qui peut les faire paraître étranges à certains.... Mais la foi ne doit pas avoir peur de se dénuder ....

Familiarité ...

DIEU n’est-il pas l’ÊTRE unique Tout Puissant qui après avoir tué peut vous jeter dans la Géhenne et que Jésus nous dit de craindre par-dessus tout? En même temps, un et multiple, IL EST toutes choses, hormis le péché ( séparation d’avec LUI). Nos corps sont donc DIEU comme le reste. N’aimons-nous pas nos corps et n’avons nous pas avec eux une familiarité étroite? Quoi donc empêcherait cette intimité avec DIEU? C’est que nous avons une âme qui est un néant absolu mais incompréhensiblement libre en même temps que liée indéfectiblement au corps. Et l’union parfaite qu’elle devrait avoir, est obéré par la filiation au péché originel qui l’y rend rétive. Ainsi à chaque pas l’on tombe et à chaque pas il faut se redresser dans la honte du Christ Glorieux. Être confiant, dans une foi apparemment joyeuse, ce n’est pas posséder la confiance, peut-être illusoire, mais la renouveler à chaque instant .....

28/06/05 La Perfection...

Si la perfection n’est pas un luxe que serait-elle? Les scientifiques de pointe remarquent à quel point l’univers paraît bricolé, fait de bric et de broc. Moi, si j’ajoute qu’il est DIEU ... Alors? .... Pourtant il s’agit de la simple évidence .... De plus DIEU est non seulement parfait mais ne nous commande-t-il pas par SON Fils Jésus-Christ de l’être aussi? ... Alors? ... Ne faudrait-il pas peut-être éviter de se tromper de perfection ? .... Les artistes (chef d’oeuvre?), les scientifiques (prix Nobel?), les politiques (constitution Européenne?), etc.... atteignent-ils à la perfection?... A-t-elle quelque chose à voir finalement avec celle de DIEU? De même qu’au stade, dans une course d’obstacle il faut franchir ces derniers sans chuter, de même, mais tout à fait inversement DIEU ne se préoccupe guère des chutes mais de la seule manière dont on se relève.... La perfection Divine serait donc d’un tout autre ordre... De sorte qu’on peut dire qu’elle n’est que vivre de Miséricorde, douloureuse ET joyeuse, humiliée ET glorieuse, mais toujours nouvelle ... N’y a-t-il pas lieu de faire attention ni de nous tromper de perfection, ni de la refuser ? ....

L’esprit pharisaïque ...

C’est, sans conteste possible, l’esprit pharisaïque qui a mené Jésus à SA mort déshonorante et douloureuse qu’il avait désigné aux noces de Cana comme SON heure à venir c’est à dire comme SA raison d’être. Il fallait en outre que ce soit inévitablement SES prêtres qui réalisent ce sacrifice. Mais cet esprit n’en est-il pas moins présent chez SES disciples comme en témoigne le récit des évangiles? ..... Leurs seule défense a été de se méfier d’eux-mêmes, rappelés par Jésus ou les événements providentiels, sauf pour le malheureux Judas l’Iscariote qui n’avait pas voulu laisser assez de place à cette méfiance..... Avec le Christ, ce n’est donc pas en manière de personnes, de classes ou de castes, qu’il faut voir ou condamner cet esprit si général mais impérativement dans le fond de soi-même. À ce point du reste que le Messie nous dit: ce n’est que ceux qui seront fidèles jusqu’au bout qui seront sauvés! Il ne faut donc pas avoir peur de le regarder et de le pourchasser en nous jusqu’au fond de l’abîme où il gît, appuyés que nous sommes sur la livraison de Jésus-Christ, confortée par SA résurrection et SON ascension, par laquelle IL a vaincu le démon originaire de cet esprit ....

29/06/05 recommencer ...

.... J’ai beau le dire, je dois recommencer à le faire joyeusement, à chaque instant, en m’humiliant toujours plus loin.... Ne pas se lasser du travail de Jésus-DIEU, Seul vainqueur absolu, à quel prix ( c’est pourquoi plus on souffre - en la paix du Christ- ne serait-ce qu’une simple contrariété, .... plus on sert - avec le Christ- au salut des âmes visiblement ou invisiblement) ! ....

Illégalité ...

De mémoire d’homme il n’y a jamais eu de fleur de foi aussi fragile et gratuite que celle-ci. Sans la douceur sans mesure de la Toute Puissance du Très-Haut que serait-elle? .... Ainsi que le bourgeois repu ne refuse pas la pièce au "manchard" qui ne vit que d’aumônes illégales comme lui ne vit que d’un excès illégal de la grâce de DIEU .....

Science physique d’avant-garde ...

Que les réalisations scientifiques sont lentes! Elles en sont encore à celle du programme d’essai de fusion nucléaire d’ITER, alors que nous nous en sommes à la vision de l’"intégrateur de Puissance"! .... Mais c’est vrai que les conditions spirituelles de cet engin inouï, engageant la condition de notre survie, sont tellement aigues qu’il nous faut y réserver toutes nos forces ..... car la lutte risque d’être dure .....

Confidence ....

Je ne peux pas me contenter de quelque chose qui n’aurait d’assise que sur terre. Il me reste trop peu de temps à y vivre. Il me faut donc avoir jusqu’aux pieds dans l’éternité, me contentant de rayonner la blessure du coeur de Jésus témoignée, avec SES intimes, par celle du coeur de Marie.

30/06/05 Soumission ....

Quelle que soit la forme qu’elle prenne, c’est de l’humiliation d’Amour du Christ Trinitaire dont notre vie ou reste de vie doit être le témoin. Personne ne peut la saisir, à peine l’annoncer, mais tous nous devons en vivre la blessure de SON coeur car c’est elle qui soumet pour l’éternité l’"insoumettable" livré librement .....

Nouvelle évangélisation .....

..... Avec des mots nouveaux, dire des choses anciennes .... À Dieu trilogique, le RÈGNE - humiliation -, la PUISSANCE - l’esprit -, la GLOIRE - l’amour- :.... UN et multiple, jamais multiple sans être UN, jamais UN sans être multiple ... Mais pour moi, je ne suis qu’un voleur de grâces, comme ces éléphants ordinaires et grossiers qu’on revêt en Asie de riches broderies pour la fête des dieux ...

L’esprit ....

À l’esprit-DIEU appartient la Puissance d’humiliation d’amour qui structure l’univers temporel comme le Ciel éternel. C’est pourquoi lorsqu’il est interpellé par des procédés extrêmement grossiers, comme la science humaine intéressée, dans tous les domaines (art, science, commerce, politique, théologie, etc...), il ne peut s’empêcher de se laisser capturer mais seulement en fonction même de l’acuité de la demande, dans ce cas très minime ( style, particule, profit, pouvoir, approximation, etc....). Seule la prière constante et désintéressée de SES intimes LUI permet de SE laisser saisir plus pleinement jusqu’à quelquefois SA plénitude ....

1e semaine juillet 2005