2e semaine juin 2006

16/06/06 transformation....

C’est à cette chair criminelle et maudite à être transformée en un rappel vivant de la croix rédemptrice par la fusion à la Volonté de souffrance du coeur Divin. Il n’y a rien de mieux qui puisse être offert à La Gloire de DIEU comme pour le salut du monde et des âmes. Cela parce que la souffrance droite voulue et désirée avec le Christ ( nommé ou non) et non seulement acceptée ou supportée est génératrice de bienfaits inouïs pour tous, encore qu’elle devienne plus légère à porter..... L’humiliation incommensurable de DIEU offre cela aux regards étonnés des anges et des saints..... Comprenons donc bien les arcanes de cette humiliation sans limite: L’incréé s’abaisse au créé, la Gloire de l’Éternité à la temporalité la plus abjecte, jusqu’à cette abomination de l’homme se révoltant dans son péché alors qu’en même temps il lui est présenté une infime partie de la Puissance et de la Beauté de DIEU dans l’univers pour qu’il n’ait pas d’excuse d’en ignorer la plénitude. Mais l’humilité et la douceur Divines sont si intenses qu’en sera remis à la créature la domination mathématique. À l’homme donc de reconnaître cette humiliation sans précédent dont il s’est séparé volontairement par la faute originelle ...

17/06/06 retour à l’état originaire .....

Ce site ( www.f-v-m.net , France - Victoire - Marie . NET) ressemble plus à une balise perdue dans l’océan d’internet qu’à une bouteille à la mer. QUI en entendra le cri? .... Cependant ce n’est pas la souffrance humiliante qu’il faut demander d’abord, même si on en comprend le prix, mais la Volonté de souffrir qui a été celle du Christ depuis SON Incarnation jusqu’à SA mort. Elle est la Volonté de l’humiliation de DIEU sur terre, résumant toutes douleurs en la vie de SON Fils.....

Il n’y a pas de secret du fondement de l’être humain. Il y a seulement que nous fuyons ce fondement de toute la force de notre péché ( et de nos péchés répétés) .... Quant à moi, il m’a été donné un regard. Qu’il ne s’égare pas! L’ambiguïté humaine laisse toujours le choix, avec ou contre Jésus-Christ. Il faut sans cesse se méfier de soi-même .... Mais en quoi consisterait le retour général de l’humanité à l’état d’humiliation moral primitif? Il y a dans la vie intérieure de chacun des lois dont la conscience est le guide. L’influence des conditions de vie influe grandement sur la bonne tenue apparente de celles-ci. Les résultats conditionnés des nouveaux fondements techniques fondamentaux de nos connaissances formeront ( Principe de Moralité en sciences) un excellent cadre moral ( "char du Seigneur" de Luz Amparo Cuevas) qui maintiendra la vie intérieure du plus grand nombre d’être humain. Il y a-t-il un rapport avec l’Apocalypse de St Jean? ... 1000 ans ne sont peut-être qu’une image de longue durée?....

18/06/06 retour à l’état originaire A.- ....

Pour la raison immédiate l’éternité n’a aucun sens. Pour elle en effet il est impossible aussi bien de concevoir d’en sortir que d’y entrer. Le mot existe. Le concept n’existe pas. Pourquoi alors tant d’efforts d’approche dans tous les domaines de l’intelligence humaine? C’est que cette entité qui raisonnablement n’en est pas une semble dominer toute activité de l’univers. Et finalement il est un statut qu’on est obligé de lui concéder, c’est le statut moral de la foi. On croit à l’éternité ou on n’y croit pas. Pourquoi l’un plus que l’autre ou vis versa? Simplement parce que nous en donnons une connotation morale. Il est clair qu’il faut bien déterminer de quelle connotation morale il s’agit. D’abord concevoir qu’au-delà de toute recherche il convient d’entrevoir celle qui est absolument universelle et fondamentale....... Dans ce dialogue inter-religieux comme a-religieux poursuivi sur internet depuis des années, il a été précisé petit à petit ce qu’il convenait d’entendre par là. En même temps qu’on s’arrêtait à l’étrangeté du phénomène moral de rejet universel de l’humiliation, on connotait l’homme Jésus-Christ, qu’il soit nommé ou non, dans cette universalité. Les deux sont étroitement liés car c’est lui qui cristallise dans sa personne humaine cette notation étrange. Il est bien évident que d’emblée on provoquera un clivage profond puisqu’on voit bien la révolte innée qu’il y a en nous, sous toute forme, et autour de nous à ce sujet. Pourquoi donc s’attaquer à un combat de ce genre qui semble réprouvé d’avance?... Parce que une intuition prémonitoire vive, qui a des appuis dans la réalité, montre l’acheminement inexorable des connaissances humaines en train d’arriver à leur finalité... Est-ce immédiat ou lointain? Pour le savoir il faudrait déjà être affronté à une élite intellectuelle universelle. Or cette dernière d’une part se cache sous sa science, laïque ou religieuse et d’autre part il ne peut être question de se mettre à son niveau didactique qui n’est pas le nôtre. C’est donc à la Providence pure qu’il convient de s’abandonner, comme il a été fait jusqu’à présent, malgré que le peu de publicité produite quelquefois ait montré le bien qu’il pouvait en résulter. Mais la gageure est trop grande, l’instrument trop petit, son temps trop compté. Laissons donc agir ceux qui, à son vis à vis, auront qualité pour cela ......

19/06/06 Retour à l’état originaire B.- .....

La liaison entre la vie de l’homme Jésus-Christ et l’humiliation est trop étroite pour ne pas être connue, même mal, par tous. Elle est magnifiée par l’Église en vue de la Gloire de l’ Éternité sur l’optique de laquelle les sciences vont être appelées à reposer jusque dans leur rationalité. Il est nécessaire néanmoins d’en bien clarifier les éléments pour que toutes les religions et a-religions puissent y trouver leur provende présente et à venir..... C’est donc une vision de l’homme Jésus dans cette relation qu’il convient de rechercher bien qu’il est vrai on ne puisse vouloir ne pas s’arrêter là selon les dispositions de chacun. Mais pour l’homme Jésus il est évident que DIEU seul est acte, DIEU seul agit, DIEU seul fait. À son tour pour être acte il n’est que pure fusion. C’est dans ce sens de conscience d’homme Divin qu’avec son "Père" des Cieux, il agit sans cesse alors que la création n’est en elle-même que non-acte, état complet d’humiliation. Les savants aiment bien citer les versets des écritures pour asseoir leur point de vue et réfuter les autres. Pour nous, il ne peut pas en être ainsi. Car c’est de l’esprit de Divinité qui s’impose à l’homme Jésus que nous traitons et c’est sur la présence de sa vie entière que nous nous appuyons à chaque avancée..... Pourquoi rechercher en l’homme Messie cette assurance d’être DIEU? C’est, comme nous l’avons dit maintes fois, qu’arriver à la finalité des connaissances, nous allons être directement affrontés aux extrêmes et qu’il est indispensable de confronter les notions du TOUT, DIEU, qui sont les nôtres. Si un homme se dit le TOUT et manifeste que sa vie est en porte à faux complète avec la nôtre, en l’assoyant de plus de preuves mystiques qu’en toute bonne foi il est difficile de récuser, il y a lieu de chercher en quoi consiste ce porte à faux. Il est vrai qu’ici est employé facilement un tout autre langage que celui usité traditionnellement, mais il repose exactement sur les mêmes bases, face seulement à l’expérience de la vie courante .....

Retour à l’état originaire C.- .....

Comment le Christ Jésus nous mène à concevoir à travers la force exemplaire de sa vie un retour à un DIEU humilié dans la temporalité?... Il est un fait que tout notre être s’y rebelle et que bon nombre de croyants, même chrétiens de haut rang, ne peuvent le supporter tant l’état d’humiliation, de non-acte, nous est, d’une manière innée, en horreur. Pour l’homme Jésus il en est radicalement autre, bien que sa nature, qu’il a conscience d’être parfaitement sans faute, sollicitée par une sensibilité exacerbée le ressente plus douloureusement que quiconque, passé, présent ou à venir. Mais plus qu’à toute autre chose, sa pensée va à la grandeur immense de l’anéantissement Divin dans l’univers et principalement dans l’être moral humain. L’intelligence de la souffrance rédemptrice qui résulte du pardon donné par la Bonté de DIEU ne lui échappe jamais jusqu’au paroxysme de sa Passion et de sa mort..... TOUT ( et par conséquent chacun d’entre nous), sauf le péché, est DIEU en effet. Notre création personnalisée repose simplement sur la liberté-d’un-néant associée au corps et à l’esprit particulier de DIEU-multiple quoiqu’un. Tout le travail de cette liberté consiste à reconnaître, par Amour ou Compassion, ou Obéissance, ou Adoration, etc..., la nature abjecte de ce qu’elle est devenue par sa faute originelle et le vertigineux abaissement de DIEU qui en résulte..... Qui tomberait amoureux de la douce humilité sans limite de DIEU, si douloureuse à cause de la violence de notre orgueil?.... Sinon celui qui oserait voir l’atrocité infinie de son vice en même temps que la mansuétude Divine inouïe qu’on ne saurait mesurer. L’oeil de l’homme Jésus voyait cette atrocité par comparaison à sa propre pureté et son amour voyait l’application qu’en faisait sa propre incarnation Divine de la Bonté du "Père", dans le profond respect de notre liberté.

20/06/06 Retour à l’état originaire D.- ....

Comment répondrons-nous à une telle invitation unique pour la sauvegarde de la vie temporaire du monde comme pour celui éternel des âmes? Ce n’est pas le motif utilitaire qui doit être notre premier souci mais rendre à l’humilité incommensurable de DIEU la louange qui lui est due.... En effet tout se meut dans l’univers par cette constante si émouvante. C’est vrai qu’il y a des âmes endurcies dans leur révolte, de même qu’inversement il y en a d’autres qui semblent ne l’avoir jamais éprouvée. Il d’agit là de minorités extrêmes. La masse, elle, est plus fluctuante et influençable et c’est elle qui doit être rassemblée et préparée pour les durs temps de la fin ...... C’est donc bien ceux à qui il est donné de mieux comprendre l’homme Jésus que reviendra la responsabilité d’entraîner les autres. Ne croyons pas qu’il s’agit forcément des tenants de la foi chrétienne bien que ce soit l’Église qui détienne l’expression de la pleine vérité et que ses fidèles soient responsables entre tous. Aussi se fondant sur la richesse spirituelle unique octroyée à l’Église catholique doit-on en ouvrir à tous ses trésors les plus précieux.... Rappelons encore une fois qu’il s’agit de comprendre le retour à l’état moral originaire de l’humanité qui ne peut être qu’à l’image possédée par la conscience de l’homme Jésus c’est à dire un état d’humiliation Divin, réalité profonde de DIEU dans la temporalité. En effet puisque la notion DIEU veut dire TOUT même ce qui ne serait pas, il est bien évident que la situation temporelle demeure tout à fait en dessous de ses possibilités qu’on traduit puisque Jésus-Christ l’a personnifié, par l’acte moral correspondant d’humiliation Divine. Mais constatant l’horreur viscéral que nous en avons, le retour à l’état primitif ne peut se faire que doucement par des expédients. Ce sont ces expédients dont Jésus a donné les moyens à son Église. On ne peut d’abord ignorer l’Esprit Saint dont Jésus montre la plénitude de l’esprit qui est donné par ailleurs aux hommes à un moindre degré pour toutes leurs diverses activités. L’Église l’honore dans la Trinité Sainte. Ensuite l’homme Jésus montre l’attention que nous devons avoir à notre prochain, puisque nous sommes en réalité tous DIEU en notre corps ou plutôt humiliations de DIEU car IL s’incline dans les formes les plus abjectes devant la liberté de notre néant.

Retour à l’état originaire E.- ....

L’adhésion à la conscience de la nature de DIEU que le Christ homme avait en lui, se concrétise par le signe de l’eau commun à toute nécessité de vie. En effet si tout dans l’univers est humiliation Divine, il y a une hiérarchie entre les choses, comme Jésus avait conscience qu’il y en avait une en DIEU même. Ainsi l’eau est vitale pour entretenir la vie et transmet entre ceux qui reconnaissent la nature Divine révélée dans le corps de Jésus leur communauté d’esprit ... C’est le baptême au nom de la personne de Jésus, reconnaissant en elle celui qui est Père de toutes choses de même que l’Esprit qui sensibilise . On y reconnaît le retour à cet état moral d’humiliation premier de l’être humain par l’influence de la nature Divine perçue telle que l’a confirmée la vie de Jésus-Christ, premier trésor de l’Église. Il est commun à tous ceux qui par acte ou par désir adhère à cette vision Messianique. Il se transmet de l’un à l’autre. Dans l’Église la foi catholique y ajoute souvent une consécration à l’adhésion de la vie de Marie, mère de Jésus, identique en tout point, moins la manifestation publique, à cette conscience de son fils d’être exempt de toute faute originelle. C’est pourquoi à cause de cette humble exemption publique de Marie, l’Eucharistie, centre de la vitalité de Jésus, renouvelant en du pain et du vin la présence actuelle de son corps et de son sang, ne sera célébrée dans l’Église catholique, par la succession des apôtres, que par des hommes chastes. Ainsi l’Eucharistie, deuxième trésor légué par l’homme Jésus à son Église, recrée doucement la conscience de l’humiliation Divine en nous. Tout dans l’univers étant humiliation de DIEU, le pain et le vin sont choisis, en plus de leur signification Biblique, comme nourriture de l’homme pour représenter cette magnificence de l’humilité et douceur Divines que l’homme Jésus se sent incarner. Donc l’Eucharistie apostolique de l’Église, corps et sang Divin, peut se renouveler, en esprit, notamment chaque fois que l’on prend de la nourriture quelle qu’elle soit. En fait, lorsqu’on compris l’intention profonde de l’homme Jésus on fusionne aves sa volonté par tous les moyens possibles dans cette optique de l’humilité et la douceur du centre Divin, quelque soit par ailleurs du reste cet état en nous de révolte encore latent.

21/06/06 Retour à l’état originaire F.- ....

Du reste le Christ nous soumet au jugement de ceux qui l’ont avalisés et à qui de fait nous devons avoir recours. L’Église catholique en a reçu donc le dépôt du sacrement de pénitence. Il nous permet de jalonner la route du retour à l’état originaire parsemée de toutes sortes d’embûches. Car c’est vrai que reconnaître l’humble sensibilité de DIEU a aussi ses exigences. Et cette véritable conversion que nous attendons, d’un monde hostile par origine à l’état d’humiliation ne se fera pas sans lutte même brève. Et si elle sera aidée concrètement il reste d’abord la nécessité de l’effort sur soi encouragé par celui des enfants-de-rien qui eux, étant minoritaire, auront besoin de tout appui possible. L’homme Jésus est sûr de sa victoire universelle. L’un de ces principaux appuis laissé par lui réside sans conteste dans la direction que donne le Pape en l’autorité duquel tous les catholiques se soumettent. L’autre se trouve dans la réalité de la mystique sur laquelle la vie publique du Christ s’appuie. Par la Passion douloureuse de toute sa vie et de sa croix, voulue et désirée l’homme Jésus se montre vainqueur absolu de l’orgueil violent humain en reconnaissant en lui-même la nature véritable de DIEU. Quelle que soit la voie que nous empruntions, ( l’Amour préconisé en même temps par Jésus, l’Obéissance par Moïse, l’Adoration par Mahomet, etc...) il est clair que c’est avant tout cette nature Divine dont nous devons reconnaître le fondement, en nous y efforçant d’émarger. ......

22/06/06 option ....

Il m’a été donné de dire en peu de mots, mais progressifs, ce qu’il fallait dire. Il s’agit maintenant de percer les entrailles du monstre. Pour ce faire deux armures, parfaitement identiques, sont sans cesse à notre disposition. L’une bonne, l’autre mauvaise, l’intention seule sait les distinguer ...... Demandons donc instamment contre nous-mêmes, la volonté expresse de souffrir qui a été , malgré la répugnance de sa nature humaine, la Volonté implacable de Jésus, re-créatrice de l’état universel d’humiliation de la Gloire de DIEU, nécessaire au salut temporel du monde comme éternel des âmes ....

4e semaine juin 2006