4e semaine mai 2007

01/06/07 trop ....

Trop de choses à dire .... vivre sa mort en Christ Jésus, Le Vivant ......

02/06/07 l’échec ....

Si autres choses que la souffrance pouvaient nous rapprocher de Jésus, Il nous les donnerait.... Quel serait notre choix, compte tenu de l’avancée de notre foi?... Il nous faut vivre avec LUI l’échec de la mission au Golgotha, soumis uniquement au succès de l’Esprit Saint à venir .....

03/06/07 Esprit Saint ....

DIEU envoie l’Esprit à tout être humain, selon Sa prescience pour l’utilité de chacun, à l’artiste, au scientifique comme au croyant, de même qu’au voleur, à l’assassin ou à l’incroyant. Mais pour que l’Esprit devienne Esprit Saint, c’est à dire union de DIEU Trinitaire, il LUI faut des bases solides que seule la droiture de notre liberté peut établir. C’est pourquoi DIEU a envoyé Son Fils unique et L’a confirmé à travers Son Église... En effet le destin humain libre est la jouissance d’une béatitude Trinitaire, qu’on peut du reste appeler quaternaire, éternelle, pour un peu ( quantité relative bien sûr à son usage si contraire à la nature temporelle) de souffrance ....

04/06/07 expérience mystique ...

Les mystiques sont donc ceux qui ont quelque expérience sensible de la réalité de l’au-delà. Si la moitié des gens ont ou ont eu une telle expérience, d’après des études faites aux Etats Unis, en fait à peine 10% y restent intéressés et à peine 1% en vivent comme il faut. Ces expériences de l’"anormal" par rapport à la rationalité qui est l’attitude "normale" du groupe humain n’en établit pas moins les religions même si là aussi la rationalité du groupe religieux l’emporte de loin. En effet ce sont les avancées de connaissance des mystiques qui promeuvent celles des religions le plus souvent après coup. On s’est demandé si Jésus-Christ était oui ou non un mystique. En réalité Son expérience mystique humaine se trouve par son intensité totale au-dessus de toutes les expériences de ce type. On pourrait peut-être dire qu’IL est le maître absolu de la mystique et de son unité. Car ce qui caractérise en outre la mystique en général, c’est le manque de cohérence dans son sein, étant donné qu’elle est étroitement dépendante, dans ses expressions, de la culture et de la personnalité de chacun forcément contradictoires entre elles. Il y a aussi une autre réalité de la mystique, c’est qu’elle n’est pas admise par principe de la majorité des âmes rationnelles alors que l’inverse n’est pas vrai. Les mystiques comprennent ou cherchent à comprendre parfois douloureusement, la nécessité de la rationalité. Il y a en outre de ce fait une certaine pudeur, sauf nécessité, à faire état des expériences mystiques. Mais les mystiques ont une très grande responsabilité dans la marche eschatologique de l’histoire humaine. Elle deviendra de plus en plus visible dans les temps à venir ....

05/06/07 tournant .....

En expliquant la mystique, comme il a été fait, par une expérience personnelle (parfois collective) sensible de l’au-delà hors nature, on renvoie la science à sa rationalité et on circonscrit de même la théologie dans ce secteur, duquel pourtant elle peut quelquefois déborder.... En réalité on se trouve à un tournant de l’histoire humaine où science et théologie rationnelles vont avoir à s’incliner ensemble devant la mystique telle qu’elle est définie ici. Comment expliquer cette union jusqu’à présent considérer contre nature, sinon par une métaphysique des contraires orientés dans leur finalité au Bien pur. Un seul homme en a essayé une esquisse dans l’histoire de la philosophie, en y étant depuis toujours considéré comme marginal, c’est le cardinal du XVe siècle Nicolas de Cue. Préférant se livrer à l’action pour l’unité des religions notamment entre l’église catholique et l’islam, il a négligé de développer suffisamment ses idées. Aussi ne peut-il être que d’une aide assez faible. Il faut donc innover. Un simple mystique, sans instruction préalable, peut-il faire autre chose que d’émettre ses intuitions profondes pour tout au plus soutenir la démarche de qui de droit? Ainsi de même que la théorie de la supra-relativité d’Hawking et d’Hertog ne pourrait suffire à franchir exactement la limite de l’infini mathématique sans l’appui de la mystique, de même une théologie qui n’établirait pas en détail l’humilité et la douceur de DIEU, révélées par Jésus-Christ, avec ses conséquences mystiques, serait d’une universalité insuffisante .....

06/06/07 infatuation ....

C’est vrai que devant tant d’infatuation de notre part, on peut être étonné de cet Amour grandiose de DIEU pour nous. Notre travail est de nous y rendre sans conditions .....

07/06/07 livré ....

Dans communion Jésus-Christ livré broie la rébellion de nos cellules maudites et criminelles ....

2e semaine juin 2007