3e semaine Mai 2006

24/05/06 une seule chose ....

... assujettir par nos indispositions, aussi minimes que violentes soient-elles, avec le Christ Jésus et en LUI, nommé ou non, la révolte contre l’état d’humiliation qui était l’état naturel et normal de l’être humain, débouchant sur l’union mystique, avant le péché originel .....

25/05/06 ce qui importe ....

Quelles que soient les données prophétiques concrètes qui peuvent être établies et aider le monde, puisque les sciences vont se trouver affronter au choix de la foi et surtout pas de n’importe quelle foi, ce qui importe et importera toujours jusqu’à la fin des temps est de travailler par nos souffrances, unies à celles du Christ Jésus, à l’avancement ( dont dépend celui de beaucoup d’âmes) des enfants-de-rien de toutes les religions, dans l’état d’humiliation qui est celui, sur terre, de DIEU LUI-MÊME, et cela d’abord par l’interférence de l’Esprit..... DIEU Seul est le parfait sacrificateur de LUI-MÊME en nous pour nous recréer éternellement en et avec LUI .....

26/05/06 le coeur ....

L’Église catholique est le coeur de toutes les religions et ses membres ont à travailler pour ces dernières comme pour le monde entier. Sa force réside dans la révélation de l’humilité et la douceur de DIEU, fondement de SON Amour et de toutes autres vertus. Suspendus dans notre orgueil, nous ne devons pas avoir peur cependant de sonder l’abîme de la douce humiliation Divine et de marcher vers LUI. Entre autre, les effets des épines de la couronne du Christ Jésus doivent pénétrer jusqu’au fin fond de nos entrailles pour que nos pensées soient toutes à LUI. Ainsi nous serons rendus libres et légers, propres à l’humiliation parfaite de quelques instants de la croix en vue de la Gloire Éternelle de la résurrection pour la réparation avec LUI de nos fautes et ingratitudes sans cesse répétées ......

27/05/06 sensualité ....

Ceux qui ne savent pas s’élever, ne serait-ce que par la pensée, au-delà de l’idée de la sensualité physique ou spirituelle, ne comprendront jamais ce qu’est la Gloire de la Résurrection éternelle faisant suite à l’humiliation temporelle parfaite de DIEU, dont le Christ est l’incarnation..... Si le mot amour indique une préférence à autre chose que de soi-même, ne serait-ce qu’aimer un gâteau, une femme, etc..., il y a un abîme entre aimer le TOUT en dehors de soi-même, DIEU, et tout amour sensuel, fut-il spirituel, qui ramène tant soit peu indirectement à nous-mêmes. Et la nature de la résurrection à la Gloire éternelle réclame d’abord l’anéantissement parfait de soi-même, à l’image de celui de DIEU. C’est vrai que l’amour commun, prenant source dans la volonté, elle-même dirigée par nos pensées, s’éduque petit à petit jusqu’à la rupture transformatrice nécessaire, ne serait-ce qu’au purgatoire. La vie humaine en témoigne et nous y prépare selon la bonne volonté de chacun. Mais la jouissance éternelle, comme certains mystiques peuvent en témoigner, est d’un tout autre ordre que la sensualité bien que souvent les mystiques ne puissent faire autrement qu’en plus extrême de s’y référer, malgré l’erreur qui en résulte. Quant à moi, je dis des choses traditionnelles mais d’une manière tellement nouvelle que c’est mon incapacité qui me sert de garant ....

28/05/06 encore ....

L’Église est avant tout le lourd poids de tout un peuple, de ses chefs et de ses scribes à qui Notre Seigneur a concédé la pérennité véritable. En effet tous sont appelés bien que le nombre des élus soit petit... Mais d’abord il faut considérer la véritable situation morale de l’être humain, quelqu’il soit, individuellement ou en groupe, dont tout le monde, en droiture de conscience, peut facilement faire l’expérience qui consiste en une révolte viscérale contre l’état d’humiliation. Et c’est à ce point que même le mot en est banni de la conversation courante. On préfère parler de la dignité de l’homme, etc...; mais en fait quelle dignité pour cet avorton prédateur?... La réalité qu’il faut encore répéter, se révèle être antérieurement dans l’histoire, avant une conséquence originelle redoutable, un état naturel des sociétés et des individus d’adhésion à l’humiliation morale généralisée. Cet état ordinaire d’acceptation ne devait poser aucun problème notamment concernant la souffrance et la mort. Et même si l’on accepte la responsabilité universelle d’un couple arrivé à l’union mystique, non tenue, analogue peut-être à la condition dans laquelle s’est trouvé le Christ après sa résurrection de 40 jours sur terre, ces éléments auraient-ils pu être supprimés, sous condition, pour l’homme.... Mais comment faire comprendre au monde pécheur la réalité tangible de l’union mystique?... Tout est DIEU, hors de l’univers dans SA Gloire et dans l’univers dans SON humiliation. Et nous, depuis la faute originelle, prisonniers de notre révolte contre l’état d’humiliation, sommes appelés malgré tout par la foi au Christ-Messie à la libération effective jusqu’à la renaissance éternelle. LUI seul peut instaurer le règne visible de DIEU dès cette terre ( par SON coeur, accompagné de celui de SA Mère, Marie, inséré dans l’humiliante croix doublée de SA résurrection que nous avons à irradier, n’est-ce pas?!....) . Mais faisant suite à la dénudation des sciences à venir, nous avons à dénuder aussi les données de la foi ....

29/05/06 suspens ....

C’est le Coeur de Jésus, enclos dans celui de SA Mère Marie, qui nous amène à partager SON humiliante Passion, guérissant l’homme de cette inversion pécheresse devant SON humiliation temporelle Sainte, en union spécialement avec tous les chrétiens et les prêtres condamnés injustement par les autorités civiles ou religieuses.... Oui, je peux dire que DIEU est absolument TOUT, hors la temporalité dans la Gloire et à l’intérieur de la temporalité dans l’humiliation. On dira donc, en se soumettant à la raison philosophique et scientifique, mais pour la dépasser qu’il EST " TOUT ET rien" mais forcément pour nous en même temps " MORAL".... En réalité en face du caractère vicieux de l’homme, l’enjeu de fond est autre et se résume en deux mots: Pour le Christ Jésus ou contre LUI.... Faut-il donc vraiment contribuer au progrès en s’efforçant de développer les arguments du dépassement de la raison?... Faut-il vraiment travailler, si peu que ce soit, à dénuder la raison pour y faire accéder la foi et dénuder la foi pour y faire accéder la raison, en permettant ainsi la conquête de cet intégrateur de Puissance, dit moteur à ion, ou il est vrai, d’une manière plus consolante, char du Seigneur (mais que SES ennemis posséderont aussi) qui ouvrirait la conversion du monde entier mais en pouvant l’inverser ? ... J’avoue que je chancelle ... Suspendus dans l’orgueil et la violence, offrir notre regard tourné vers le coeur de DIEU, douloureusement à cause de nos péchés, humble et doux, sans mesure .....

30/05/06 étonnement ....

Ne nous étonnons pas de notre fragilité due à l’orgueil et à la violence car DIEU SEUL est doux et humble .... Et nous ne pouvons qu’un regard de confiance vers LUI pour qu’IL remonte jusqu’à ce que nous sommes.... En effet la dignité parfaite de l’homme est à l’image du Christ-DIEU dans l’abaissement, relevé par son regard sur l’au-delà ....

31/05/06 encore résumer ...

Je résume encore ce que le site internet www.f-v-m.net s’efforce de dire depuis plus de six ans.

Les temps arrivent où il va être donné à l’homme, s’il le veut, un instrument concret pour son épanouissement temporel universel. Les fondements de cet instrument reposent sur ceux de l’univers eschatologique, c’est à dire hors temporalité, nommé par les religions "Cieux" et réclament un acte de foi par les connaissances profanes. Il y a cependant une condition pour que la sagesse humaine s’arrête d’une manière bénéfique à cette union finale de la religion et de la science. Il lui faut reconnaître le fondement de toutes les religions, révélé par le Messianisme Divin du Christ Jésus. Il s’agit du fondement de la Charité Chrétienne, comme celui d’autres voies, peut-être moins parfaites pour y arriver, comme l’obéissance Juive, l’Adoration musulmane, etc.... . La vie et l’enseignement de la vie de Jésus-Christ exprimés par l’Église catholique et apostolique, garant de sa doctrine, nous révèlent que ce fondement réside dans l’humilité et la douceur du centre de DIEU, donc de SON état d’humiliation dans l’univers, l’une n’allant pas sans l’autre.. Il n’y a pourtant rien de plus étranger à la nature humaine en soi-même, depuis sa révolte originelle, à n’en pas douter historique (cf. journal 25/12/05). Alors ? .....

1e semaine juin 2006