4e semaine avril 2007

01/05/07 foisonnement mondain ....

C’est TOI qui vis moi, malgré les douleurs des offenses que je T’impose, heureux seulement que en dépit de cela je TE reconnaisse et agisse en conséquence....Pardon, merci.... Et comment pourrais-je donc traiter d’autres chose, moi que TU rejoins, sans compter TA souffrance dans l’infamie de la nature, que de cette humiliation et douceur infinie de TOI, structure de TON Amour. Bien sûr c’est aussi le fondement de toute autre de TES voies comme celui de l’universalité du temporel... Qui dira cette humiliation et douceur de DIEU jusque dans le foisonnement mondain .....

02/05/07 ambiguïté ....

L’ambiguïté qui est le propre du progrès humain, ne peut être compatible avec le témoignage de l’Église. Le royaume du Christ Jésus en effet n’est pas de ce monde. Sa résurrection terrestre, elle même, dans laquelle son corps portait les stigmates de Sa Passion, n’a duré que 40 jours avant Son Ascension.... Aussi le BEAU temps à venir de l’humanité, new age ou printemps de l’église, prophétisé ici et là ne saurait en tout état de cause n’être pour l’Église qu’une halte épanouissante avant l’épreuve finale de la fin des temps. Mais en parcourir les détails, est-ce y participer? ....

03/05/07 autre ambiguïté .....

Il y a une autre ambiguïté que celle du progrès humain et qui à la fin des temps lui est lié. C’est la fusion de la mystique avec les réalités concrètes. Ainsi en a-t-il été de la thaumaturgie du Christ Jésus en son temps et en est-il aussi de ses disciples choisis. De plus les sciences futures y seront étroitement unies. C’est un peu en cela qu’un Teilhard de Chardin s’est laissé aller sans trop prendre de précautions évangéliques. En effet cette entrée à venir des sciences techniques dans le fait mystique, dont beaucoup ont la prémonition, sera spécifique de la fin des âges.... Nous avons vu dans ce site qu’elle ouvrirait un BEAU temps pour l’humanité et l’Église mais avec une possibilité d’inversion sans rémission. Ce n’est que la dernière épreuve de notre liberté. Pour cela nous avons dans la foi jusqu’à la fin avec nous le Christ Jésus catholique, plein vouloir incarné de la Volonté Divine parfaite .....

04/05/07 "elle" ....

Le Seigneur n’attend pas qu’une âme soit parfaite pour être "elle" et S’unir "elle"... Petit à petit ou selon IL révèle à l’âme la profondeur infinie des souffrances que les révoltes de son néant-libre LUI font supporter en elle, en même temps qu’IL montre à cette âme, néant-libre révolté, les joies hors-nature encore plus grandes que LUI procure le moindre mouvement de sa part vers une libre union .....

05/05/07 permission ....

Nous ne pouvons pas lutter de nous-mêmes contre l’hydre révolté... Communions donc au bras humble et doux, Tout Puissant du Seigneur. IL sait la place ( douloureuse et joyeuse ) qu’IL S’est donné en chacun de nous dans ce combat apocalyptique. Le Christ Jésus en révèle la plénitude.... Plus tu souffres en paix plus tu sers les âmes. Quand on souffre réellement on souffre toujours mal comme Jésus-Christ à Gethsémani mais soumis avec LUI. La sur-nature seule comprend cela mais il faut faire l’effort de l’entretenir et de la développer sans cesse..... Le fait de faire un effort couronné de succès ou non, bien qu’il paraisse venir de nous, n’est qu’un don de DIEU dont il faut rendre grâce humblement en voulant le renouveler, DIEU n’ayant besoin que de la permission invisible de notre liberté ....

06/05/07 donner DIEU ...

Donner DIEU, soit directement soit indirectement, aux autres, seul acte qui leurs soit nécessaire, c’est donner DIEU à DIEU .....

07/05/07 théologie de l’humilité Divine ....

Tout dans l’enseignement de la Bible et des Écritures Saintes de toutes religions ramène et a toujours cherché à ramener, malgré la réalité opposée des faits ( guerre, fanatisme, etc...) , à l’humilité et à la douceur comme fondement de toute voie droite y compris et surtout dans les Évangiles pour la voie de l’Amour Chrétien. Pourquoi cet enseignement si général qui forme l’unité de fond des religions est-il apparemment si ambigu et si caché? On peut bien dire certes que par définition l’humilité et la douceur n’aiment pas à se montrer. Mais si ces fondements sont si nécessaire à chacun comme à l’unité interreligieuse et donc en définitive à l’unité du monde, pourquoi il en est ainsi?... Et pourquoi ses contraires, orgueil et violence, qui ont leur racine indubitablement à l’intérieur de chacun d’entre nous, sont-ils apparemment si généralisés?... En un mot est-il possible d’établir une théologie unitaire pour l’humanité?... Qu’est-ce que finalement l’humilité véritable qui ne peut se passer de la douceur telle que le Christ Jésus, reconnu comme Messie universel, l’enseigne dans Sa vie?... Ne serait-ce pas la reconnaissance volontaire et apaisée, sans cesse renouvelée ( pour ne pas être naturelle), des limites exécrables de fait, et de notre être extérieur ( quand même serions-nous milliardaire et génial....), et de notre être intérieur ( quand même serions-nous submergés de grâce les plus saintes....)?... Mais DIEU peut-il ÊTRE humble et doux comme le révèle Jésus-Christ en Sa personne Divine, selon ce que croient les chrétiens?.... Autrement dit une théologie unitive de l’humilité est-elle possible?.... Telle qu’elle est incluse dans l’enseignement du Christ, sans équivoque, il apparaît impossible qu’elle soit détachée rationnellement de la vie même du penseur qui s’en occuperait. C’est pourquoi dans sa rudesse évidente à la nature normale, elle a besoin de voies complémentaires qui lui soient étroitement liées (Amour, Compassion, Obéissance, Adoration, etc...). Acceptant ce témoignage Messianique et en fonction également d’un apaisement prophétique des désirs de l’humanité toute entière par l’union de la mystique et de la technique scientifique à venir, peut-être peut-on envisager la notion de DIEU sous ce jour théologique où IL est à la fois souffrant indiciblement à cause de notre révolte naturelle et en une joie surérogatoire, justement dans SON humilité et douceur, de la moindre de notre union ....

2e semaine Mai 2007