08/03/04 Les mérites des souffrances du Christ peuvent aisément transpercer la carapace de révolte d’orgueil vaniteux, cupide et sensuel qui nous enserre mais en retour ne donnons-nous pas encore un renouvellement de péchés et pire encore d’ingratitudes c’est à dire l’appropriation ou l’essai d’appropriation des grâces qui nous sont accordées?! .....

.... C’est donc sur terre AVEC Jésus, face à la majesté de DIEU-Amour , une douce humiliation intérieure perpétuelle qui nous est demandée....

Je viens d’envoyer des e-mail à certaines paroisses, pour, si elles le veulent, promouvoir à travers l’exposé de ce site  tel qu’il m’a été donné, un renouveau spirituel de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus appuyé sur celui de Marie...

09/03/04 Ce que le Christ cherche sur terre c’est une incapacité (pour ne pas employer de mot négatif plus fort) qui librement se reconnaît comme telle, malgré tous les dons qui peuvent l’entourer ou se développer afin d’y recueillir la coupe d’humilité et de douceur de SON Amour, jusqu’à vouloir souffrir l’incommensurable pour elle....

......Contempler le néant du Christ jusqu’à ce que, ensemble, en moi et sur ceux qui m’entourent, se grave le visage de SON ÊTRE....

... Cette humiliation intérieure perpétuelle qui sur terre nous est demandée par le Christ, doit être vécue avec SA propre humiliation de DIEU-homme si on veut en goûter la douceur.....

10/03/04 Servir le plus pauvre parmi les pauvres, Jésus-Christ, à qui cependant tout est dû et que, dans SON humilité infinie, rien de nous ne rebute ( où donc iraient les âmes-de-rien, les nourrissons du psaume de David, s’IL ne descendait jusque là) .

" J’ai dit: vous êtes des DIEUX [jean 10/34-35]" ... Mais comprenons bien notre nature! Il y a un DIEU d’orgueil ou un DIEU d’humilité ( le DIEU de l’Église ) ... deux camps, il faut choisir...

11/03/04 Si nous sommes conscients des grâces qui nous sont concédées et de notre indignité, nous ne pouvons qu’être apôtre, auprès des âmes bancales, notre révolte brisée par la croix du Christ, de la miséricorde infinie de DIEU,  et de SON centre Divin, le coeur saint de Jésus-Christ....

... Les pauvres ne peuvent être que missionnaires de la charité ( c’est pourquoi l’église catholique en a fait l’option), mais nous, les riches (matériellement, moralement ou spirituellement), ne pouvons être que missionnaires de la miséricorde Divine....

12/03/04 Les fondements véritables de toutes les religions bien nées sont les mêmes que ce qu’il y a d’inscrit dans la conscience humaine, mais avec des degrés et des coutumes d’applications variées. C’est pourquoi le CHRIST nous a été donné pour que toutes puissent les accomplir en esprit et en vérité ....

Nous, les missionnaires universels de la miséricorde, avons, envers et contre tout , comme point de ralliement les souffrances du Christ miséricordieux et de SON centre sensible....Car les souffrances du Christ-miséricorde emporte la rébellion de notre volonté dans la soumission de la Sienne ...

13/03/04 On le voit très bien à travers les événements d’aujourd’hui: les attentats meurtriers d’Espagne et le film réaliste de Mel Gibson sur la Passion, il y a dans le monde deux camps qui passent au milieu même de toutes les religions ou non-religions (chrétiennes ou non): celui de la haine, à tous les étages et également à tous les étages, celui de la Miséricorde. Il est demandé à l’humanité de choisir.... Mais ne disons pas que nous sommes obligatoirement dans le camp de la miséricorde et de l’amour, car tous, sans exception, nous sommes des révoltés et sans la fusion, à quelque degré que ce soit, aux souffrances du Christ, nous ne pouvons rien.

Le Christ cloué sur la croix interpellé par les hommes pour qu’Il en descende pour montrer SA puissance, éprouvait sûrement dans son corps et savait que c’était en SON pouvoir de le faire. Mais une seule chose LUI importait: la Volonté du Père effective dans SES dépendances sur l’univers.

14/03/04 La jouissance éternelle (c’est à dire toujours nouvelle et croissante) du ciel des milliards de milliards de milliard, etc... de fois plus intense que la plus grande jouissance terrestre, nécessite cependant pour y accéder la caution de la libre humilité de l’être humain gage de l’amour. C’est pourquoi l’épreuve de la création du temps et de la souffrance qui en résulte est nécessaire pour transformer l’orgueil de l’homme. Les grands mystiques comme Angèle de Foligno ou autres, en apportent une certaine translation d’expérience. Mais la majorité des humains ne savent pas écouter leurs mystiques. Elle rabaisse leurs manifestations à celles de veaux broutant l’herbe que seules elle connaisse.

À ce propos, les premières manifestations mystiques qui peuvent déclencher une conversion, si peu banales qu’elles soient, ne concernent que l’âme particulière en elle-même. Elle est souvent tentée cependant, s’appuyant sur cette tige infiniment fragile, de vouloir faire partager sa foi aux autres. Cela ne convient pas. Ce n’est qu’après une confirmation éprouvée dont le délai est très variable d’une âme à l’autre, ( trois jours pour St Paul déjà très avancé dans la connaissance de la foi juive, des dizaines d’années peut-être pour d’autres, etc...) Que DIEU permet à une âme, en tout combat de vérité, de se mettre en mission découverte. Mais quoiqu’il en soit le Christ marche toujours devant nous, aussi dans la souffrance. Toutefois il nous faut vouloir faire pour les autres, avec LUI, à notre échelle, ce que Jésus fait et a fait pour nous sans jamais se lasser un seul instant .

.... et malgré notre faiblesse, une seule croix avec TOI ...

À propos d’un e-mail:

Sans avoir vu encore le film de Mel Gibson sur la Passion du Christ, il est certain que cette manifestation cinématographique interpelle pratiquement tout le monde et pose le problème de ce qu’est la foi évangélique pour chacun de nous. Il semble évident que tous ceux qui parlent de ce film ne peuvent le faire qu’en leur nom propre, à moins d’être rejoint par la plus haute instance catholique, l’autorité du Pape lui-même. Pour soi-même on doit faire attention de ne pas privilégier une explication plutôt qu’une autre, à moins d’y adhérer entièrement par une étude approfondie de sa propre foi. En quoi donc s’explicite pour moi la Passion du Christ:

1°) Le peuple juif formé depuis longtemps par DIEU LUI-MÊME, à travers une longue histoire mystique, est le peuple choisi entre tous pour établir les véritables relations de l’humanité avec SON créateur. C’est donc comme prêtre éminent que la majorité d’Israël a choisi de livrer le Christ au supplice et à la mort au nom de l’humanité toute entière.

2°) C’est donc aussi dans la conversion des juifs traditionnels, c’est à dire leur reconnaissance du juif Jésus comme Messie universel, que la conversion du monde sera confirmée.

3)° Comme le dit ce site www.f-v-m.net , cette conversion sera rendu possible, sans faire déchoir Israël, par le fait que le matérialisme spirituel des juifs se trouvera comblé, pour un temps qui dépendra de la pénitence générale de l'humanité, dans une certaine avancée fondamentale des sciences physiques expérimentales.

4°) Face à l’orgueil insensé de l’être humain, seule une humilité sans faille pouvait rejoindre celle de DIEU (cependant Tout Puissant) . Moïse , l’humble des humbles, n’a pu s’empêcher, par manque d’humilité ( de foi en DIEU) , de frapper deux fois au lieu d’une le rocher de Mériba. En fonction des grâces immenses qu’il avait reçu, il en a été durement sanctionné.

5°) Ne pouvant donc réaliser ce que la juste nécessité exigeait, Israël, et avec lui le monde entier, avait besoin d’un conducteur sans aucune faille. Ça été, dans la chair de la juive Vierge Marie, l’incarnation du Verbe de DIEU LUI-MÊME, en la personne du juif Jésus.

6°) Cette incarnation, dans le milieu de révolte humaine générale, ne pouvait être qu’infiniment douloureuse tout au long de la vie de cet homme-DIEU.

7°) Les juifs, s’appuyant sur le bras séculier de l’époque, confirmant ainsi l’accord universel du genre humain, ont ajouté à cette souffrance incommensurable, celle du rejet de la majorité du peuple élu cher au coeur de Jésus, dans une Passion que le Christ a voulu employer, par amour, à sauver l’homme de l’enfer éternel auquel il était voué.

8°) Ce n’est que pour encourager le monde et SES apôtres à élever les yeux perpétuellement vers le ciel et non pas exclusivement vers les choses de la terre que le Christ est ressuscité pendant 40 jours sur terre et s’est élevé ensuite par SA propre puissance dans l’empirée, le jour de l’Ascension.

9°) L’Église formée par les apôtres s’est presqu’aussitôt trouvée en état de tension interne. Ce n’est donc que par l’acceptation miséricordieuse d’une tension perpétuelle entre les fidèles, en même temps qu’entre le Christ LUI-MÊME et la religion ou les religions en soi qu’il faut en chercher l’unité. L’Église catholique se présente comme la gérante universelle de cette tension nécessaire.

... Voilà donc, poussé par l’intervention d’un événement médiatique sur la Passion du Christ, l’explicitation de ma foi....

OUI, Jésus descend SA croix à notre taille pour que nous puissions l’embrasser librement avec LUI. Mais c’est quand même plus l’on souffre que plus on sert, à la transformation des âmes....

15/03/04 (Lui et moi) "... être petit, c’est être encore quelque chose. Nous ( .... ) nous ne sommes rien: des néants à qui DIEU a donné le goût de SA Gloire". Il nous faut donc fusionner avec la soumission sans mesure du Christ et de SA mère, Marie ...

.... Plus tu souffres, plus tu sers" ... la souffrance trempée dans la paix surnaturelle, véritable joie..... Mais, Jésus sait comment joindre ces âmes capables de comprendre et vivre ce que nous disons ou développons ......

Si, jusqu’à présent, j’ai employé surtout un langage catholique, c’est parce que dans cette religion on peut trouver la plénitude du visage du CHRIST, Messie universel et de SA Mère, l’Immaculée, Mais toutes les âmes-de-rien de quelques religions qu’elles soient, peuvent dans la simplicité de leur coeur, entrer dans l’intimité du CHRIST et de SA conversation, quelque nom qu’elles LUI donnent par ailleurs. C’est vrai aussi que ces âmes-de-rien, dans tous les cas, ne peuvent jamais être opposées à la vie de Jésus, le juif, et ne peuvent qu’y puiser de la force. Mais elles peuvent cependant donner au CHRIST par l’habitude de la foi qu’elles auraient en elles, d’autres noms, même s’ils ne correspondent pas à l’énoncé de leur propre religion, comme le Bouddha, Mahomet, la Synagogue, un dieu hindou, un sage Taoïste, que sais-je ...l’union au Messie universel demeurant leur but fondamental ....

3e semaine mars 2004