08/03/05 ... IL ne faut voir l’humiliante souffrance de DIEU en nous qu’avec celle du coeur de la Vierge Marie, arraché par la lance ouvrant la poitrine de Son Fils mort, et celle de tous les saints.

... l’Église catholique est l’assise du Christ à la quelle appartiennent les saints de toutes les religions ..

08/03/05a Prédicat ( vocation )

Les mouvements spirituels incontrôlés ou même hérétiques et schismatiques qui se font jour ici ou là ne sont pas sans rapport avec une vérité partielle mais mal élaborée. Ainsi ce qu’on appelle le new age dans son évidence d’un temps nouveau bénéfique n’est pas sans exactitude. Pour moi qui doit le voir du point de vue catholique, c’est à dire entier, si j’ai également cette intuition, et de plus appuyée sur une approche concrète, ma vision du don de la foi au monde entier, source de bien, ne peut se déprendre que celui-ci sera pré-apocalyptique et sujet à des cautions. Car s’il n’est pas entretenu et développé, il peut aussi bien être enlevé.

D’un autre côté si les prédictions de catastrophes planétaires qu’on entend ici ou là me sont totalement étrangères, n’ayant vis à vis de la mort nécessaire, individuelle ou communautaire, que l’attitude chrétienne explicative de mon a-philosophie et vis-à-vis de ses douleurs que celle applicatrice de son utilité pour orienter la liberté humaine, il n’en reste pas moins qu’elles ne peuvent peut-être pas se trouver dénuées de sens.

Le Christ Seul est maître de l’histoire et sait le nombre et le temps de chaque âme.....

Il reste encore qu’un vieillard ignorant assis sur une chaise et pianotant solitaire sur un clavier d’ordinateur, pourrait se demander à quoi il pourrait servir, s’il n’avait en lui cette profonde conviction de l’utile-inutile-jusqu’au-bout, uni à l’humiliante souffrance de la livraison irréductible de Jésus-Christ. À ceux qu’il convient, seront donc données les efficiences derrière lesquelles Jésus aime se cacher et dont de LUI-MÊME, il n’aurait aucun besoin. Soulever les enfants-de-rien, dont soi-même dans une confiance sans borne au Père des cieux de même qu’en leur utilité présente, voilà donc ce qu’il faut ajouter à tout ce qui a été fait dans ce sens jusqu’ici.

09/03/05 .... La souffrance, ce n’est pas pour nous installer ici-bas mais pour lever les yeux vers l’Éternité s’humiliant jusqu’à notre déchéance ....

09/03/05a Prédicat ( universel )

Il me semble que la Kabbale juive a toujours fait un rapprochement entre les sciences physiques et la torah. Mais les penseurs juifs de notre époque s’aperçoivent que la Torah va beaucoup moins loin que l’audace de l’humanité de Jésus-Christ. D’où ce regain d’attention pour la personne humaine du Christ. Toutefois le côté mystique de cet homme, développé par l’Église, gêne encore. En effet ce qui peut être recherché, c’est un retournement d’Israël vis à vis de leur concitoyen d’il y a 2000 ans dans un but purement objectif. Ce but l’Église catholique ne peut l’ignorer - et ce site www.f-v-m.net veut s’en faire l’écho - car tout dans l’univers temporel est humiliation du DIEU éternel. Mais comme Elle, nous devons nous soumettre à l’enseignement de l’unité humaine ET Divine du Christ Jésus dont seul le nom sauve.

C’est pourquoi il nous faut insister avant tout, au sens large, sur ce que l’Église appelle la "communion des saints" et qu’on peut traduire par "interférence des esprits-de-rien de toutes les religions". C’est vraiment à eux que revient l’orientation de l’intention droite des âmes du monde entier.

Et pour cela il faut en revenir, comme la vie du Christ, toujours à la nécessité primordiale de la LIVRAISON à DIEU et aux autres. Le leitmotiv qui en découle, nous le connaissons tous; et peu veulent le faire leur, hormis les âmes choisies que Jésus appelle "les ouvriers de la moisson". Mais tous peuvent en contempler les exigences extrêmes dans la souffrance humiliante, nue et absolue, de la vie de Jésus-Christ, DIEU-homme, parfaitement Trinitaire.

10/03/05 .... Non, ce n’est pas l’infime passage dans le temps que nous sommes, qu’il faut contempler mais celui du Seigneur Jésus dans lequel tous les passages de la terre sont inclus pour l’éternité glorieuse .....

11/03/05 Le Christ incarne parfaitement l’humiliation Divine dans l’univers dont la reconnaissance douloureuse justifie la racaille humaine qui le veut et instaure le règne du Ciel sur la terre ....

12/03/05 C’est dans la vie du Christ, LUI SEUL, que se mesure la vie passée, présente ou à venir de chacun, car c’est à LUI SEUL qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire, pour le temps humiliant et pour l’éternité béatifique et LUI SEUL qui peut rappeler SA LIVRAISON jusqu’à nous..... Donc Nous chantons: "Victoire tu régneras, Ô croix tu nous sauveras! " .....

.... Qui en effet peut poser la question sans réduction de la libre adhésion à l’humiliation infinie et douloureuse de DIEU dans le temporel, sinon Jésus-Christ, LUI-MÊME, Trinitaire, rédempteur et sanctificateur? ....

12/03/05a Prédicat ( conclusion )

Comment conclure ces prédicats? En m’enlisant dans la technique scientifique? Il n’en est pas question. J’en ai presque trop dit sur les mathématiques. C’est vrai que l’a-philosophie doit ouvrir ou entériner, par sa métaphysique unitaire, l’aboutissement dans la tradition de la théologie et d’autre part de la science dans sa recherche fondamentale. Elle nous fait apparaître tout l’acquis dans ce domaine comme un peu préhistorique. Aussi c’est à se demander quelle époque le verra fleurir complètement.

Mais l’enjeu est de fait encore plus considérable. Il s’agit d’annoncer rien de moins que la croix dans son humiliation Divine ne doit plus être un scandale pour les juifs et folie pour les païens pour un temps qu’il faudrait estimer sans fin ....

Aussi se considérant soi-même, il faut donc aller plus au fond de l’efficacité nécessaire et rappeler l’indispensable communion d’Église des esprits, visiblement ou invisiblement, conduisant l’humanité. Sachons reconnaître dans ces esprits bénéfiques, les enfants-de-rien de toutes religions, comme le Christ et avec LUI, en livraison à DIEU et aux hommes.

D’un autre côté, je ne vois pas comment il me serait donné d’approfondir de moi-même les données de ces prédicats! D’autres probablement sauront le faire. Les pensées humaines pourront par ailleurs chercher à se tortiller dans tous les sens. Mais c’est vrai cependant que l’emballement des connaissances reste un sujet de préoccupation majeure et que je dois plutôt que d’y participer avoir à le calmer en offrant sans cesse le sacrifice du Christ....

13/03/05 .... À TOI appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire pour l’humiliation temporelle comme pour la béatification éternelle .....

14/03/05 Pour annoncer l’évangile, à l’église ou hors de l’église, visiblement ou invisiblement, il faut être revêtu de la couverture des souffrances infiniment humiliantes de Jésus-Christ, s’humilier avec LUI de nous et des autres, car du néant douloureux IL fait surgir l’Être glorieux.

15/03/05 La majestueuse humiliation de DIEU dans le temporel ne doit pas nous faire oublier que c’est pour la Gloire de SON Fils, promu par l’Esprit Saint. Et c’est au service d’amour de cette humiliation que, par notre amour pour LUI, en LUI ou dans les autres,  nous sommes appelés....  DIEU dans la joie de SA Miséricorde et dans la douleur de ce que nous sommes ....

3e semaine mars 2005