01-11-03 Si minimes que soient les données prophétiques à l’origine de ce site, il n’en reste pas moins qu’elles questionnent une interprétation de l’Évangile laissée dans l’ombre jusqu’à présent par l’Église catholique. Il s’agit de la gloire temporelle du Christ avant la dernière parousie révélant SA Gloire éternelle. Que doit donc être l’Église catholique sinon la religion des religions destinée à ouvrir le monde entier au véritable visage de DIEU, l’Incommensurable, donné par l’incarnation du juif Jésus, à la fois Tout Puissant et en même temps infiniment humble dans un amour sans mesure pour SA créature. Et c’est parce que par cette Église , la connaissance de ce visage est appelé à se développer dans le monde entier, que tous les fidèles catholiques, du plus petit au plus grand, du petit nombre de ceux qui entrent par la porte étroite du ciel déjà sur terre, jusqu’à ceux qui ne font que s’y efforcer misérablement, reçoivent une responsabilité immense et que leurs prières et sacrifices groupés ont une valeur sans exemple. C’est pourquoi devant cette gloire "matérielle" de Jésus-Christ à venir dans l’union des sciences profanes à la foi évangélique, il est bon que d’une part l’Église en soit peut-être avertie de toutes les façons et que d’autre part surtout elle rappelle sans cesse que ce n’est pas, même s’il en découle un bienfait jamais vu, cette gloire d’ici-bas, pouvant être remise en question, qui est la principale essence de la foi.

02-11-03 Plus on souffre, uni aux souffrances du Christ, qui vont jusqu’à ne recevoir que de DIEU la force de subsister, plus, dans l’amour surnaturel que l’on produit, on sert la Gloire de DIEU comme le salut du monde et celui des âmes dans leur hiérarchie. Mais dans la consolation comme dans la peine, restons toujours unis aux humiliations de Jésus Glorieux.

DIEU SEUL et seul avec DIEU, dans l’amour du prochain Divin...

Le néant bouddhiste n’est pas complet ni par conséquent son Nirvana car il ne tient aucun compte de l’anéantissement de l’Incommensurable dans la personnalité de SA créature, pur néant. C’est vrai qu’à ceux qui ne connaissent pas d’autres religions, il sera demandé moins qu’aux catholiques mais je ne voudrai pas être à la place de ceux qui vont chercher ailleurs, en abandonnant cette foi.

03-11-03 Les souffrances de toute l’Église y compris de ceux qui s’y rattachent sans le savoir, étant aussi celles du Christ, nous encadrent pour nous livrer l’infinie délicatesse d’amour du coeur Eucharistique...

05-11-03 Pour SON humilité ineffable DIEU, qui est Amour, s’arrache à l’éternité afin de se faire aussi univers temporel, étant, hormis le péché, tout et toutes choses, les produits manufacturés aussi bien que les éléments de la nature. Mais par dessus tout, IL est chaque créature humaine au fond de la personnalité de laquelle il a créé à SON image une volonté libre d’aimer. C’est à ce néant libre qu’ IL obéit, dans une souffrance atroce lorsque dans la désunion elle L’oblige à faire le mal et dans une joie sans pareille lorsque dans l’union avec LUI elle LE fait se soumettre à l’amour surnaturel. Ces sentiments de douleurs et de joie ont été incarnés parfaitement par la vie de Jésus-Christ, DIEU-homme, auxquels il veut unir SES fidèles, chacun dans leur hiérarchie et possibilité.....

06-11-03 Tous les travaux de l’Église et de ceux qui s’y rattachent, depuis le plus infime sacrifice ou la plus infime prière jusqu’à l’oeuvre de charité la plus grande, unis à ceux infinis de Jésus-Christ, y font participer même les plus indignes s’ils le veulent.

07-11-03 Demander à Jésus, pour l’amour surnaturel, la passion de la souffrance effective que notre corps, comme le sien, ne peut en rien désirer, Gloire de DIEU comme salut du monde et des âmes. Notre insignifiance permet cette folie qui nécessite une foi et une espérance inconditionnée au Christ Trinitaire, amenant à la charité parfaite, arrachant tout.

2e semaine novembre 2003