01/10/04 Jésus-Christ vient nous chercher, douloureusement mais dans SA Paix, jusqu’aux extrémités des abîmes de la terre. Comment mesurer ce que nous pouvons faire pour LUI, sinon nous reconnaître lié par ce que nous sommes ....

02/10/04 Tout ce que, sur terre, l’homme appelle mal peut être un effet de l’humilité de DIEU; tout ce qu’il appelle Bien peut être un effet de SA douceur mais l’un comme l’autre sont la manifestation de SON Amour ....

.... Pour les enfants ...., avec Jésus-Christ, être témoin de la Miséricorde sans mesure de DIEU, jusqu’à la déréliction dernière ...

03/10/04 Celui qui mange le corps et boit le sang du Fils de l’homme, en esprit et en vérité, ne peut faire autrement que de se livrer comme LUI pour ses frères, Gloire de DIEU .....

04/10/04 .... Remerciements ....

05/10/04 Je ne puis croire, comme les anciens, que le pain eucharistique une fois mangé, lorsqu’il se dissout, empêche le corps du Christ d’être présent dans SA transformation en notre chair pour la nourrir petit à petit jusqu’au bout des ongles et faire que le Règne de DIEU dans SA Volonté ne cherche à arriver pleinement sur cette infime partie charnelle de la terre que nous représentons.

Malgré les souffrances infinies que DIEU a enduré pour nous en la chair broyée de SON Fils Jésus-Christ, sa joie surérogatoire est grande lorsqu’étant encore sur terre nous LUI donnons notre misère qui n’est que l’effet de l’attache de notre volonté au péché (c’est à dire au néant), pour recevoir SES dons (c’est à dire l’Être) surtout bien sûr les dons spirituels présages de la vie éternelle.....

06/10/04 L’Église ne se critique pas, Elle se sanctifie... C’est pourquoi l’homme de douleur incarnée demande des actes spirituels incarnés tout aussi bien que matériels ...

.... C’est en se sauvant soi-même que l’on sauve le monde, c’est à dire en se perdant à ses yeux, notre volonté crucifiée avec Jésus-Christ ...

07/10/04 J’ai demandé mon inscription au Congrès International de Nouvelle Évangélisation qui se tient cette année à Paris où j’habite. Voilà si je le puis les points que je voudrai y défendre:

A/ Il faut élargir la notion d’ Esprit et considérer que le nom plus général qu’on peut lui donner est INTUITION; l’ INTUITION SAINTE ou Esprit Saint, personne Divine, ne pouvant être reçu par ceux que l’apôtre Paul stigmatisait en son temps. Mais l’intuition des savants, artistes, etc... et de bien des gens est aussi une manifestation même inférieure de l’Esprit de DIEU. C’est pourquoi tous doivent bien faire attention de rendre à DIEU ce qui LUI appartient faut de se condamner soi-même.

B/ Dans cette foulée, on doit élargir également la notion de communion des Saints et comprendre qu’elle est communion des esprits en général, bons ou mauvais. C’est pourquoi nous devons envisager une lutte serrée entre eux. Et avant toute nouvelle évangélisation, il y a d’abord à examiner de quel esprit on est, en implorant DIEU de nous mettre dans SON camp, en esprit et en vérité.

C/ Le troisième point qui a été toujours présent à l’enseignement de l’Église, mais qu’il faut absolument souligner réside dans la non séparation de l’annonce de l’ Amour Divin d’avec SON humilité. Toute la vie de Jésus-Christ la révèle et cela malgré toutes nos préventions. En fait ce qu’on appelle l’humilité de l’homme, déjà si mal acceptée, n’est que la recherche, lorsqu’elle est véritable, toujours commencée et recommencée de l’humilité infinie de DIEU qui SE livre tout entier à nous.

D/ sur le mode prophétique, il faut se rallier sur le fond des intuitions qu’a eu le philosophe Auguste Compte mais en comprenant que cet abandon de la recherche scientifique qu’il préconise et si nécessaire pour le développement de l’humanité, après qu’elle en aura touché les fondements eschatologiques, doit se fonder sur la personne de Jésus-Christ dans la proclamation universelle que l’Église en fait, avec comme responsable le Pape régulièrement élu, et non pas autrement.

2e semaine Octobre 2004