2e semaine avril 2012

16/04/12 fait fuir ….

Oui, le fondement de toutes choses qui fait fuir tous les êtres humains sans exception est la révélation prioritaire faite par le Messianisme de Jésus-Christ de l’autodépendance ou humilité et douceur de Dieu, donc de son humiliation sensible temporelle. Telle est l’opposition naturelle de l’homme sur ce point que personne ne peut y accéder sans emprunter une voie religieuse conséquente principale quelle qu’elle soit dont l’amour pour le chrétien que je suis ou une autre voie selon la culture ou le choix de chacun. Quant à moi je n’aurai jamais eu seulement la pensée de cerner ce fondement d’une manière autonome sans de vives intuitions insolites et une foi catholique vigoureuse développées en un demi-siècle de  dures recherches …. Il y a en effet, dans sa voie propre, trois manières de reconnaitre l’humilité Divine. La première, du tout petit nombre l’embrassera mystiquement et en donnera le témoignage. La seconde, s’y laissera porter par le sentiment religieux du témoignage précédent. La troisième, considèrera les raisons de le faire et s’y soumettrait par mimétisme …. Du reste comme on est loin d’aimer surnaturellement et sans confusion ce qui est désagréable, assuré pourtant de sa transformation Éternelle…. C’était le combat incessant, via l’amour, des effets de la doctrine du docteur de l’Église, la petite Thérèse de l’Enfant Jésus ….

17/04/12 Merveille ….

Merveille que cette gestation des âmes, que cet univers temporel qui engendre l’Éternité ! …. Bien que la nature n’y trouve son compte qu’après coup, il nous faut aimer surnaturellement.  Ne vouloir donc que le gibet géniteur, confirmé librement au jardin des oliviers précédant …. Compte tenu de son intensité, ce qui rend la souffrance insoutenable à la nature est avant tout l’humiliation qu’elle sécrète. Il y a des théologiens de la joie de Dieu ne pouvant se renier, d’autres pour la kénose de sa souffrance s’abaissant. Le Christ Jésus n’a-t-il pas joint les deux à Gethsémani, remettant Dieu en cause par lui-même dans une agonie humiliante insoutenable humainement pour pouvoir subir librement le calvaire dans la joie surnaturelle du salut ? …. 

18/04/12 combat ….

Ne pas se tromper de combat. Ne chercher à la pointe de l’épée que soi-même. C’est le cœur de l’hydre. Dieu Lui-Même dans son humble lutte contre Lui-Même nous élève à la victoire …. Et la victoire est cette marche syncopée humiliante toujours recommencée mais fidèle à la Toute Puissance immuable de Miséricorde Divine confirmée par la déréliction de Jésus-Christ …. Mais vraiment ce qui est désagréable, est bien désagréable jusqu’à en sourire même jaune ….

19/04/12 Livre ….

Le livre de Fabrice Hadjadj « la foi des démons » fait ma joie et en même temps avive ma peine. En effet ne m’est-il pas donné, tout au moins virtuellement, de travailler dans le sens de la glorification terrestre du Christ Jésus pour de nouvelles fêtes des Rameaux cette fois universelles qui selon cet écrivain et je ne peux m’empêcher de le penser rendrait plus exigeante une véritable union à Dieu. Aussi il y faut ma certitude que la fin des temps arrive à sa concrétisation par le biais ultime des sciences profanes mettant à nu le cœur total de l’humanité, moi-même, protégé par la Vierge Marie, n’étant qu’insignifiance et incapacité ….

20/04/12 Saint ….

L’humiliation d’un Dieu trois fois Saint fait embrasser son joug doux et son fardeau léger ….

21/04/12 nature ….

La nature humaine temporelle est une nature angélique cachée qui a ici-bas dans sa grossièreté humiliante à choisir pour l’Éternité l’humilité de l’ÊTRE Tout Puissant …. Ramener les intégristes extrêmes au sein de l’Église Catholique la ravale au rang de religion commune possédant ces derniers, parfois il est vrai aussi meurtriers corporellement. Mais cela permet d’être à égalité et sur le même pied que toutes les religions et par là même, a contrario, promouvoir  le rassemblement général autour de Jésus-Christ suggéré ici. Quant à moi, ni progressiste ni intégriste, je suis dans l’instant contradictoire mouvant et fixe de la vie de foi.

22/04/12 les petits ….

L’orgueil nous rapetisse. Nous sommes « les petits ». Sa conscience contrite nous grandit …. Les calculs sordides de chaque instant nous amoindrissent. Leur contrition sincère nous élève .... Mais dans le dédale de la sincérité charnelle nous avons à craindre la libre vérité octroyée, l’indicibilité de souffrances permettant seule alors de s’appliquer vraiment  le mot éminent …. Le tirage d’air doit préexister avant le foyer, comme l’humilité Divine avant toute voie de foi ….

4e semaine avril 2012