4e semaine novembre 2013

01/12/13 guerres ….

Ainsi donc d’une manière étrange presque ésotérique m’aurait été donné de réaliser l’acuité profonde de toute religion révélée par le Messianisme universel de Jésus-Christ. Cette acuité de fait violemment opposée à la nature humaine ne peut être approchée que par UNE VOIE humano-spirituelle spécifique y amenant. Pour nous  Catholique c’est la voie royale de l’amour-Charité, issue aussi de Jésus-Christ, enseignée sous l’égide du successeur de Pierre régulièrement élu. Mais les différentes voies, y compris la nôtre,  selon les cultures des religions, touchant le fondement Divin de l’univers, imprègnent les croyances variées d’un véritable sentiment de vérité. De cela provient de notre orgueil inné les guerres de religions. Il ne reste à l’humanité, face à la relation Divine interreligieuse, que de s’humilier de l’orgueil. Nous plein d’orgueil nous ne savons pas mais TOI tu sais comment nous donner ton humilité.

02/12/13 venue intermédiaire du Christ ….

St. Bernard : « dans la venue intermédiaire du Christ Jésus il est notre repos et notre consolation ». Peut-être il m’a été donné de la voir un peu dans sa concrétisation humaine. Que l’ampleur de notre contrition corresponde à l’ampleur de Ton humiliation pour nous unir.

03/12/13 ainsi ….

Ainsi m’a été concrétisé par anecdotes techniques futures l’état d’humiliation Divine à venir.

04/12/13 péférés …

Nous ne sommes que péchés et ingratitudes. Pourtant nous sommes, contrits, préférés ainsi. En effet le Seigneur a enfermé l’humanité dans le péché, qui n’est qu’attache au néant, pour lui donner la gloire de la contrition, qui arrache au néant pour atteindre la plénitude de l’Être.

05/12/13 si …

« Comment savoir quelle est ta vie, Si je n’accepte pas ma mort ? » quand déjà je suis vivant. Dieu s’anéantit au pied de sa créature, est-ce trop demandé que sa créature en fasse autant ?      …. Face au travail de notre rédemption que pouvons-nous faire que travailler une contrition ?

06/12/13 jusqu’au bout ….
Lutter et aimer jusqu’au bout sans honneur, sans gloire et sans autre consolation que Ta Paix. La joie surnaturelle n’empêche pas le mal-souffrir vocation nécessaire ici-bas mais l’atténue.  C'est une pratique sage que de penser, durant la ferveur, à ce qu'on sera dans la privation de la lumière. Du reste la vie ordinaire nous rappelle aisément le peu de vertus que nous avons.

07/12/13 craindre …

Dans la voie qui nous est donnée, craindre la volonté de la liberté de notre liberté liée au néant …. Tout ce qui passe a des raisons que nos yeux embués du péché originel ne savent plus voir …. Dieu, Lui, ne craint pas de descendre en-dessous de notre orgueil, osons donc le rejoindre.

2e semaine décembre 2013