Avril 2008

01/04/08 présidé ….

Sans aucun doute la Vierge Marie a présidé à toutes les agonies de Notre Seigneur Jésus, dont Gethsémani est la pointe. Elle répare et rattrape le temps que nous avons perdu dans notre vie …

 

02/04/08 sans cesse …

Oui, vraiment, il nous faut communier sans cesse au sang exsudé, visible ou invisible, de toutes les agonies en Sa Volonté de Notre Seigneur Jésus-Christ, sang rappelé à sa mort au percement de sa poitrine par la lance du soldat ….

 

03/04/08 but ….

C’est profondément dans son infini que l’univers retrouve sa vie d’une manière éternelle à la résurrection du Christ Jésus suivie de son ascension. C’est là son but. Et l’Église a à l’enseigner jusqu’à la fin des temps AVEC ou SANS preuves autres que le témoignage des apôtres. Et c’est l’Église catholique apostolique et romaine, soumise au Pape régulièrement élu, qui confirme la certitude de ce témoignage, les portes de l’enfer ne pouvant prévaloir contre elle, malgré tout ce qui pourrait entraver sa marche vers l’extrême et unique livraison avec Jésus de notre liberté à DIEU Trinitaire ….

 

04/04/08 l’Église …

Si quelque chose ne va pas dans l’Église catholique, c’est qu’il y manque notre intensité de prières et de pénitences en esprit et vérité…. Car DIEU, rejeté par Israël, en son Fils unique Jésus-Christ, est désormais lié à l’Église irrémédiablement jusqu’à la fin des temps ….

 

05/04/08  La souffrance ….

Lorsqu’on considère DIEU comme « Principe de Contradiction Moral », tel que le fondement des Évangiles nous y autorise (alliant raison et foi: DIEU l’ÊTRE PREMIER, donc en expansion continue, NEUTRALISANT cependant le néant pour s’y infiltrer et CONTRADICTOIREMENT en l’éclatant temporellement et douloureusement en vue d’une RENAISSANCE éternelle jointe à l’ÊTRE. Cf. http://www.f-v-m.net/traiteunitologie.htm  ), on peut comprendre que le but d’Éternité de la vie sur terre nécessite la libre acceptation de la souffrance, au milieu de la texture de la joie naturelle, tout à fait autre que la joie surnaturelle, dont peu d’entre nous semblent faire l’expérience concrète et dont on ne peut essayer de transmettre la nature que par des comparaisons approximatives issues de la vie naturelle… Pas plus que l’on puisse comprendre la souffrance,  lorsqu’elle est là, car à ce moment nous nous trouvons broyés de telle sorte que nous ne sommes plus que pur don obscur de notre liberté  et ne pouvons avoir d’autres soucis que de gémir et, sauf par Amour, de la fuir en cherchant à la soulager…. Mais c’est bien par l’anéantissement voulu dans l’univers de l’ÊTRE créateur, pour restaurer AVEC ses créatures l’ÊTRE, que s’inscrivent effectivement nos tourments, qui sont la parfaite expression de notre libre offrande temporelle construisant l’Au-delà sans fin. À l’homme cette offrande est impossible ; À DIEU tout est possible et nous ne pouvons que la LUI demander sans cesse… C’est pourquoi la plus infime et la dernière des créatures DOIT, puisque c’est la volonté de l’ÊTRE, se laisser happer par le libre vouloir du Christ Jésus, DIEU-homme à Gethsémani, de s’unir au sacrifice de sa croix, créatrice d’Éternité Béatifique ….

 

06/04/08 se nourrir ….
Il faut se nourrir de la volonté de la Volonté Divine en Jésus-Christ agonisant victorieusement à tous les instants de sa vie comme au paroxysme de Gethsémani…. même le dernier de tous, avec Jésus, doit embrasser, contre soi-même,[de la vie], l’amertume créatrice d’Éternité Béatifique, pour consoler DIEU en Lui-même et dans les autres …

 

07/04/08  insignifiance ….

Du fait des grâces si nombreuses sur tous les plans que nous recevons, et le peu de leur résultat, nous nous voyons de plus en plus insignifiants par rapport à tous ceux qui peuvent ne pas être favorisés à notre degré. Aussi n’est-il pas étonnant que nous soyons profondément méprisés aussi bien par les autres que par nous-mêmes et c’est là notre vérité en espérant toujours forcément des grâces encore plus grandes pour essayer de compenser. Du reste un enfant handicapé, du fait des soins constants que sa mère est amenée à lui donner, n’en est souvent pas moins aimé…. Mais c’est d’insignifiance qu’il est ici nécessaire, comme il y a 2000 ans, à cette différence que, nous, nous sommes pécheurs et que notre insignifiance peut être moins parfaite aux yeux du Père des Cieux, à moins comme les apôtres de la fusionner avec celle de Jésus-Christ contradictoirement glorifiable par la manifestation nous accompagnant sans cesse d’une résurrection sans fin ….

 

08/04/08 Esprit Saint …

Notre vie c’est l’humble et Tout Puissant Esprit Saint Trinitaire pour Sa Vérité Éternelle. C’est de Lui que nous vivons exclusivement dès ici-bas, envers et contre tout, comme des tout petits enfants… Jésus, homme eT DIEU, chair eT Esprit pur …..

 

09/04/08 créer l’Éternité …

En comprenant que c’est la souffrance qui crée l’Éternité, nous voyons cependant que nous passons notre temps à la fuir et à chercher des consolations temporelles. Humilions-nous donc avec Jésus-Christ à Gethsémani pour embrasser Sa Volonté …. D’une manière ou d’une autre la Vierge Marie n’a pu que participer aux agonies victorieuses de Son Fils. Elle nous y amène. Notre douloureuse insignifiance, comme celle du vieillard de l’hospice, c’est notre vérité mais pleine d’espérance en Christ ressuscité. Nous l’offrons pour l’accès à l’Éternité de ceux qui ne le comprennent pas … La prophétie, il ne faut que la voix seule de Jésus pour l’annoncer …. La temporalité n’est qu’un pénible arrachement au néant. Être Et néant humain À l’Être Divin …

 

10/04/08 cœurs froids ….

Humilions nos cœurs froids et coupables …. Prie et fais pénitence ; commence et recommence sans désemparer; il n’est jamais trop tard pour bien faire ….

 

11/04/08 in capables ….
Jésus avec Marie et tous les saints fait les pénitences dont nous sommes incapables. … Nous ne sommes qu’à la remorque de l’Église. Magnificence Divine de Sa descente à nos abîmes pour renaître avec nous dans la plénitude de Son Fils…. Magnificence du cœur de Miséricorde au centre de la croix, douloureuse sur terre, Glorieuse dans l’Éternité…. L’Être parfait écrit sur le néant imparfait qui n’a que la liberté créée exprimée par la volonté profonde pour répondre …..

 

12/04/08  l’Esprit ….

À l’Esprit le Règne, la Puissance et la Gloire ; rien de la chair hors celle de Jésus-Christ Trinitaire. Et c’est la marche spirituelle pas à pas toujours victorieuse des agonies du Christ et de Sa Mère mais portant toute l’horreur de nos défaites comme aussi toute la joie de nos réfections qui nous amène à la livraison créatrice. Ainsi, une autre réalité … la réalité Éternelle… qui s’incarne au Bien avec Jésus-Christ dans la foi nue à l’Esprit Saint… car nous n’aurons pas toujours l’appui (à venir pour l’instant mais qui s’annonce entre autre au site www.f-v-m.net ) pour la foi des connaissances naturelles même s’il nous est donné d’en faire le choix dans un temps de gloire chrétienne qu’il faut espérer le plus long possible mais dont l’Église catholique devra toujours veiller à annoncer à temps et contre temps la nécessité impérative, avec la prière, de la croix et de la pénitence  (autre thème de ce site) ….

 

13/04/08 Est-ce clair ? …

On le sait, je ne suis ni un savant ni un théologien. Mais il m’a été donné de voir et de méditer pendant plus de 40 ans la nouvelle et double épopée qui attend l’Église catholique, comme l’humanité entière en la spiritualisation concrète (cf. « intégrateur »… www.f-v-m.net ) des sciences que Teilhard de Chardin a suggérée, en son temps, d’une manière irénique. C’est pourquoi je suis obligé de m’appuyer à mon corps défendant, n’ayant aucune formation  universitaire scientifique ou théologique correspondante, sur des termes et un langage qui peut paraître nouveau et parfois difficile à comprendre. En ce qui concerne la science elle évoluera d’elle-même et c’est pour moi à La Providence de nous inciter à en déterminer les limites. En ce qui concerne l’évolution théologique, les fondements qui m’ont été donnés sont clairs, QUELLE QUE SOIT L’ÉVOLUTION NÉGATIVE DERNIÈRE QUE PEUVENT IMPOSER LES SCIENCES, c’est-à-dire ils(ces fondements) sont « reconnaissance et communion de l’humilité et la douceur du centre de DIEU Lui -même et de son humiliation temporelle » enseignées par Jésus-Christ dont l’Église catholique est témoin, et qui est le cœur unitaire même de l’Amour chrétien comme de toutes les autres religions droites. Il faut y ajouter la créativité pour la jouissance Éternelle de la souffrance temporelle inévitable unie à celles du Christ Trinitaire ...

 

14/04/08 consentement …

La faute originelle du couple responsable de l’humanité mystique, il y a 7000 ans ( ?), a fait tomber sur le monde la chape froide et maudite du refus moral d’humiliation dont le consentement  était à l’origine de la création Divine. Tout en a été bouleversé pour l’être humain mystique jusqu’au jour de l’incarnation du Messie juif Jésus-Christ. C’est de Lui, de Sa Passion et de Sa Résurrection  que nous avons à être témoin mystique et catholique devant toutes les nations…. C’est sa souffrance indicible ici-bas comme Sa joie surérogatoire de l’au-delà qui nous conforte…. Mais qu’est-ce que l’Église, hors de laquelle il n’y a pas de salut ?.... C’est une communauté de bons à rien, d’adultères et de pécheurs, témoin de la douloureuse humiliation, infiniment Miséricordieuse de DIEU, sur laquelle, justifiée par la foi et les œuvres de la foi, elle repose droitement ….

 

15/04/08  Renaissance ….

DIEU, ÊTRE Intégral, s’abaissant à l’imperfection du néant pour renaître à l’ÊTRE Éternel, s’investit dans l’univers temporel, créé de rien, pour entraîner avec LUI les êtres humains dans Sa Renaissance. Les Chrétiens voient d’une manière parfaite ce cycle définitif dans l’Incarnation, la Mort et la Résurrection de DIEU fait homme qui nous emmène avec Lui par la foi dans Sa renaissance sans fin. D’autres religions n’arrivent pas à cette perfection de la connaissance du Tout qu’est DIEU trinitaire. En effet à Jésus-Christ est attaché le seul Messianisme universel dont on n’a peut-être pas il est vrai encore atteint la pleine perception. Ainsi cet abaissement de la nature Divine qui devrait générer en l’être humain, la même morale habituelle d’abaissement ou humiliation alors que nous en voyons le contraire, a manifestement été dévoyé à un moment précis de l’histoire humaine. Toutes les coordonnées de cette histoire semblent bien marquer une date déterminée relativement récente d’un changement radical de comportement à ce sujet. Bien que la violence de ce changement n’ait pu se faire que sur un mode évidemment mystique, il n’a pas pu ne pas s’accompagner d’une modification morphologique précise, ne serait-ce que d’une partie infime du cerveau …

 

16/04/08  Nous …

Nous, enfants-de-rien de toutes religions, malgré ce que nous sommes, nous croyons et espérons en l’INFINI de la Miséricorde Divine à laquelle bien sûr nous avons d’une part à correspondre et d’autre part à compenser pour ceux qui n’y correspondent pas. Et surtout à compenser davantage si nous connaissons le " mal’aise" indicible du Christ sur terre à cause de nos révoltes. La Vierge Marie nous introduit, si nous le voulons, au cœur de ce mal’aise que nous avons à embrasser librement et volontairement jusqu’au bout, pour le salut de tous, Gloire de DIEU ….

 

17/04/08 seule et même chose …

L’humiliation et la souffrance, physique, morale ou spirituelle, sont de fait sur terre une seule et même chose. Il n’y a du reste aucune preuve d’humilité et de douceur unies à celles de Dieu sans cela. Ce que Jésus-Christ est venu vaincre en est la révolte ignominieuse… Ainsi donc avec Jésus à Gethsémani, Volonté de DIEU victorieuse contre Elle-même, il nous faut lutter jusqu’au sang. Nous avons à cet effet, si nous le voulons, la réalité de Sa Passion, de Sa mort, de Sa résurrection, de Son ascension  et du souffle de l’Esprit Saint ….

 

18/04/08 interreligion …

Étroit est le chemin et resserré le goulot de la bouteille qui mènent à la vie. La Vierge Marie en est le large entonnoir. Et avec Son Fils elle sait le mieux comment employer chacun de ses enfants pour la marche de l’Église et le salut des âmes, Gloire Divine…. La simple caresse de l’air du temps, dans ce monde de péchés, devait être d’une souffrance incommensurable et humiliante au Christ, physiquement aussi bien que moralement ou spirituellement. N’oublions cependant pas la joie surnaturelle de Sa paix, découlant de notre rédemption…. Pour en revenir à la nécessité de l’interreligion, il est bien évident que si toutes les religions sont doctrinalement loin de la révélation catholique prônant le fondement de l’Amour qui est l’humilité et la douceur du centre de DIEU et s’il est bien évident que cette révélation ne peut d’abord qu’être vécue avant toutes choses comme le montre les Évangiles, il n’en paraît pas moins qu’une manifestation théologique unitaire interreligieuse, dans le monde qui s’annonce, semble aussi nécessaire. Est-elle possible ? Le Pape actuel, Benoit XVI, à titre tout- à- fait privé sans engager la foi de l’Église, ne le croit pas. Dans les faits, il faudrait d’abord pour cela abandonner les approximations des philosophies scolastiques du moyen âge malgré la décision du concile de Trente d’en imposer une seule, celle de St Thomas, qui n’en reste pas moins en théologie tout- à- fait antagoniste à celle de St. Bonaventure sur la nature des purs esprits à laquelle justement les sciences vont avoir à se soumettre (cf. www.f-v-m.net ) …

 

19/04/08 Priez … (même sans comprendre)

Priez pour le puissant savant debout qui ordonnera l’évolution prochaine de l’Église comme victime d’Amour,  sans oublier de prier pour l’insignifiant scribe accroupi qui lui correspond. Pour l’amour du Christ Jésus et de Sa Miséricorde Infinie, il nous faut aimer la douloureuse et libre humiliation réparatrice de l’orgueil humain esclave originel. Et nous nourrir de la liberté Divine Eucharistique victorieuse jusqu’au commencement de l’Éternité qui nous attend tous …

 

20/04/08 jusque …

Marie, Mère de l’Église et Reine universelle, par l’humble Toute Puissance de Son Fils, sait comment utiliser le moindre de ses enfants, d’une manière visible ou invisible, jusque dans les lâchetés de leur liberté et jusqu’au fini de leur néant dépassé par l’Infini de la Miséricorde Divine… Sur terre l’amour sans souffrance, si ce n’est une illusion, n’est tout au plus qu’une préparation à l’Amour ….

 

21/04/08 habit ….

Doué d’un habit prophétique extrêmement déplaisant au point de vue de la spiritualité, il me faut le porter malgré tout. Beaucoup n’ont pas pitié de cela…. Il m’est donné d’être aussi un mystique et, du fait peut-être de cette double appartenance, il m’est donné de voir précisément, en même temps que l’évolution mystique à venir des sciences, le fondement de l’évolution mystique des religions qui correspond rigoureusement au message mystique catholique…. « Ne pas chercher une autre hostie que soi-même » en Jésus totalement et victorieusement livré à chaque instant de sa vie ….

 

 22/04/08 Contact …
Dans ce monde de péché, le moindre contact sensible a du toujours être déjà pour le Christ une douleur physique indicible, dans une foi nue et absolue à l’INFINI de la Miséricorde du Père Divin, ne demandant qu’une simple correspondance à la taille de chacun…. C’est l’interférence universelle intérieure des âmes qui compte, celle simplement extérieure ne peut être que réduite sinon ramenée à rien …. La libre remise totale de notre volonté à DIEU, dont l’amour fera ce qu’il voudra, nous est nécessaire et nous envoie en mission … « Ce que DIEU demande, Il le donne » ….

 

23/04/08 Théologie catholique interreligieuse ….

Il avait été demandé le 07/05/07 si une théologie de l’humilité et de la douceur Divine était possible. En effet tout au long du journal du site www.f-v-m.net depuis Octobre 2000 elle s’était montrée, singulièrement en concordance avec les événements de 1963, comme de première nécessité pour l’unité salutaire du monde à venir et le nœud caché de toutes les convergences religieuses dont on doit établir une théologie catholique unique.

Le Messianisme universel du Christ Jésus révèle cette théologie dans les Évangiles seulement en trois mots qu’on peut évoquer ainsi : » apprenez de MOI, que DIEU est infiniment doux et humble en Son centre ». Tous les théologiens, qui n’étaient pas forcément aussi poussés par la nécessité que nous le sommes maintenant, ont rodé jusqu’à présent autour de ces termes se contentant de les appliquer à la seule personne hum        aine du Christ : « JE suis doux et humble de cœur », craignant d’évoquer un abaissement sans précédent du Père Trinitaire dans l’univers entier, difficile à comprendre. Mais, dans la foi catholique qui est la nôtre, le Christ ne fait qu’UN avec DIEU et nous en révèle parfaitement la nature.

Le second point réside dans le fait qu’il ne peut y avoir de preuve d’humilité et de douceur sans un état d’humiliation parfait du sujet. Or la nature humaine, génétiquement, a une horreur irréversible normale de cet état d’humiliation. De là à la refuser à DIEU, que nous désirons secrètement à notre image plus que l’inverse, il n’y a qu’un pas. C’est pourquoi pratiquement aucun théoricien dans l’histoire de l’humanité n’a voulu se pencher sur ce problème que Jésus-Christ a pourtant illustré à la perfection.

Le troisième point devient encore plus évident quand par expérience on voit que la nature rejette de toutes ses forces la douleur d’où qu’elle vienne. Or l’état d’humiliation la suscite à ce point que individuellement ou collectivement nous préférerons n’importe quels autres maux à celui de l’humiliation. Ce n’en est pas moins, dans les profondeurs de notre être, la condition de la foi religieuse, dont il reste que peu de croyants comprennent qu’il faille vouloir et désirer la souffrance sous toutes ses formes.

 

24/04/08 nœud caché …

Il a été confirmé hier le 23/04/08 les bases en réalité peu attrayantes de la théologie catholique interreligieuse. En fait toutes les religions tournent autour pour les rendre acceptables et même suaves. La voie de Jésus-Christ, dont le Messianisme unique a pu révéler intégralement ces bases, est celle Juive portée à la perfection de l’Amour de DIEU et du prochain. Pour nous Chrétiens elle inclue toutes les autres voies. Mais le choix de celles-ci ne dépend pas forcément de nous et plutôt le plus souvent des circonstances qui nous entourent. À ce moment la voie religieuse qui est la nôtre paraît naturellement la meilleure. Cependant pour toutes les religions c’est la nature Messianique du Christ Trinitaire qui les structure … Or on ne peut séparer Jésus-Christ de l’Amour. C’est donc à travers l’Amour Chrétien qu’on doit chercher à expliciter cet état moral normal d’abaissement auquel l’humanité doit revenir ….

 

25/04/08 définition ….

Seul à l’ »ÊTRE » parfait correspond le « néant » parfait, mais l’ »ESPRIT » est au-delà de tout. C’est la définition du Christ Trinitaire…. Sur terre c’est dans la douleur nue et absolue de Lui-même qu’IL porte l’INFINI de la Miséricorde Divine qui donne l’entrée dans la Vie Éternelle  en ramenant librement l’humanité à l’état normal d’humiliation primitif, hautement valorisé, sain et saint. Il faut préparer, en reposant sur Ses souffrances et celles des saints en esprit et vérité, la minorité active des enfants-de-rien, qu’Il s’est choisi, dont le salut de beaucoup d’âmes dépend, d’abord de l’Église, ensuite de toutes religions, à l’extraordinaire évolution du monde en faveur de la Gloire du Christ aussi bien que de l’épreuve finale …

 

26/04/08 pâturages ….

Les pâturages du Christ sont amers à la nature mais infiniment et délicatement doux à l’âme. C’est pourquoi dans Son désir ardent de notre bonheur ineffable de l’Éternité mais partagé avec celui temporel qui est lui nécessairement composé de douleurs et de joies, et ne pouvant pas le plus souvent lier les deux à cause de la faiblesse de notre vertu, DIEU se contente parfois ici-bas du simple désir de nos sacrifices sans avoir à les mener à termes ….

 

27/04/08  Au cœur …

Au cœur de Jésus-Christ Trinitaire, qui nous maintient par les douleurs de Sa croix, commencer et recommencer sans cesse avec Lui l’offrande de notre entrée à l’Éternité Divine …. La souffrance du Christ paye notre joie comme la Sienne. Mais ne nous trompons pas de priorité. En tout temps, c’est le Royaume des Cieux qu’il faut chercher D’ABORD. Le reste nous est donné par surcroît … Dans l’option de la fin des temps par-dessus tout …..

 

28/04/08 rebuts …

Rebuts de l’Église, prophètes sans mandat, que sommes-nous pour demander des comptes à DIEU ?... Mais le monde oublie, à cause de sa religiosité de près de 2000 ans, que le signe de la croix est une mort affreuse et ignominieuse aux yeux des hommes en même temps que Gloire des Cieux et salut de l’humanité …

 

29/04/08 violence …

La violence infinie de l’Eucharistie pratiquée droitement ne peut pas ne pas arracher l’âme à sa veulerie d’origine. Son humble Toute Puissance repose sa main salutaire sur le bubon de notre hypocrisie. Que pouvons-nous alors donner aux autres que cette unité de DIEU, trois fois Saint, avec Sa créature pécheresse mais rachetée ….

 

30/04/08 un seul geste …
Bien sûr, d’un seul geste, Jésus-Christ Trinitaire, à qui Tout appartient, à l’occasion même de l’évolution finale de l’humanité, peut attirer le monde entier à Lui, mais ce qu’IL veut c’est la liberté des cœurs dans le truchement de la vie temporelle proposée à chacun. Depuis Octobre 2000 toutes les réflexions du site ont eu pour objet de mettre le doigt, avec l’espérance d’une glorification présente du Christ, sur la blessure de cette liberté des cœurs. Il faut mettre maintenant le doigt sur leur guérison. Chaque religion la cherche à sa manière. L’Amour les contient toutes et les respecte toutes, car les manières d’être varient à l’infini et il faut laisser à l’homme la liberté de sa démarche profonde et laborieuse… En portant la charge de ces démarches, il nous faut communier sans cesse à la fidélité Divine irréversible pour nous et vis-à-vis d’elle-même comme les sueurs sanglantes de Gethsémani nous le révèlent… On voit bien entre autre par la vie de Marthe Robin, 50 ans sans boire ni manger autre chose que l’Eucharistie en vivant constamment la Passion, ce qu’a pu être un peu de la vie sublime et douloureuse de l’homme-DIEU Jésus et celle de Sa Mère, elle-même simple créature….

 

Mai 2008

01/05/08 Impossible ….

Le substrat de ce site www.f-v-m.net est à l’évidence impossible… En effet qui pourrait réaliser normalement cet « intégrateur » dont seules les données sans limite seraient capables de sauver l’humanité de son étouffement sur elle-même qui se profile déjà ici et là ?... sinon le génie d’un savant hors norme doué de la même façon d’un tel esprit religieux ? Même si ce n’était pas un héritier de l’esprit des pharisiens que sont les juifs actuels, comment pourrait-il éviter de se considérer dans son orgueil humain d’origine comme un contre-Messie d’autant plus que se profilerait pour lui la possibilité d’un « anti-moteur » avec ses suites. À vue humaine cela est impossible… (En face mes intuitions ne sont pratiquement rien)… D’autre part comment, ce qui apparaît premier dans l’ordre de la foi universelle, le faire mettre en avant de tout et le développer en un langage nouveau par le Pape quel qu’il soit alors qu’on le met en dernier dans l’Église jusqu’à ce jour ? Il faudrait devenir un saint ! Or depuis ma conversion brutale d’il y a 60 ans, si je suis un homme de vive piété intérieure, protégé dans tous les domaines d’une façon « éhontée », je suis tout le contraire d’un saint. De plus j’entre dans ma 85e année. À vue humaine, encore, cela est impossible…. En cette fête du travail de St Joseph, du muguet et de l’Ascension, croire comme Joseph à l’impossible de DIEU ….

 

02/05/08 le dernier …

Même le dernier des chrétiens porte la livrée Royale du Seigneur. Car la Vérité révélée en Christ auquel nous croyons nous rend libres. Et Son armoirie est l’infamie, aux yeux des hommes, de la douloureuse potence qu’IL a vécue pour le retour effectif de l’humanité à l’humble et Tout Puissant Père des Cieux, que jamais hors Lui-Même personne n’a  vu ….

 

03/05/08 dialogue interreligieux mystique …

Pourquoi ce site www.f-v-m.net décrit l’unité interreligieuse, nécessaire à notre époque en conformité avec l’unité scientifique à venir et comment ? … Tiré du fond des Évangiles catholiques, on voit que ce sont les mystiques enfants-de-rien de toutes religions, c’est-à-dire l’Église universelle, croyant à l’Infini de la Miséricorde Divine à laquelle ils cherchent à correspondre, qui ont à porter, certainement douloureusement, avec la leur le poids de l’humanité de leur propre communauté. Et il en est ainsi bien plus clairement et plus rigoureusement encore pour les catholiques sensés connaître en plénitude le visage du Christ. Voilà donc où se noue le dialogue interreligieux véritable et l’unité catholique des religions. C’est dans la révélation Messianique de l’humilité et de la douceur du Centre Divin, reconnaissant l’humiliation temporelle de DIEU, que doit s’en établir la théologie ; non pas autrement que pour en révéler la sublimation Glorieuse au Ciel puisque ici-bas c’est déjà l’état général des enfants-de-rien, co-rédempteurs avec le Christ pour leurs frères ….

 

04/05/08 unité ….

Plus misérable que le dernier des miséreux, mais deux avec le Christ, non sans que celui-ci désigne avec l’homme Jésus aussi l’entité spirituelle universelle qui nous conduit tous … Cependant Lui a éprouvé la honte de toutes nos abominations, sans jamais les commettre, dans une douleur inconcevable tout au long de Sa vie … C’est pourquoi les enfants-de-rien, formant l’Église universelle unique, gardant chacun leur religion initiale, sauf exception, font l’option, parmi les êtes humains, des plus misérables dont d’une manière ou d’une autre (matérielle, morale ou spirituelle) ils font partie, joyeusement car c’est leur titre de Gloire ici-bas et pour l’Éternité aussi bien que douloureusement en fonction de la nécessité de la souffrance du  Christ et de la leur …

 

05/05/08 la tentation …

La tentation subtile et démoniaque pour les enfants-de-rien est celle de vouloir quitter leur état de misère intérieure ou extérieure pour s’insérer dans la dignité de ceux qui sont encore révoltés contre l’état d’humiliation magnifié par le Christ et Sa Mère… La dignité des enfants-de-rien est autre. Alors si par malheur il leur arrivait d’être traités à l’équivalence des riches, il leur faudrait examiner sans concession leurs propres désirs secrets et ne pas pouvoir s’imaginer servir leurs frères autrement que le Christ misérable entre tous. Avec la grâce de DIEU il leur faudrait fuir de toutes leurs forces, matériellement, moralement ou spirituellement selon ce qui leur est donné. Car ce qui est nécessaire à l’humanité consiste au retour normal et moral de l’état d’abaissement  primitif qui est celui de DIEU dans la temporalité. Sans l’union au Christ et à son Messianisme cela est impossible à vivre et encore faut-il sans cesse commencer et recommencer … Ne nous trompons donc pas sur l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem. Car même là Il s’est bien montré, monté sur un ânon, toujours dans un état d’humiliation qui ne cessera qu’à Sa résurrection toutefois toujours manifestée humblement ….

 

06/05/08 Lui …

En Lui, avec Lui, pour Lui, DIEU Seul … il faut l’humiliation douloureuse du silence intérieur, ne serait-ce qu’en vue de la marche qu’Il désire à l’humanité toute entière …..

 

07/05/08 exsudé ….

La communion au sang exsudé de Gethsémani scelle définitivement la victoire sur nous-mêmes… Il m’a été donné, par nécessité, d’envisager ce qu’aucun théologien chrétien n’avait osé faire jusqu’ici, mais je suis trop petit et ignare pour faire autre chose que simplement l’évoquer et de plus dans des termes souvent obscurs. À un autre reviendra de l’expliciter en détail et provoquer dans l’Église (universelle) l’action d’offrande générale qui s’en suivra ….

 

08/05/08 effort ….

C’est quand on a le moins envie de faire un effort qu’il faut, en s’en humiliant avec le Christ, le redoubler ….. utile parce que néant offert, la souffrance c’est quand on n’a rien pour s’appuyer mais avec la Paix du Christ qu’il nous faut choisir librement  parce que c’est elle qui nous conduit au Père ….

 

09/05/08 libre agonie …

Avec Jésus à Gethsémani vivre la libre agonie de nos volontés dont la consécration est la porte du Ciel déjà sur terre ….

 

10/05/08  Temporel et surnature …

Souffrances temporelles dans la Paix du Christ et joie éternelle dans la pérennité de Sa victoire … Croyant à l’ÊTRE parfait, infiniment bon, donc toujours en expansion, nous croyons à son besoin de l’abîme d’insignifiance pour le don douloureux de sa liberté créée du néant que cet abîme peut faire, en vue à la fois d’y descendre et en même temps de le ramener à SOI …

 

11/05/08 loi humaine …

Plus tu souffres de quelque manière que ce soit, même la plus infime, mais dans la Paix du Christ, qui dans sa délicatesse dépasse toute joie naturelle, plus tu sers à la guérison des âmes et au service de l’Église…. Le Christ n’était-il pas Trinitaire de toute éternité sans avoir besoin de s’incarner ?... Autrement dit Son Incarnation n’est que la confirmation de la création Divine d’un néant libre humain en vue d’une union définitive à DIEU-ÊTRE absolument gratuite. La faute originelle dans l’horreur de sa turpitude n’a été qu’un processus pour magnifier cette incarnation …

 

12/05/08  Le pourquoi …

Il m’a été donné d’expliciter, aussi clairement que cela m’est possible, tout au long de ce long journal du site www.f-v-m.net le pourquoi de la vocation de La Providence Divine et celle de l’être humain (même dans l’application à venir qui est à l’origine de cette recherche). En effet leur but est de nous amener à l’éternité de l’ÊTRE en devant sacrifier notre liberté attachée au néant dont nous sommes issus : c’est-à-dire devant sacrifier douloureusement notre volonté propre. Le moindre événement, une feuille de papier qui tombe, un pincement de doigt, … comme le bénéfice des choses bienheureuses qui nous arrivent, et bien entendu les pires choses malheureuses, n’ont pas d’autre but, dans le déroulement d’une vie, que de nous mener insensiblement d’une manière syncopée à ce libre choix de nous auto-sacrifier pour pouvoir accéder à l’entrée définitive dans l’Éternité, là où il n’y a aucun rappel du néant mais l’expansion continuelle béatifiante de l’Être. Les malheureux qui refuseraient obstinément cette auto-destruction de leur liberté, de fait vicieuse, se verraient poursuivre un néant qu’ils ne sauraient jamais atteindre dans la damnation sans soulagement … Il semble bien que ce soit les explications de fond qui paraissent correspondre aux nécessités de notre époque … Mais incapable de trouver à être édité il est impossible de le vérifier. De toute façon c’est la croix haute qui ne peut qu’en être la justification ….

 

13/05/08 Douceur ….

Ô doux Esprit Saint ! Triomphe dans cette âme rachetée à tant de prix …. Devant le « ET de DIEU » le douloureux silence intérieur est seul convenable. Il est chair Divine. Car en DIEU cohabitent joie ET souffrance sans mélange mais attirance de joie Éternelle. Donner le Christ Jésus au monde dont la volonté est sollicitée, est le meilleur de ce que nous pouvons faire …

 

14/05/08 persévérance ….

La Vierge Marie et tous les saints, grands et petits, ont mérité pour nous auprès de Jésus-Christ Trinitaire la persévérance finale. Humilions-nous ! À nous de rendre cette persévérance immédiate … Qui dira l’abîme d’horreur spirituel de nos intentions auquel est descendu pour nous la Sainte Trinité en s’anéantissant en la personne de Jésus-Christ ? … Mais de cet enfer d’où nous sommes et dans notre marche syncopée de bonne volonté Il devient notre espoir Éternel. Malheureux, à moins de méconnaissance culturelle, ceux qui le rejettent. … Pour nous, Lui venir et revenir sans cesse dans la solitude intérieure devient notre nécessité ….

 

15/05/08 plus que tout …

Plus que tout, nous anéantir avec Jésus-Christ, c’est élever DIEU dans Sa Gloire d’ici-bas et de celle des Cieux…. Pour cela mieux vaut un esprit borné et sans lumière qu’un esprit, étrangement lucide, qui risque constamment de s’élever ignominieusement en lui-même … Le Christ Jésus, humblement Tout Puissant, comme Son Père, sait LUI comment il peut sauver ….

 

16/05/08 acte ….
Le moindre acte d’intention fusionnelle à l’humilité et à la douceur de DIEU, c’est-à-dire à Son humiliation dans l’univers, quoiqu’il en coûte, est plus profitable à l’humanité que toute autre action fût-elle d’une grandeur et d’une efficacité apparentes  sans précédent… C’est nous anéantir librement avec Jésus-Christ à Gethsémani jusqu’à l’exsudation de sang (et c’était comme de grosses gouttes de sang tombant jusqu’à terre) en vue de son versement dans l’acte rédempteur final, selon ce qui est demandé à chacun…. Quelque besoin que les êtres humains peuvent avoir de nous, en réalité notre néant n’est nécessaire qu’à DIEU Seul ….

 

17/05/08 abomination ….

DIEU Trinitaire humblement Tout Puissant a connu l’abomination même de tout péché en Son Fils, sans douloureusement jamais y adhérer, et a adjoint Son humiliante incarnation en Jésus-Christ, dans l’univers créé surérogatoirement, à nos propres abominations. Nous devons être unis dans la lutte avec Lui-Même qu’Il a connu à Gethsémani pour LUI en offrir la victoire entérinée par la mise en œuvre de la croix et transcendée par la résurrection de 40 jours….. Être témoin de Sa couronne de Gloire Éternelle qui est ici-bas humiliation pénible de ses épines… Jésus-Christ, abîme agonisant de nos abîmes en guerres perpétuelles, toujours relevé fusionellement à la Plénitude Éternelle, à TOI le Règne, la Puissance et la Gloire ….

 

18/05/08 attachement …

L’univers est une création d’attachement de l’Être au néant qu’il faut quitter pour être à l’ÊTRE…. En Jésus-Christ l’ÊTRE S’est dit Soi-Même. Ainsi le moindre acte ou la moindre pensée qui Lui est uni de meure d’un grand prix…. Ne rien savoir d’autre que la chair sanglante de Jésus-Christ Trinitaire, humiliée ici-bas et Glorieuse au Ciel  … Là où Je t’emmènerai avec Moi …

 

19/05/08 rassembler ….

Rassembler le petit nombre de mystiques, les enfants-de-rien de toutes religions, responsables entre tous pour les autres … Comme il est dur de s’humilier et qu’il est doux de le faire sous le regard de l’humiliation Divine, là où il n’y a aucun intérêt propre…. Toujours nous réfugier dans l’humiliation Divine, centre de l’Amour et de toute autre voie, ressentie pour nous douloureusement sur terre par Jésus-Christ. Le petit nombre de ceux qui reconnaissent la grandeur de l’humiliation dans un homme quel qu’il soit et s’y appuie, s’appuie sur le Messianisme de Jésus-Christ et Lui appartient même sans connaître son nom, à plus forte raison dans un conducteur de religion droite (c’est entre autre la condition de la tolérance…). Pour nous chrétiens, appuyés de plus sur la résurrection de 40 jours sur terre, notre joie, surnaturelle et non naturelle, en est sans limite selon nos propres dispositions …

 

20/05/08 écrin ….

DIEU ne peut que se suffire à LUI-MÊME et n’a pas besoin d’écrin pour le rehausser… Aussi peut-IL choisir pour Se témoigner n’importe quelle lavette la plus immonde qui soit sans déroger. Quand on regarde l’inconsistance de notre foi, à nous Ses témoins, on est stupéfait de l’audace Divine d’autant que nous en savons l’incommensurable douleur en Son Fils Jésus-Christ. Que faire d’autre que s’anéantir avec LUI, si même on en est capable… mais le Lui demander avec instance ….

 

21/05/08 révolte …

On ne peut pas et il serait vain d’imaginer ce qu’aurait pu être l’être humain sans sa révolte à l’état primitif d’humiliation contre la volonté de DIEU. Une chose est sûre, c’est qu’il est infiniment plus coupable que le démon. Car si les anges déchus avaient d’abord pu voir DIEU, ils auraient été dans l’incapacité de se révolter. Alors que le couple humain, responsable pour l’humanité dans son avancée mystique (il y a 7000 ans ?), non seulement avait vu DIEU mais avait encore conversé intimement avec LUI…. D’où on peut conclure à l’énormité sans aucune borne autre que le retour dû (… pardonner aux autres …) de la Miséricorde Divine réalisée en Jésus-Christ pour cette tension au néant qu’est l’univers révolté. Aussi l’état de grâce est-il nécessaire avec bien sûr l’aiguillon de la Vérité, présent en nous « comme une infime braise laissée sous la cendre » (Imitation de Jésus-Christ)… Vivre donc les victoires pérennes des agonies de Notre Seigneur, sans jamais nous lasser ….

 

22/05/08  L’état ….

Si dans l’interférence des esprits on a bien compris ce qui a été démontré par ce site depuis Octobre 2000 au sujet de la nécessité du retour universel à l’état d’humiliation primitif humain avec l’intervention rédemptrice de Jésus-Christ Messie, on ne peut que souscrire au « Plus tu souffres (dans la Paix du Christ), Plus tu sers (l’humanité pécheresse) «  de Gabrielle Bossis » dans les proportions évidemment réservées à chacun. Cela est valable bien sûr dans le combat désagréable contre les péchés, eux se montrant sans cesse mensongèrement vainqueurs jusqu’à l’humble victoire soudaine du concours Divin Tout Puissant. Soyons certains que si celui-ci tarde ou semble nous  laisser vaincu, ce n’est pas pour autre chose que vouloir approfondir en nous l’état d’humiliation si désirable qui est le fondement de tout. N’ayons donc pas peur de descendre toujours plus bas dans le creux de cette main qui élève en Elle. Car DIEU a éprouvé jusqu’au dam de l’enfer sans toutefois Se renier Lui-Même à la manière que font de Lui les démons et les damnés, comme Il nous l’a montré en Jésus-Christ par Son agonie de Gethsémani…. Oui ce pauvre site www.f-v-m.net malgré tous ses manquements, dans ce monde qui commence à s’étouffer sur lui-même matériellement et spirituellement, appelle les enfants-de-rien de toutes les religions à la conversion, nécessaire pour l’univers, au Messianisme de Jésus-Christ qui n’est en rien propriété des seuls chrétiens …

 

23/05/08 bordée par l’infini …

Bordée par l’infini la couche de l’homme temporel est peu confortable. Mais les extrêmes se touchent et il ne faut pas en avoir peur dans notre quête de la vérité…. Le peu d’esprits religieux qui ne me fuient pas s’imaginent  qu’en parlant de DIEU je ne parle que philosophie. Ce qu’il m’est donné de faire, c’est de préparer la « fusion » des sciences et de la foi, de la métaphysique et de la théologie, ce que j’appelle l’unitologie. Mais surtout il est nécessaire d’en pallier les conséquences, en sachant pertinemment que les données fondamentales peuvent être complètement inversées et que l’humanité, appuyée concrètement sur des réalisations techniques des avancées de la physique, au lieu d’entrer dans le plein épanouissement de ses moyens peut entrer dans une nuit dévastatrice de la foi sans précédent. Jusqu’à présent cette question se posait d’autant moins à l’Église que pour faire face à l’antagonisme des scolastiques en deux propositions opposées et pour éviter, en maintenant l’unité, que les catholiques ne s’embourbent dans des discussions intellectuelles stériles (parce que jusqu’ici sans réponses), le Concile de Trente avait imposé unilatéralement la position de St Thomas d’Aquin à l’encontre de celle de St Bonaventure qu’il avait marginalisée ….

 

24/05/08 couronné ….

Couronné d’épines, solidement attaché par des clous, va enfant-de-rien ! Tous en dépendent…. Rien devant, rien derrière, rien à droite, rien à gauche, rien en haut, rien en bas, rien que l’espérance espérée en l’Infini de la Miséricorde Divine, humblement Toute Puissante…. Jésus-Christ, Maître du temps et de l’histoire, peut réparer en un instant les manquements quels qu’ils soient de chacun des moments de notre vie, pour l’Éternité ….

 

25/05/08 accouchement…

Dans ce laborieux mais grandiose accouchement de la temporalité à l’Éternité, plus tu souffres, plus tu sers le travail douloureux du Maître du temps et de l’histoire Jésus-Christ, Seigneur humblement Tout Puissant des Armées. À quelle profondeur de dam DIEU a-t-il bien voulu descendre en Son Fils pour purifier la coupe, plus coupable que celle des démons, des péchés humains. Les êtres humains s’en rendent mal compte car leur vie est recouverte d’une chape d’attente de Miséricorde Divine qui leurs donne le goût vif d’organiser la temporalité envers et contre tout, en oubliant le plus souvent la finalité qui les attend ….

 

26/05/08 La Parole …

La Parole de DIEU S’est dite Elle-Même dans la temporalité. Jésus-Christ Messie universel L’a concrétisé. À Lui le Règne, la Puissance et la Gloire. La hiérarchie et les apparats de l’Église catholique ne sont pas de trop pour maintenir cette vérité dans le droit chemin humain. Ce qui importe est la réalité de notre livraison de DIEU à DIEU, corroborée par la pratique fervente de la religion de notre choix ou de notre culture ….

 

27/05/08  corps …

Notre corps enveloppe de DIEU notre âme créée néant-libre. Où irions-nous, nous les enfants-de-rien, sinon, par les voies qui nous sont données, à l’anéantissement total de Jésus-Christ, Messie universel, pour qu’Il nous relève avec Lui dans l’Éternité. … Porter avec Jésus, notre propre grossièreté, c’est porter celle aussi moins grave des autres…. DIEU ouvre sous nos pas de pécheurs, en Jésus-Christ, un abîme d’humiliation douloureuse mais rédempteur qui nous élèvera à la Béatitude sans fin ….

 

28/05/08 secret ….
La pire des manifestations d’orgueil, d’autant qu’elle est subtile et souvent secrète, consiste sans aucun doute dans l’amour-propre spirituel. Ces manifestations, qu’il faut pourchasser avec un regard intérieur aigu, sont à remettre à la Toute Puissance humble de DIEU qui Seul, avec notre volonté libre, peut les juguler. DIEU du reste est venu sur terre en Son Christ Jésus pour que petit à petit le monde entier puisse recouvrer, mais en plénitude, l’état primitif de sainteté qui était le sien encore récemment (7000 ans ?) pour pouvoir accéder définitivement au Paradis Céleste. La souffrance en est à la fois purificatrice pour chacun et réparatrice pour les autres dans la hiérarchie de la création des âmes qui ont chacune leur place définie …

 

29/05/08 plus …

« Plus on souffre, plus on sert »…. En effet la souffrance repousse le néant en nous et autour de nous pour faire place à l’ÊTRE…. En ce qui concerne les relations chrétiennes avec la dogmatique Juive, héritière de celle des pharisiens, il ne peut y avoir aucun accord puisque celle-ci, comme l’Islam du reste, rejette catégoriquement le Messianisme du juif Jésus annonçant l’humilité et la douceur du centre de DIEU. Mais la dogmatique est une chose et les enfants-de-rien (ceux qui ont des expériences « concrètes » de l’au-delà) ne peuvent être liés intérieurement à la dogmatique autrement que par la liberté de leur conscience.... Ce sont donc les enfants-de-rien (« de rien » puisque les expériences mystiques auraient-elles des preuves « tangibles », en réalité elles ne sont pas de ce monde, demeurant en définitive soumises à la liberté de conscience, et « de rien » ensuite parce qu’il leur faut avoir une réelle approche de leur néant) qui, en dehors de toute dogmatique, peuvent faire l’unité théologique des religions sans être embarrassés et attachés par les détails spirituels et matériels de ces dernières où pourtant chacun dans la religion de son choix ou de sa culture ils se soumettront. DIEU, ÊTRE total, Seul, peut avec nous cette tension douloureuse d’arrachement, qui est l’humble perfection Divine dans l’univers, à l’attachement du néant, qui nous caractérise …

 

30/05/08 générations …

Ainsi des générations se sont succédées sans oser jamais s’arrêter sur la révélation Messianique de Jésus-Christ : «  DIEU, Le Père Tout Puissant, est humble et doux en son Centre, c’est-à-dire IL est en même temps en état d’humiliation et d’abaissement dans l’univers qu’IL livre avec douceur surnaturelle aux mains de Sa créature quitte à elle de se conformer à cet état. C’est là le fondement de toute théologie universelle auquel l’homme correspondait sans le savoir avant la faute originelle et auquel il doit après cette révélation et sa rédemption correspondre en passant par les données nécessaires de la religion qui lui est donnée (soit bien sûr la perfection de l’Amour qui comprend tout, soit celle de la Compassion, de l’Obéissance, de l’Adoration, de la Tolérance, de la Componction, etc. …). C’est donc de la douleur de l’état d’humiliation refusé, inaccessible directement, dont les êtres humains ont besoin d’être guéris…. La définition de DIEU comme ÊTRE Total en perpétuelle expansion, …. (cf. essai de traité d’unitologie) n’a pas d’autre but que de permettre l’union à venir des sciences humaines et des religions pour cette finalité. Et là chaque enfant-de-rien a à agir dans une cellule spirituelle qui lui est départie, commune à d’autres âmes dont il est co- responsable ….

 

31/05/08 sueur …
Si sur l’enfant-de-rien une sueur de Miséricorde ruisselle continuellement, ne devra-t-il pas en faire le partage avec ses frères. Mais ils n’ont pas le temps ou le regard hautain qui repousse. Il faut donc espérer que les autres soient réunis ensemble et à cause de cela que le monde se trouve lui aussi uni…. Il n’est rien qu’un néant en forme de palefrenier du Seigneur impatient de montrer Ses chevaux…. TA fusion Eucharistique ardente ( d’autant que nous…) est couverte d’eau et de sang de TES sueurs d’agonie et de TON côté ouvert ….

Juin 2008

01/06/08 rien …

Rien à offrir (puisque nous tenons tout de TOI) que ce rien même ….

 

02/06/08 offrir …

Offrir le rien n’est pas si facile …. Sans DIEU cela est Impossible. En effet de quel abîme sommes-nous tirés et de quelles douleurs est-ce payé ??? Avec l’agonie de sang à Gethsémani du Fils de l’homme, apprivoiser la présomption de souffrances réparatrices à nous destinées …

 

03/06/08 travailler …

Travailler à l’amour des âmes, c’est aussi travailler gratuitement pour soi-même…. Les enfants-de-rien ont selon l’union du Messianisme du Christ Jésus à tenter de rejoindre l’humiliation de DIEU dans l’univers. Ils le font par la prière intérieure fervente, véritable pénitence, à quelque point de contemplation que ce soit, le tabernacle ou l’autel pour les chrétiens (les catholiques avec les orthodoxes ont en plus la fusion effective de l’Eucharistie) , les rouleaux de la Loi pour les juifs,  la Mecque pour les musulmans ou tout autre point mental d’ancrage saint. Ils peuvent en recevoir de l’Esprit Saint une union mystique très élevée amenuisant les donnes de l’orgueil humain. Il restera toujours cependant à des degrés divers ce subtil et imperceptible attachement spirituel orgueilleux à soi-même qu’ils auront à combattre jusqu’à la fin et qui peut toujours faire des ravages. C’est là la véritable et seule dignité de l’esprit de l’homme, créé à la réalité de l’image de DIEU. Le reste n’est au milieu des exploits les plus extraordinaires sur la nature qu' un moyen passager …

 

04/06/08 témoignage …

Par le témoignage de la vie de Marthe Robin, bien que l’ensemble des humains soit soumis à des conditions normales,  Jésus-Christ a voulu nous montrer qu’IL n’était pas, LUI DIEU, soumis à nos conditions naturelles…. La misère de l’homme est grande mais qui oserait dire la misère de DIEU, sinon Son Fils Unique, Jésus-Christ : c’est-à-dire humilité et douceur infinies de Son centre…. Aussi il faut vouloir L’aimer jusqu’à subir l’enfer pour LUI ….

 

05/06/08 dénuement …

Le dénuement Divin si douloureux ne peut se réaliser pleinement en nous  que par la fusion de la manducation Eucharistique…. La pauvreté est insupportable à la nature humaine révoltée. C’est pourquoi nous avons besoin du Christ pour nous dévêtir et nous faire endosser l’habit de Gloire Éternelle. Les enfants-de-rien malgré leur incroyable petitesse peuvent faire grandir par leurs prières et pénitences l’immensité de la religion qui est la leur. Encore faut-il que selon le Messianisme de Jésus-Christ , ils n’aient pas peur de descendre toujours plus bas pour rejoindre l’anéantissement Divin qui relève …..

 

06/06/08 personne …

Il faudrait dire que selon ce qu’a pu écrire Mère Teresa de Calcutta, fondatrice des Missionnaires de la Charité,  dans son journal intime, nous puissions confirmer que personne n’est descendu aussi bas que nous… C’est le « trop » demandé par DIEU à qui L’aime vraiment  que nous devons « vouloir » avec Jésus-Christ à Gethsémani soumettant DIEU à DIEU dans Son humilité et douceur ultime…. Comment du reste autrement signifier  la théologie universelle de l’état d’humiliation de DIEU dans la temporalité ? Cette théologie Messianique ne peut en effet se qualifier que du mot « abyssal »  toute religion devant s’y soumettre car on ne peut  l’atteindre que par des voies propres déterminées. Pour nous chrétiens nous ne pouvons nous empêcher de croire que la plénitude de l’Amour Divin, enseignée par le prophétisme Juif de Jésus, EST LA PLUS APPROPRIÉE pour cela …..

 

07/06/08 conquérir …

Pour les enfants-de-rien de toutes religions avec Christ il faut conquérir la paix surnaturelle heureuse, liée à la souffrance humiliante et honnie, mais créatrice…. Avec et comme la vie de Jésus et Marie, pour la réparation de l’humanité et l’honneur de DIEU, aimons être laminés en vue de la Gloire des Cieux. C’est l’Esprit Saint qui se servira de notre liberté livrée du néant  …

 

08/06/08 Pour Jésus …

Pour Jésus et les âmes, aimer à être laminé, physiquement, moralement, spirituellement, c’est  la volonté (le premier moment d’étonnement passé) de souscrire au douloureux laminage de notre moi mais dans la paix surnaturelle qui, subtile et délicate, dépasse toute joie naturelle. Car c’est l’Esprit Saint Trinitaire qui de cette façon a créé et développé l’Église à travers les turbulences de notre libre-néant…. Mais s’il en a coûté une agonie de sueurs sanglantes au Christ-Dieu à Gethsémani, comment cela ne doit-il pas nous coûter aussi un peu ? ….

 

09/06/08 acquérir …

Acquérir l’insignifiance de son insignifiance (en toute insignifiance) n’est pas le plus facile mais c’est le plus utile pour le temps et pour l’Éternité. C’est adoucir, dans l’interférence des esprits, la violence de l’orgueil terrestre qui ferme l’entrée de la Béatitude, aussi bien au Ciel qu’ici-bas. C’est promouvoir le triomphe de l’humble Tout Puissant Esprit Saint. C’est ce qu’a vécu et prêché Jésus-Christ pour le salut universel du monde….. Mais les Esprits, même bons, ne sont pas l’Esprit Saint Trinitaire à qui seul tout est dû. Car notre DIEU est un DIEU jaloux. Il est l’ÊTRE Total, en dehors de qui rien n’existe. IL EST l’unique Trinité Sainte ….

 

10/06/08 le vouloir …

Le vouloir de DIEU à Gethsémani en l’agonie de sueurs sanglantes de Jésus-Christ Trinitaire est au-dessus de tout vouloir. Dans l’espérance, il nous faut y fusionner par la voie qui nous est donnée. Ainsi l’humilité et la douceur du Centre Divin, Tout ÊTRE, établit l’unité fondamentale théologique nécessaire de toutes les religions dignes de ce nom. Si peu que nous soyons, sur le plan humain, sur le plan spirituel ou face à l’Infini, nous avons à réaliser la communion à la victoire de DIEU sur DIEU …

 

11/06/08 à Gethsémani ….

À Gethsémani, nœud de toute vie surnaturelle, les trois apôtres privilégiés qui avaient pourtant participé au Mt. Thabor à la Gloire Trinitaire du Messie peu de temps auparavant, dormaient. DIEU était seul parmi les hommes. ( croyants ou incroyants, religieux ou laïcs, à de rares exceptions près, dorment ainsi en privilégiant les relations humaines aux relations Divines). Ne nous étonnons donc pas, nous aussi, dans le peu de ce qui nous est donné à partager, d’être fabuleusement seul…. Par rapport aux prémonitions de solutions naturelles hors mesure qui ont été données, une seule chose est certaine pour l’instant c’est que l’humanité commence à ressentir les effets de l’étouffement sur elle-même. Par rapport aux prémonitions de solutions spirituelles hors mesure qui ont été données, une seule chose est certaine c’est que l’humanité a à virer de bord dans ses habitudes actuelles…. Alors ??? …. Aimer la souffrance pour nous-mêmes et la soulager chez les autres, c’est régénérer le monde ….

 

12/06/08 Récapitulons ….

DIEU Est Esprit. IL EST l’ÊTRE total toujours en expansion quoiqu’immuable, Principe de Contradiction, dévorant et excluant le néant en créant une tension de l’Être au néant qu’est l’univers. Il faut donc quitter cette tension au néant pour retourner à l’Être (être à l’ÊTRE). Il en résulte la mort naturelle ou entropie (dans le premier sens du terme). Pour l’être humain cette tension est à l’évidence d’ordre moral et DIEU est Principe de Contradiction Moral. Ainsi on peut dire que la temporalité est une humiliation de l’Éternité Divine à laquelle l’homme doit correspondre. Le péché est attachement à l’extension du néant. Il est révolte contre l’état d’humiliation normal, donc de l’humilité et de la douceur spirituelle, qui était celui de l’humanité il ya seulement peut-être 6000 ou 7000 ans. Il est refus du retour moral à l’ÊTRE dans une fuite éperdue de l’ÊTRE. De fait le libre-néant (libre puisque moral) temporel orgueilleux doit s’anéantir douloureusement pour la liberté heureusement humble et douce de l’ÊTRE Éternel…. Cela découle de l’enseignement catholique (soumis à l’approbation du Pape régulièrement élu) de Jésus-Christ, seul Messie donné au monde …. Avec Christ l’humiliante souffrance, non seulement acceptée mais voulue et désirée, sert à sauver le monde. Pour cela il faut fusionner, selon notre état, au Vouloir sanglant de Jésus-Christ à Gethsémani, Victoire de DIEU- Incarné à DIEU- Père en DIEU- Esprit- Saint ….

 

13/06/08  Vivre …

« Il n’appartient pas à satan de montrer que la Rédemption est possible » (Ste C.Emmerich Téqui III p.147). Vivre la Volonté de Gethsémani  en vue de, aussi peu que nous soyons, participer, avec l’Église de tous les saints, à la Rédemption du Christ Jésus… Mais il faut le dire et le redire, aussi peu et aussi seuls, sur le plan humain, spirituel ou Divin, que soient les enfants-de-rien de toutes religions (mais nécessairement pratiquant avec ferveur la leur, de choix ou de culture) ils sont responsables, avec le salut de nombreuses âmes,  de l’attitude des dirigeants notamment religieux et scientifiques dont dépend l’avenir de l’humanité. C’est pourquoi ils ne doivent pas négliger le Messianisme unitaire de Jésus-Christ révélant l’humilité et la douceur du centre de DIEU, et ne pas en craindre une théologie commune …

 

  Théologie interreligieuse commune ….

Pourquoi à moi chrétien a-t-il été donné de choisir l’humilité et la douceur de DIEU, Tout ÊTRE, comme fondement d’une théologie commune à toutes les religions plutôt que l’Amour Divin, leitmotiv de ma foi catholique ? C’est que si la foi de ma propre religion privilégie à juste raison l’Amour Divin comme foyer ardent de notre union à DIEU, les autres religions n’ont pas forcément la même optique. Citées déjà de nombreuses fois dans ce site www.f-v-m.net  on distinguera dans la voie de l’union Divine, autre que l’Amour Chrétien, la Compassion Bouddhiste, l’Obéissance Juive, l’Adoration Musulmane, la Tolérance Hindoue, la Componction Chinoise, etc. Mais toutes ces voies différentes (que je crois incluses dans l’Amour) pour être vraies reposent sur un même centre : la douceur de l’humilité du centre de DIEU, comme le foyer qui brûle pour réchauffer les enfants-de-rien, nécessite l’humble poêle de la Maison Divine. De même pour entretenir ce foyer spirituel on peut se servir de combustibles variés, de calories très différentes. Mais le tirage de la cheminée humaine n’est-il pas encrassé par les séquelles d’un péché d’origine qui se renouvelle diversement avec tant de fréquence ??

 

14/06/08 confirmation …..

Les conditions matérielles nécessaires à l’avenir de l’humanité qui m’ont été proposées en 1963 débouchent avant tout sur la nécessité de reconnaître l’enseignement Messianique de Jésus-Christ. Il semble donc bien que ce soient une théologie de l’humilité et de la douceur du cœur de DIEU qui devra réunir tous les êtres humains dignes de ce nom…. Mais il faut le répéter avant toutes choses elle devra recevoir l’aval du Pape, régulièrement élu, au jugement duquel, éclairé par les promesses formelles du Messie, il revient d’en assurer la droiture ….

 

15/06/08 conditions …

La théologie mystique interreligieuse de l’humilité et de la douceur (qui elle s’appelle l’Amour ou toute autre voie différente qui est en rapport : Compassion, Obéissance, Adoration, Tolérance, etc.)du centre Divin ne peut être en aucun cas un travail littéraire, quel qu’il soit, même au titre alléchant, mais doit être une œuvre de choix faite de chair et de sang réservée aux âmes de peu de toutes les religions. C’est la douleur sans mesure du Christ Jésus, même si on ne sait pas le nommer, qui œuvre pour nous, en ne laissant à notre faiblesse infinie, par Sa délicatesse incommensurable, que la brûlure joyeuse du cœur. Aussi faible que nous soyons, DIEU seul a besoin expressément de nous. Les autres ne sont qu’une image cachée de Lui-Même. La misère de l’être humain est grande et long le détail qui peut en être fait. La misère de DIEU est infiniment plus grande. Et pour l’enfant-de-rien soulager la misère des hommes fait comprendre qu’on soulage d’abord un tant soit peu Celle de DIEU ….

 

16/06/08 porte-grâce …

Être le porte-grâce de tous les saints, avec la fidélité au Christ Jésus dans l’attachement aux clous, le transpercement des épines, l’arrachement du dos et l’ouverture à la mort du côté, voulus et désirés librement malgré tout à Gethsémani. Aussi peu et aussi loin que nous soyons, ce qui n’empêche pas de recevoir des grâces tout à fait disproportionnées, il faut sans cesse commencer et recommencer à vouloir l’humble et doux mal-aise intérieur réparateur ….

 

17/06/08 Conclure l’introduction de la théologie de l’humilité interreligieuse ou unitologie ….

Tout au long de ces 8 années passées à www.f-v-m.net nous avons vu combien il m’était nécessaire, pour faire front aux motions prémonitoires de1963, de reconnaître la nature humble de DIEU Trinitaire, principe de l’état moral d’humiliation primitif humain sain. Mais le Messianisme universel de Jésus-Christ, qui nous le révèle, lie inséparablement l’humilité du Tout ÊTRE à la douceur. Le prophétisme juif de Jésus applique la plénitude de cette douceur à l’Amour de DIEU et du prochain enseigné par la Bible. À mes yeux catholiques cet Amour implique donc celle de la douceur, sans laquelle l’humilité laissée à l’infini d’elle-même serait un gouffre d’épouvante. Mais pour d’autres religions la nécessité de la plénitude d’une douceur pour aller aussi à cette humilité Divine difficile se fait par des voies différentes de l’amour Chrétien bien que très proches (sinon pour nous incluses). Mais là je ne puis plus continuer seul…. J’ai besoin pour conclure de l’aide d’enfants-de-rien (mystiques) cherchant la pratique de la douceur : Bouddhistes cherchant la plénitude de l’universalité de la Compassion ( !), Juifs cherchant celle de l’Obéissance ( !), Musulmans cherchant celle de l’Adoration ( !), Hindouistes cherchant celle de la Tolérance ( !), Chinois cherchant celle de la Componction ( !), etc., et Chrétiens cherchant celle de l’Amour…. N’ayant de moi-même rigoureusement aucun entregent (de plus âgé et en partie sourd) et n’ayant que quelques adresses email pratiquement prises au hasard, ce constat fait figure de bouteille jetée à la mer ! ….

 

18/06/08  Aussi peu …

Aussi peu que nous valions, aussi grossiers que nous soyons, « DIEU fait LUI-MÊME en nous ce qu’IL nous demande »…. Unissons-nous …..

 

 19/06/08 Internet www.f-v-m.net ….

Pour beaucoup c’est le dernier mail que vous recevrez. En effet comme il a été dit précédemment, c’est d’enfants-de-rien de toutes les religions qui sont nécessaires pour conclure. Enfant-de-rien n’est en aucun cas un titre, juste une indication…. Jusqu’à présent, sachant que c’est 1 sur 10.000 qu’il faut les rechercher, j’avais collecté ce nombre d’adresses email auxquelles j’envoyais sporadiquement un extrait du journal (au grand damne de certains !). Maintenant pour en développer la conclusion il me faut envoyer ce journal (depuis tant d’années devenu un monument !) quotidiennement. Aussi c’est l’effort de m’adresser un mail confirmant votre accord formel de recevoir un envoi quotidien que je vous demande. Faute de quoi vous ne recevrez plus rien par mail. (En fichier joint le journal de ce jour).

Amitiés francis delaye

 

19/06/08  Difficulté ….

La difficulté majeure d’une théologie unitaire des religions provient de la pensée et de ses conséquences qu’elle doit embrasser un DIEU, TOUT ÊTRE, mais Principe de Contradiction, à la fois « TOUT PUISSANT » ET en même temps « anéanti », cependant toujours ESPRIT, donc pour nous toujours Moral. Ainsi IL EST PRINCIPE DE CONTRADICTION MORAL. Cette définition est  hors de toute conception de la raison humaine, tout en apportant une contribution à l’avenir des sciences. C’est pourquoi elle doit se vivre dans la foi au Messianisme de Jésus-Christ Trinitaire révélant la racine Divine à la fois d’ »humilité » sans borne ET en même temps (chacun en estimant peut-être son application parfaite alors qu’il est toujours nécessaire de sans cesse progresser) de « douceur » infinie qui justifie Son humilité ….

 

20/06/08  Puisque …

Puisque désormais (cf.internet 19/06/08) nous sommes entre nous, enfants de rien qui voulons travailler à l’unité interreligieuse, bien que cela ait été déjà préparé par l’antériorité de ce journal, il faut en étudier le détail…. D’abord tout le monde se doute bien qu’il est nécessaire de pratiquer, avec ferveur, une religion donnée que nous considérons comme la meilleure soit de par notre culture soit de par notre choix. Sans quoi nous allons errer sans faire de progrès car nous avons besoin d’un support spirituel et la loi spirituelle commune à tous est de progresser sans cesse. D’autre part la douceur intérieure que nous allons y trouver petit à petit, n’implique-t-elle pas celle du TOUT ÊTRE, DIEU et en même temps n’implique-t-elle pas Son abaissement de l’Éternité d’au-delà de l’univers à la temporalité de notre monde ? Mais tout n’est pas à l’eau de rose. Nous le savons. Nous, nous répondons par la seule mystique ….

 

21/06/08  Aussi …

Aussi peu que nous valions, aussi grossier que nous soyons, DIEU fusionne en nous si nous acceptons l’infini de Son humilité et de Sa douceur, tréfonds de Son ÊTRE. Ainsi toute notre vie n’est qu’un témoignage de DIEU à DIEU Seul, dans notre personnalité. Rien d’autre ….

 

22/06/08  Le terme …
Il faut bien comprendre le terme employé d’enfant-de-rien. Il ne signifie rien d’autre que le fait de nous reconnaître un « néant » à qui le Seigneur a donné le goût de Son Universalité. Et nous devons y travailler chacun dans notre religion respective, embrassée à bras le corps …

 

23/06/08  La joie …

C’est la joie qui découle de la Paix du Christ dont il faut nous revêtir en toutes circonstances, même les plus douloureuses. Par un simple regard intérieur du «COEUR», elle vient même si nous croyons ne pas en sentir les effets. Pour nous Chrétiens ce point central surnaturel de la vision intérieure de Paix nommée ici du « Christ », est bien sûr  l’homme divinisé Jésus. Pour d’autres religions, reconnaissant la douceur de l’anéantissement Divin, il peut porter tout autre nom et paraître toute autre chose, mais c’est toujours « LUI ». Les mystiques le comprennent …..

 

24/06/08  Peut-on ?

La question qu’on peut se poser est celle-ci : Peut-on devenir mystique aux conditions indiquées dans le site c’est-à-dire un enfant de rien ? En réalité il s’agit d’un don absolument gratuit mais toujours préparé par une recherche intérieure, si minime qu’elle puisse paraître comme dans les Évangiles Zacchée grimpant sur un arbre ! Aussi qui que nous soyons nous devons sans cesse avoir en nous cette attitude de recherche. Et cela d’autant plus que dans la vie intérieure, quelle que soit notre religion, en fait d’expérience, rechercher c’est trouver ….

 

25/06/08  Réponse …

Reçu  d’un ami de foi autre : « toutes les religions sont vraies »

Cependant d'une part il y a pour chacun à l'intérieur de chaque  religion, quelle qu'elle soit, du fait de l'ambiguïté de la personne humaine une manière double et subtile de l'appréhender vitalement et d'autre part il faut toujours chercher la vérité plus en avant, mais il n'est pas opportun pour tout le monde de sortir, pour cela, de sa propre culture (ou "psychologies de son entourage").... C'est pour ces deux raisons qu'il m'est imposé par mon "interpellation prémonitoire" de 1963 d'établir une théologie unitaire des religions découlant du fondement « Messianique » (et non pas seulement « prophétique » bien que ce soit là aussi ma propre foi) du Christ Jésus .... Enfin il peut bien exister une religion dont l’expression soit plus parfaite ….

 

26/06/08  Pour être …

Pour être le plus infime et surtout le plus grossier des mystiques, le sigle du site veut n’en évoquer pas moins l’agonie sanglante de Gethsémani confirmant le vouloir de la Passion … Car la souffrance inévitable doit non seulement être acceptée mais aussi voulue et désirée ….

 

27/06/08  Péché …

La compréhension de la souffrance est intimement liée à la notion d’imperfection de la nature humaine dite, lorsqu’elle est coupable, « péché ». Il faut prendre la peine de relire le petit conte de Noël écrit à ce sujet d’une manière badine (cf. journal www.f-v-m.net de Décembre 2005, 4e semaine). La conclusion passe très légèrement sur la question de la souffrance en disant simplement « changer d’habitude (sous entendu du péché originel et actuel à la vertu) est pénible ». Cela est d’autant plus malaisé que le faire dans l’état normal est de fait toujours instable, ayant conservé notre libre volonté de retourner sans cesse aux cicatrices du péché …

 

28/06/08  Salle commune ….

Toutes les religions sont comme à l’intérieur d’une grande salle commune chauffée par le foyer d’un poêle immense dont elles seraient chacune plus ou moins éloignées… Celle qui serait le plus près du foyer aurait particulièrement la responsabilité de son entretien. Il s’agit pour moi de l’Église catholique. Le foyer, Lui, est le Centre de DIEU, cœur de Jésus-Christ, humble et doux… Ainsi pour reprendre l’image de l’Église donnée par St Paul, d’un corps dont le Christ est la tête, il ne s’agirait pas d’un corps passif mais d’un corps rayonnant fait pour être marié aux autres religions (peut-être sous les conditions de séparation de biens ?)….

 

29/06/08  Salle commune suite …

Pour les enfants de rien, qui sont si peu nombreux dans chaque religion qu’il faut bien leur donner une dénomination particulière, aucune religion n’est encore supérieure à l’autre. En effet, comprenant de fait dans leur petitesse, l’unité interreligieuse, ils sont occupés à jouer, chacun à leur manière, à la chaleur du Centre Divin, ou cœur du Christ, dont la suavité sans mesure les réchauffe tous. Il n’en reste pas moins que ce foyer infini doit sur terre être entretenu…. Pour reprendre les termes de la deuxième comparaison, il est évident qu’il n’y a pas de différence éminemment structurelle  autre que les dépendances du sexe entre un homme et une femme, bien que dans certaines contrées cela soit encore difficile à admettre ….

 

30/06/08  Confirmation de conclusion …

La confirmation de la conclusion sera donc, pour le peu de temps qui reste à vivre sur terre, de connaître en détail le foyer ardent du cœur Messianique et ce qui en fait la fibre d’humilité et de douceur confronté  à l’effet de toutes les religions sur les enfants de rien du monde entier …. Car Il vit éternellement aussi bien dans la clarté de la foi que dans sa nuit la plus profonde …