3e semaine février 2014

24/02/14 vacille …

Devant l’abîme de l’humilité Divine on vacille. L’amour ou un des substituts nous conforte.

25/02/14 aimer ….

Aimer notre mort où Dieu Trinitaire vient nous dépouiller de la masse temporelle si lourde, tremblement d’être sans en être encore, nous étant aux Cieux de même nature que les anges. Et c’est donc à travers notre mort que Dieu peut faire de nous un être parfait selon son cœur. Sans l’humble prise d’air le foyer d’amour (ou de ses éléments) ne brûle pas et inversement. Ainsi toutes les religions y comprise chrétienne ont d’abord besoin d’une prise d’air général. Et quelle prise d’air plus efficace que la vie d’humiliation de Jésus-Christ Trine universel ? Aimer notre propre peine elle nous met avec celle de Dieu humble en dessous de nous-même.

26/02/14 crainte ….

Vous écrivez dans le journal La Croix du 24 Février que l’accueil aux sacrements de l’Église pour les convertis divorcé remariés est un casse-tête pour les cardinaux.
Il n’y a pourtant vraiment pas de quoi.
1/ En effet Jésus-Christ nous avertit que nous sommes tous sans exception, à commencer par les théologiens, une race adultère et pervertie (Mat.8/38). Donc les cardinaux sont déjà les premiers concernés.
2/ Il n’a rien de plus simple que de nommer un prêtre (ou plusieurs) accessible par diocèse pour recevoir une confession général s’assurant de la bonne conversion du divorcé remarié pour lui permettre les sacrements en bonne et due forme.

En effet la crainte de Dieu est le premier pas à faire tout en étant le but de tout amour (ou d’un de ses attributs des diverses religions). La vie du Messie trinitaire nous montre à Gethsémani que Lui-même Dieu a embrassé cette crainte qui est le propre de toute véritable humilité indispensable à vivre avec celle Divine pour vivifier sans exception toutes les autres vertus. Vivre sa propre mort avec l’enthousiasme de celui qui voit Dieu venir se fondre en lui-même. Car en dehors de la souffrance qui nous met en-dessous de nous-même la vie sur terre est une horreur et j’ose à peine à publier cela tellement la nature est habitée par la faute originelle. Mais la joie surnaturelle est aussi une sorte de souffrance pour l’autosatisfaction naturerlle.

27/02/14 vie ….

Ne nous trompons pas. La vie qu’annonce Jésus-Christ est la vie du Père des Cieux pour laquelle il faut abandonner entre ses mains les plus petits mouvements de la vie d’ici-bas. Car cette dernière n’est qu’une libre attache au néant qui en vrai doit disparaître entièrement devant l’ÊTRE. Nous n’étant qu’un esprit créé à l’image de Dieu, lié provisoirement à cette liberté du néant. Ainsi il y a la vie d’ici-bas qui doit périr et en même temps la vie de l’esprit qui ne le peut. En séparant de son propre chef la notion du bien de celle du mal, alors qu’elles leur étaient confondues auparavant comme pour les animaux, le couple humain responsable a déclenché une autosatisfaction fautive universelle en opposition avec la nature de Dieu. Cette nature Divine Jésus-Christ Messie l’a annoncée par toute une vie d’humiliation réparatrice jusqu’à l’extrême compensée par une résurrection salvatrice dont ses disciples sont témoins. Ainsi l’esprit étant d’autre bruit que ceux du temporel s’il y a silence de Dieu il s’explique. À notre mort Jésus-Christ Trinitaire viendra à notre rencontre. Bien nous préparer à l’accueillir.

28/02/14 habiter ….

Il nous faut habiter toute plaie du Christ Jésus à l’exclusion de toute autre demeure quelle qu’elle soit. En effet les hommes chercheront à s’emparer du Verbe Trinitaire pour le tuer.

1e semaine mars 2014