2e semaine janvier 2008

16/01/08 notre vie ….

De toute notre vie nous n’avons fait que cela… Jésus dans sa chair Eucharistique complète en labourant suavement qui se livre …. (lutter et aimer, sans honneur, sans gloire, avec ou sans consolations) …. La contemplation de la souffrance incommensurable de la vie entière du Christ Jésus, hormis la manifestation de Sa Gloire Trinitaire au Mt. Thabor, ne doit jamais nous quitter renouvelée sans cesse jusque dans les moindre détails que l’Esprit nous propose ….

17/01/08 univers …

L’univers n’est qu’une pointe d’épine dans l’Éternité et notre vie avec… Et par les épines de sa couronne le Christ a fouaillé jusqu’aux extrémités de l’abîme humain. Il nous faut aussi les mérites de l’aveuglement de son bandeau ….

18/01/08 Trinité …

À TOI, le RÈGNE, d’humiliation du Christ, doux et humble , la PUISSANCE, de la victoire du Saint Esprit, doux et humble, la GLOIRE, de l’éternité du Père, doux et humble …..

19/01/08  triomphe …

Les agonies de la vie de Jésus, ont été perpétuellement triomphantes, dans l’humiliation la plus grande….. C’est sur l’humiliation du Christ et de ses amis que l’Esprit Saint assoit la Puissance de la Gloire Divine …..

20/01/08  Syndrome ….

C’est bien propulsé par les motions étranges de 1963 et leur problème crucial qu’il m’a été donné de pousser pendant 40 ans l’investigation jusqu’à l’extrême du syndrome humain. Il m’a alors été donné d’entrevoir que seul l’état d’humiliation qui fait fuir tout le monde sans exception, jusqu’à le plus souvent préférer à sa place les pires inconvénients, n’avait pratiquement jamais été considéré en lui-même. Réellement il n’y a qu’un homme, Jésus-Christ, par sa vie relatée dans les Évangiles catholiques, qui s’y est affronté directement et droitement, non sans souffrir durement, avec en plus l’aura d’une résurrection de la mort pendant 40 jours sur terre. En regardant de plus près, jusque dans soi-même, on se rend compte à quel point en effet l’état perpétuel de révolte par rapport à l’état d’humiliation, sans bien entendu faire référence au vice sensuel inverse,  est une anomalie. Pourquoi ? Il m’a été donné de comprendre à quel point il y a eu rupture entre l’état moral proche de celui animal, même pour une société humaine constituée il y a 7000 ans, qui en effet était sain et aussi bien saint et celui des sociétés humaines qui ont suivi. Pourquoi cet état primitif s’est-il transformé dans l’individu comme dans la société en celui habituel d’autosuffisance qui rend l’état précédent si douloureux ? On ne peut pas faire alors l’économie des raisons humaines autant que eschatologiques du Messianisme du Christ Jésus, nous révélant en son état d’homme divinisé qu’il revendique, l’intérieur doux et humble comme humilié d’un DIEU Trinitaire unique cependant omni puissant et omni présent en toutes choses qu’il nous fallait imiter ….

21/01/08 victoire …

S’humilier avec Jésus jusqu’au fin fond possible de l’abîme pour permettre à l’Esprit Saint de magnifier d’autant l’humble Miséricorde éternelle du Père des Cieux …. Mais Jésus a vaincu durement par des sueurs de sang continuelles, au moins intérieures, le péché du monde, c’est-à-dire l’amour-propre sensible humain racine de l’orgueil de vanité, cupidité et sensualité…. Luttons donc et aimons, sans honneur, sans gloire, avec ou sans consolations, pour participer à Sa victoire et y faire participer les âmes et le monde ….

22/01/08  Salut …

On chante avec raison : « Victoire tu règneras, Ô croix tu nous sauveras ! ». Il faut bien comprendre que cette victoire est celle sans nom de DIEU sur DIEU à chaque instant de Sa vie incarnée sur terre et révélée à son paroxysme de l’agonie du Christ à Gethsémani, préparant l’effusion sanglante de Sa mort rédemptrice pour toute l'humanité et toutes autres créatures que sublime Sa résurrection …. Il n’est en fait  pas plus facile d’offrir nos joies que nos peines …. Pour Jésus c’était le succès de son Messianisme et autrement la perte des âmes …. Sans consolations autres qu’ineffables ou nécessaires qu’il est impossible de refuser ….

23/01/08  Questions de fond …..

Dieu seul a besoin gratuitement de nous, directement ou par les autres… Remettre nos puissances dans les mains de l’Esprit Saint qui unit l’éternité du Père à l’incarnation du Fils, de même que le Règne est au Fils humilié et la Puissance à L’Esprit victorieux qui relie à la Gloire  du Père… Car c’est l’esprit qui est vie, la chair n’en est que l’aveuglement en vue de son immutabilité future… Les questions de fond posées entre autres par ce journal aux scientifiques, malheureusement pas autrement que sur internet, sont en fait les suivantes :

Comment connaître l’état moral des populations d’il y a environ 7000 ans ? Et si cet état était bien celui d’une soumission irrationnelle aux événements humains  cruciaux comme la souffrance et la mort, proche de celui animal, c’est-à-dire un état moral d’humiliation, est-il possible de savoir si son abandon général pour un état de révolte rationnelle aux mêmes événements, c’est-à-dire d’amour-propre sensible ou d’orgueil a pu s’inscrire dans l’évolution physique de l’être humain ? Enfin la raison ne peut-elle pas sortir de ses gonds traditionnels pour envisager une approche irrationnelle mais logique de l’infini Divin ? ….

4e semaine janvier 2008