1e semaine juin 2010

08/06/10 pénitent blanc …

Pénitent blanc, pénitent de l’humilité et douceur du cœur de Dieu Trinitaire, pour le salut des âmes à travers le salut du monde. Court ou long il nous faut travailler à ce maintien du temporel …. Comprenons bien, Dieu de Sa gloire d’Au-delà se fait humiliation de la temporalité provisoire …. Ainsi tout est Dieu y compris les êtres humains suscités à l’image et ressemblance du Christ …. Aussi c’est avec Lui dans le sens de l’humiliation qu’il nous faut envisager même les sciences ….

09/06/10 liberté …

Liberté que nous avons à rendre à l’ÊTRE ….. Embrasser la rédemptrice joie-amère chrétienne ….

10/06/10 ignoré ….

Vouloir être ignoré de tous pour le Christ est déjà un pas. Mais le véritable enjeu, le plus coûteux et de tous le plus efficace comme méritoire, c’est avec Lui de s’ignorer soi-même pour l’Autre …. Nous ne savons pas en effet si Marseille doit être englouti et Paris brûlé, ou si la terre doit être transformée en semi désert pour obtenir la conversion du reste du genre humain. Ce que nous savons c’est que nous avons à participer à la victoire sur Lui-Même de Dieu incarné en toutes les agonies de la vie du Christ jusqu’à celle de Gethsémani, révélant Son humiliation triomphante …. Ne pas hésiter de rappeler à Jésus les mérites de Ses souffrances par les plus petites des nôtres ….

 

On ne peut comprendre le lien des théologies de la kénose avec la conversion du monde sans moi ….

11/06/10 marche syncopée …

Nous ne pouvons que T’offrir cette pauvre marche syncopée, à TOI qui est Tout, ce mobilier, ces inventions modernes, la nature, le firmament et plus encore les êtres humains que TU veux TA copie et qui confirment TON humiliation sensible de l’Au-delà à la temporalité momentanée …. À l’hôpital, l’enfant, les yeux agrandis par la fièvre, nous rappelle la vie éprouvante du Christ …. Nous savons bien que les scénarios catastrophes rappelés hier 10/06/10 et prophétisés en leur temps peuvent facilement se réaliser de nos jours (plaques tectoniques instables, centrales et autres nucléaires …). Ce que rappelle la sœur du Sacré Cœur Josefa Menendez, qui a vécu à Poitiers, dans ses visions du Christ Jésus, c’est que Dieu n’a rien contre le développement harmonieux de l’humanité mais qu’IL exige Sa part minimum de pensée humaine. D’autre part celle-ci serait d’une nécessité technique dans les données scientifiques à venir évoquées déjà ici …..

12/06/10 conversion ….

Plus que la conversion du monde entier, le grand miracle serait notre propre véritable conversion …. Dans l’essai de traité d’unitologie, qui est plutôt un témoignage qu’un traité, il m’a été donné de parler de l’action du Concile de Trente vis-à-vis de l’antagonisme des divers fondements de pensées intellectuelles du moyen âge. En effet ce qu’a bien compris ce Concile, en imposant une pensée unique, celle de Thomas d’Aquin, c’est que le rôle de l’Église consiste prioritairement dans le développement unitaire de la morale et de la spiritualité. Car sans aucun doute l’intelligence humaine détient en elle-même des principes de divisions qui ne peuvent s’adapter à la Vérité. Ce qui a voulu être signalé  dans l’essai de traité d’unitologie c’est que l’intelligence humaine, entre autre de la philosophie et des sciences physiques,  arrive maintenant à son achèvement et qu’il en résulte, pouvant s’appuyer même sur des résultats concrets, une position eschatologique finale carrément ambivalente : ou reconnaître notre dépendance à l’Au-delà (et s’épanouir), ou enfermer l’humanité sur elle-même (et provoquer la fin même de l’univers) …. L’Église a donc bien pour mission de proclamer le Christ Jésus humble médiateur de dépendance …..

13/06/10 l’attache …

La liberté du monde a été attachée au néant pour en être délivrée par la liberté du Tout Être, Jésus-Christ. IL a manifesté victorieusement Sa lutte, de Dieu à Dieu, qui lui en coûtait à Gethsémani pour l’achèvement de Sa Passion Rédemptrice. Communions à cette Victoire Divine Trinitaire que Marie, Sa Mère, au même moment, sans aucun doute partageait en plénitude ….

14/06/10 espérant …

Avec TOI victorieux à Gethsémani, comme à chacun des instants de TA vie cachée,  rédempteur à TA croix et triomphant à TA résurrection, il nous faut tenir jusqu’au bout, espérant contre toute espérance …. Travailler avec TOI dans le tout petit nombre qui accepte de lutter sans merci …… Certes l’univers est magnifique et grandiose. Sa beauté et sa diversité nous empoignent. Nous cherchons son unité. Mais rien de cela n’approche réellement de ce qu’est la béatitude de l’Au-delà et de laquelle des mystiques ont essayé de témoigner. L’univers n’est qu’une humiliation temporaire de l’Éternité pour permettre à la liberté de néant des créatures de s’y intégrer …..

15/06/10 coup de crosse …

Pourquoi ai-je dit dans le journal du 04/06/10 que le problème de l’Église était de vouloir faire triompher l’amour à coup de crosse sur la tête des gens ? Jésus enseigne sans aucune espèce de doute pour personne la perfection de l’amour. Pourtant peut-on dire : l’amour point final ? La Bse Angèle de Foligno, en instance de béatification, ne dira-t-elle pas que « il n’y a rien qui m’est plus suspect que le mot amour » ? D’autre part on remarquera, si l’on veut se pencher avec sérieux sur les autres religions de voies différentes de l’amour qu’elles produisent aussi dans le domaine de la perfection des mystiques et des saints d’envergure. Bien sûr ces diverses voies sont pour un chrétien incluses dans l’amour du Christ d’une manière implicite. En toute justice le chrétien plus privilégié pensera que Dieu demanderait moins aux autres croyants sur ce sujet. Mais l’immense diversité des âmes, des cultures et des situations rend tout jugement réellement impossible malgré les nombreuses incursions modernes qu’on puisse faire. C’est pourquoi en tout état de cause il faut chercher un autre point de rencontre interreligieux. …On verra que l’amour chrétien « ne s’enfle pas d’orgueil » et que toutes les associations d’origine chrétienne  qui s’impliquent au rapprochement des religions même simplement  œcuménique avec quelque succès pratiquent d’abord l’humilité. Ainsi si l’amour chrétien conduit à l’humilité, ne doit-il pas en être de même pour les autres voies ? Et toute la vie de Jésus-Christ jusqu’à sa résurrection comprise n’en est-elle pas le témoignage, Ô combien ! Alors se pose directement la question : la splendeur de l’univers se suffit-elle à elle-même ou bien n’est-elle pas plutôt une preuve de l’humilité de Dieu Lui-même que le Christ Messianique révélerait par ces trois mots des Évangiles : « apprenez de moi que je suis humble et doux au centre (de cœur) » ? Quant à moi qui ne suis rien dans l’Église, pas même théologien, c’est la thèse qu’il m’est donné de présenter chaque jour sur internet depuis 10 ans et pire encore de l’appliquer aux concrets des sciences ….

3e semaine juin 2010