4e semaine avril 2014

01/05/14 si …

Si le Père vous appelle à L’aimer douloureusement comme IL vous aime, qui êtes-vous ?  Mais est-il possible d’aimer vraiment sur terre sans l’orgueilleuse consolation de soi-même ? Cependant l’humble joie du salut Divin, vive ou non, pénètre jusqu’aux entrailles de l’âme. 

02/05/14 moulues …

La douleur absolue du péché et la joie infinie du salut sont moulues à l’aulne de l’univers.

03/05/14 quand même …

Quand même toutes les créatures (et mon église) t’oublieraient, MOI JE ne t’oublierai pas. La tentation veut nous faire oublier les tendresses de Dieu qui à Lui et aux siens ont tant coûtées. Il nous faut travailler à notre tour aux encouragements sensibles des élus, sauveurs du monde Mais l’amour de Dieu, douleur nue absolue, sans aucune consolation quelle qu’elle soit qui se penche sur son pire ennemi, l’homme du péché originel, pour son seul salut, n’est pas compréhensible. Pour essayer de comprendre quelque chose, il faut se pencher sur l’abîme de l’humilité Divine qui de nature s’anéantit sur la plénitude de néant que de fait nous sommes. Cela d’autant plus que si les sciences pas seulement physiques mais autres arrivent à faire absolument toutes choses, les élus n’en devront pas moins continuer à adorer le Dieu Trine.

04/05/14 salut …

C’est vrai que le salut peut avoir aux yeux de Dieu un prix que notre aveuglement ne voit pas. Mais pour comprendre toutes les religions doivent en revenir au Messianisme de Jésus-Christ.

05/05/14 abrupt …

L’abrupt de l’humilité Divine qui nous enserre de toute part, nous convainc du péché originel. Lutter et aimer sans honneur, sans gloire et sans autre consolation que Ta Paix vive ou non.  Il n’y a pas de pire ennemi de Dieu que l’homme du péché originel. Aussi par infini amour compensateur se penche-t-il sur toutes ses activités dans l’espérance d’un retour en vérité.

06/05/14 seule ….

La plénitude d’humilité est seule en Christ Jésus et par grâce unique aux merveilles de Marie.

 07/05/14 garder …

Bien garder dans l’esprit la nature rédemptrice des douleurs du Christ jésus et de Sa mère. En effet libertés créées au néant nous devons souffrir pour nous en arracher et recevoir l’ÊTRE éternel. Mais séparant contre Dieu le Bien du mal au péché originel, nous sommes révoltés. Aussi de nous-mêmes nous ne pouvons rien. Il faut sans cesse revenir aux évangiles en esprit. Mon âme exulte de joie douloureuse en Dieu mon sauveur, car Il Lui est enfin rendu grâce.  Et ce qui importe ne sont pas nos dons prophétiques mais notre volonté de simple perfection.

2e semaine mai 2014