4e semaine septembre 2010

01/10/10 C’est donc …

C’est donc la foi de toutes les religions sans exception en l’humilité et la douceur du Centre de Dieu, l’Infini, (Son humiliation générale dans la temporalité) qui peut nous guérir dans ce domaine crucial si éloigné de notre nature habituelle orgueilleuse d’amour-propre. Et l’on voit bien, en France notamment, comment le pragmatisme français laïc, chèrement acquis, en attend la reconnaissance universelle qui de plus dans ce qu’il m’a été donné de voir du futur des sciences, devrait, si cependant nous le voulons librement, y être appuyé pour le véritable bénéfice de tous …. En effet il y a toujours eu une étroite corrélation entre la vie matérielle et la vie spirituelle  …. Et fusionnés à l’âpreté joyeuse du cœur Eucharistique, il faut porter notre dossard jusqu’au bout …. Mais le seul mystère radicalement ininterprétable pour l’esprit humain est celui de notre liberté dont nous ressentons pourtant le besoin. Ne devons-nous pas en définitive demander « librement » à l’ »IN-Visible« de nous donner de Lui donner la liberté de toute notre vie ? ….

02/10/10 recevoir …

Recevoir l’abaissement de Dieu Tou t jusqu’à ce que nous sommes et en notre impitoyable fragilité nous en anéantir en Son Cœur. Ainsi où que TU veuilles me mener je te « suis » …. Dans Sa douleur et dans Sa paix indicibles le Christ est venu pour la multitude des tout-petits à la démarche spirituelle chancelante et syncopée. Et les grandes lumières qui peuvent être données, ne sont dues qu’à notre faiblesse extrême, sans cesse à connaître et sans cesse à reconnaître ….. Ainsi toutes les créatures ne sont que parce qu’elles font partie de TOI-Même et dans la temporalité elles ne sont que parce qu’elles font partie de Ton humiliation de l’Éternité au temps …. Dans l’affectivité joyeuse, on oublie que l’effectivité véritable ne peut être que douloureuse ….

03/10/10 volonté …

À Gethsémani, TU nous as montré que TA Volonté inébranlable de tout souffrir pour nous en T’incarnant n’était pas cependant acquise mais à remporter… Fusionner cette volonté dans la joie surnaturelle infinie, douce et délicate, différente de la joie naturelle finie, grossière et violente …. Plus bas que les parcelles de pain, l’Eucharistie consommée au cœur de la croix rédemptrice …. Ainsi comme les moines de Tibhirine, nous témoignons de l’humilité et douceur du Centre Divin ….

04/10/10 venir ….

Venir et revenir, commencer et recommencer, est le lot spirituel des tout-petits jusqu’au bout …. Dieu Éternel s’humilie dans la temporalité, devenant objets et sujets, mais Son humiliation atteint l’illimitation dans la fusion au cœur de l’homme pécheur pour cette vivification, Gloire Divine.  Ainsi Dieu Lui-Même témoigne à la face du monde de L’humilité et de la douceur de Son Centre ….

05/10/10 vocation …

Aussi infime soit-elle, l’union du libre-néant à l’ÊTRE vivant et de l’ÊTRE broyé au néant libre, nécessite l’œuvre de la croix, embrassant toutes activités humaines et est la vocation première et dernière de l’homme…. Tous les chrétiens bons ou mauvais ont du reste ceci de personnel par rapport à toutes les religions, c’est qu’ils témoignent, même malgré eux, du témoignage de Dieu  Lui-Même de l’humilité et de la douceur de Ses entrailles. Chose impossible à imaginer en soi pour l’orgueil humain natif. Et c’est en ceci que réside la révélation messianique universelle du Christ Jésus, d’autant plus, pour ce site, qu’il en est vu un impact particulier sur la vie profane …. La suave brûlure du cœur qui en résulte, nécessite une lutte sans merci contre l’amour-propre …. Et laisser faire le Divin génie du Christ Trinitaire de cet accueil chaleureux de Son humiliation ….

06/10/10 Garder conscience …

Garder conscience de la fusion Eucharistique infiniment humiliée en nous, protégée par la croix …. À TOI cette toute puissante humiliation dans l’homme pour le rehausser à la Gloire Éternelle …. Ainsi de nous-mêmes nous n’aurions pas le courage de notre croix, le Christ la vit en nous …. Au bruyant et vide mouvement orgueilleux du monde correspond cette chaleureuse humiliation ….

07/10/10 embrasser ….

Embrasser étroitement l’amertume chaleureuse de la solitude en Dieu, sachant, dans notre toute petitesse, de la vie du Messie et de sa lutte exsudant de sang, que l’amertume en est plus efficace pour tous, même invisible …. Mais il nous faut dévorer sans cesse l’impatience de notre nature.  En s’humiliant, offrir la liberté de notre néant à l’incarnation en nous de l’ÊTRE Eucharistique ….

2e semaine octobre 2010