4e semaine août 2010

01/09/10 contempler …

Avec la grâce de Dieu qui n’est jamais refusée à l’âme droite, pour un reste de vie, contempler l’agonie de Jésus Trinitaire nouveau-né et de Sa Mère Marie dans toute Sa volonté de nous arracher à la révolte d’orgueil, sensuelle et spirituelle, affectivement aussi bien qu’effectivement …. Pour la survie du monde, unit Jésus à TON baiser avec Marie,  ce vertigineux néant pitoyable ….

02/09/10 petites ou grandes ….

Petites ou grandes, il faut beaucoup d’humiliations, quelle qu’en soit la cause, pour obtenir un peu d’humilité. Petites, ce sont celles de tous les jours, l’objet qui tombe ou se casse, la multitude des contrariétés et contretemps. Grandes, ce sont les douleurs physiques, morales ou spirituelles, vives ou prolongées jusqu’à celles qui  anéantissent tout esprit. Et bien sûr la plus grande, celle finale, qui nous fait rejoindre l’absolu de l’humilité Divine, de notre entrée dans une autre vie de l’Esprit que ce soit du reste notre mort même ou celle de nos proches. Nous nous unissons ainsi à la perfection, qui préside toute voie, de l’humiliation Céleste descendue pour nous de l’Éternité ….

03/09/10 jubilation …

L’histoire de l’humanité temporelle est liée à l’histoire de l’humiliation miséricordieuse Divine devant magnifier une jubilation Éternelle glorieuse de Ses créatures. S’unir donc à l’eau et au sang jaillis par la poitrine de cette humiliation mortelle extrême incarnée en Jésus-Christ. Ainsi nous vivons dès ici-bas l’histoire humble et douce de  l’Au-delà de l’univers, sans bien sûr la jubilation sans nom, (sauf courtes et rares exceptions), qui n’appartient qu’aux Cieux. Mais qu’ici nous avons du mal à lier Toute-Puissance ET humiliation déterminant toutes miséricordes !…..

04/09/10 Joie surérogatoire ….

Pensons à cette joie surérogatoire donnée à Dieu Trinitaire par nos retours de fidélité d’ici-bas. IL nous en attribue le don bien qu’en fait IL n’aurait aucun besoin. Mais dans Son humilité et Sa douceur profonde, IL veut cependant nous en remercier Éternellement sans aucune proportion ….

05/09/10 le reconnaître ….

Il faut le reconnaître. L’approche directe de la nue Vérité fondamentale est dure. Sans accepter la foi en la survie Éternelle de l’Au-delà, ce genre de travail deviendrait réellement insupportable ….

06/09/10 Qui ne dira ?

Qui ne dira jamais l’intensité de la déréliction de la vie de Jésus (dont la moindre particule physique rappelle l’humiliation Trinitaire dans la temporalité) et de Marie Sa Mère Immaculée pour les fautes  et les péchés du monde entier face à notre dureté de cœur et à nos indifférences répétées !?…. Émarger à ce désir intense de Marie d’avant l’incarnation du sauveur universel ….

07/09/10 toucher …

Ne pas avoir peur de toucher du doigt, même jusqu’à leur gloire, les douleurs insondables de la vie de Jésus et Marie. Embrasser l’ardeur douloureuse et bienheureuse de Marie désirant le rédempteur d’Israël pour le monde entier et après Son Incarnation, Sa révélation achevée par la mort, la résurrection, et la Pentecôte désirant la fidélité, pour tous, des élus jusqu’à la dernière fin  …. Mais la révélation de l’humilité et douceur Trinitaire, comme de Son humiliation, coûte chère ….

2e semaine septembre 2010