3e semaine septembre 2013

24/09/13 fondamentalisme …

Le fondamentalisme est l’ennemi de toutes démarches spirituelles. En effet il cherche à tuer pour ne pas être tué et est fortement majoritaire dans le monde humain contrairement à l’humble démarche du Christ Jésus qui demande à la minorité restante de bien se laisser tuer. Qui serais-tu toi pour demander à souffrir plus qu’il n’a pu jamais être octroyé à ta faiblesse ? Néanmoins une seule chose nécessaire ici-bas : tout de Toi jusqu’à notre anéantissement. Tout le reste est une épreuve qu’il nous faut surmonter. À Dieu Seul l’ÊTRE Un qui nous fait vivre. Le projet d’être que nous sommes est donc amené progressivement et librement à cette fusion.

25/09/13 résonance …

Il ne faut voir les choses de la terre que dans leur résonance propre au royaume éternel du Ciel …. Demander l’accomplissement du gibet dévolu non selon notre volonté mais celle du Père. L’humiliation Divine sainte reste le centre de l’humilité et douceur  et de toute voie y amenant …. Mais pour nous chrétiens, bien sûr, il s’agit de la si belle et si pleine voie Juive de l’amour magnifiée par Jésus-Christ, révélant la nature humble et douce même d’un Dieu Un et Trine. 

26/09/13 contraire ….

Il y a toujours en nous très  profondément cette volonté contraire à notre vocation Chrétienne. Liberté d’esprit attachée au néant nous devons rendre notre tablier pour la Gloire de l’ÊTRE.

27/09/13 prisonniers …

Prisonniers des violentes contingences de la temporalité nous aspirons à notre patrie éternelle. Seul l’Amour Chrétien peut proposer au monde le fondement tant contraire à sa propre nature.

28/09/13 emmène …

C’est l’Amour-Dieu qui emmène le Chrétien à l’humiliation Divine comme doivent le faire par des voies différentes les autres religions établies droitement qui veulent se réunir d’esprit. Mais les Chrétiens ont de leur part une responsabilité dans ce travail d’unification spirituel. Aussi l’inexistant serait-il le plus à même de confirmer la révélation Messianique du Christ ?

29/09/13 ainsi …

Ainsi Jésus-Christ à Gethsémani avait la volonté de réunir pour leur salut toutes les âmes autour de Lui, bien qu’il ait enseigné son genre de mort comme absolument imprescriptible. De même nous, ne nous trompons pas sur nous-mêmes mais embrassons la volonté du Père. Ouvert à l’Éternité par la foi vivante nous sommes pourtant bien prisonnier des contingences temporelles que nous avons malgré tout à assumer dans la patience malgré leur relativité. Au Ciel il ne restera de la temporalité que nos intentions de chaque jour magnifiées à l’extrême. Mais sur terre l’humble Amour Divin transforme tous nos vices contrits en simples misères.

30/09/13 chemin ….

Laissés au bord du chemin par l’âge, il reste nos vices en misères partagées et pardonnées. Mais il y en a qui sont peu capables de souffrir et donc en partie même d’être vraiment utiles. …. Jésus-Christ s’ajuste à la foi de chacun. Les différentes églises chrétiennes en précisent certains contours comme les autres religions précisent la nature de l’Être qu’elles connaissent. Cependant à l’intérieur même de chaque église ou religion c’est la foi commune qui prévaut. ….  Pour nous qui annonçons l’universalité du Christ, nous sommes anéantis de sa révélation. Esprits attachés au néant, nous devons renier cette attache pour obtenir l’attache à l’ÊTRE. Les contingences du temps, dans leur faste, cachent la magnificence pérenne de l’Éternité. Contempler le visage intérieur de Jésus au temps des Rameaux peut-être à devoir renouveler.

1e semaine octobre 2013