2e semaine septembre 2008

16/09/08 politique …

La prémonition et les avancées drastiques des sciences profanes indiquent que ces dernières vont être amenées à plonger complètement l’humanité entière dans le religieux. La réponse de sa liberté sera demandée à cette humanité comme à une seule personnalité responsable. Pour la France, il est évident que sa conception de laïcité politique devient à terme parfaitement obsolète. En effet la seule question en lisse va être celle de vouloir notre union à l’Être Suprême, prônée par l’Église, ou non, avec dans ce dernier cas la fin de l’univers programmé et la Parousie du Seigneur. Mais un prophète-baudet n’est qu’un simple signe de croix de l’Église parmi les milliards de milliards effectués quotidiennement à travers le monde ….

17/09/08 vainqueur ….

Avec Jésus et Marie communier à leur volonté de mal-aise rédempteur pourtant repoussant mais en même temps joie du salut jusqu’au dernier cri de la mort vainqueur de tout  … Remplir chaque instant perdu  participant à l’amertume du péché dans la douceur du pardon ….

18/09/08 un seul instant ….

Le Christ Jésus, homme-DIEU, âme-victime sacrifiée tout au long de sa vie, sauf à sa transfiguration Trinitaire du Mt.Thabor, désire la fusion complète, ne serait-ce qu’au deernier moment de notre vie. Un seul instant de la vie de Jésus-Christ a toujours été une victoire parfaite sur Lui-Même, quoiqu’elle lui ait coûtée et dont il nous en a laissé l’exemple à Gethsémani comme pendant toutes les tentations dont il n’a cessé d’être l’objet ….

19/09/08 bourreaux …

Avec les victimes mais aussi avec les bourreaux, car nous savons très bien que, sans la grâce de DIEU, nous aurions pu être également capable de tout ….  Au suaire de Turin, Jésus a voulu laisser l’image de Son empreinte à Ses amis …. Chaque instant de la vie de Marie, puisé en Son Fils, a été comme pour LUI, un instant de parfaite victoire sur elle-même ….

20/09/08 appelle…

« Appelle-MOI, pour que tu viennes » (LUI et moi G.Bossis) ….En effet de nous-mêmes nous ne sommes que fuite de l’ÊTRE. Il nous faut L’appeler pour qu’IL nous fasse venir à LUI. Du reste on le voit bien par notre fuite de la souffrance qui est le fondement même de notre liberté. Mais le Christ Trinitaire n’aimait pas non plus la souffrance et il a fallu les sueurs jusqu’au sang de toutes Ses agonies de DIEU À DIEU pour se vaincre Lui-Même ….

21/09/08 connaissance …

La connaissance de DIEU, qui doit être notre objectif fondamental, tient dans un triptyque :

1/ révélation Biblique par les prophètes juifs

2/ manifestation Messianique par le juif Jésus-Christ

3/ application ecclésiale par la catholicité universelle ;

En réalité ce troisième volet qui consacre en même temps l’ignominie de l’orgueil humain dans laquelle le Christ n’a pas eu peur d’enfermer l’humanité entière [« génération adultère et mauvaise » mat.12/39, 16/4] et la révélation du centre humble et doux d’un DIEU trois fois saint [mat.11/29] (racine de l’Amour et de toute autre voie qui dirige vers Lui) et infiniment miséricordieux, est le plus difficile à emprunter dans sa plénitude. Beaucoup et des plus généreux (Gandhi, etc. …) y achoppent. C’est qu’en effet ce volet nécessite de descendre toujours plus bas en nous-mêmes et notre abjection orgueilleuse, là où DIEU Trinitaire ose Se tenir à nu pour nous relever pleinement dans une union dont sur terre on ne peut se faire idée ….

22/09/08 vraiment …

Oui, vraiment la souffrance sauve le monde car elle forme l’expression de notre liberté mais évidemment vécue dans l’humilité et la douceur, racines de l’amour, sinon, par son contraire, vécue dans la haine elle est damnation…. Et souffrir en croyant véritable, lorsqu’il est impossible de faire autrement ou qu’on se mortifie ce n’est que de la volonté extérieure contrariée, instant après instant. Un des effets de la spiritualité est en fait de changer la volonté intérieure pour que celle-ci agrée de souffrir ce que ne peut pas la volonté extérieure sauf peut-être dans le vice sensuel de masochisme. L’autre effet est bien sûr la foi volontaire en DIEU dont le Centre que nous a révélé le Messianisme de Jésus-Christ est humble et doux ….

4e semaine septembre 2008