Alors il faut faire un retour en arrière pour comprendre d'où vient cette certitude du bienfait unique de la foi et des moyens à employer pour espérer en laisser l'héritage.

Le premier souvenir religieux de ma petite enfance est un petit mois de Marie avec quelques bougies et des fleurs devant l'image sainte sur la cheminée de ma chambre. Cela m'avait semblé merveilleux et j'en ai encore une impression vive. Malgré l' éducation religieuse bourgeoise de cette époque, je n'avais pas de disposition spéciale à la piété. L'éducation chrétienne scoute ne m'a pas marquée outre mesure, sinon que je n'arrivais pas à devoir comptabiliser mes Bonnes Actions. C'est cependant grâce à l'intervention de l'aumônier scout que j'ai pu faire ma première communion à l'école. En effet l'abbé qui nous y préparait, nous faisait faire d'épouvantables devoirs théologiques écrits qui étaient ma hantise. J'avais beau dire à ce prêtre que Jésus ne demandait pas cela; il se contentait de me répondre qu'en effet Il ne le demandait peut-être pas mais qu'il demandait en tout état de cause d'obéir . Je n'avais plus rien à dire sinon mesurer l'antipathie qui nous séparait lui et moi.

   

    

   missionenfantscatholicitéobéirétaisméditaisenfuyaischarismesferveur, deux problèmes, questions du site, introduction à un nouveau livre