problèmes??

Pour arriver au but se posent maintenant deux problèmes:

    Le premier qui est le fond de toute vie humaine, réside dans le fait de parfaire dès ici-bas par la foi une union avec Dieu toujours plus grande.

    Pourrait-on voir à travers ce site et notamment dans le journal au jour le jour comment une âme ordinaire et infime se tortille devant cette nécessité première? En effet l'orgueil viscéral que nous possédons tous, au plus profond de notre être,  se révolte, face à l'humilité suprême de Dieu, malgré le bénéfice incommensurable que nous pouvons attendre de cette union.
(22/03/02 En fait les enfants qui m'ont été rappelés..... ne seraient-ce pas tout simplement " les douces et agissantes vertus " qui me manquent manifestement encore pour une pleine vie éternelle... De toutes façons ce ne sont qu'elles qui peuvent servir aux enfants quels qu'ils soient.
27/05/02 Le Christ a laissé à Ses ouvriers (petits ou grands) le soin de la répartition (visible ou invisible) de Ses mérites et de Ses souffrances pour le salut des âmes du monde entier.
C'est aussi là pour moi, malgré mon indignité, le sens "des enfants" pour les quels je suis resté en vie; sens confirmé par les écrits de sœur Josefa Menendez, LUI et moi, et tant d'autres...)

    Le deuxième problème consiste en ce que la religion s'est séparée de la science, au cours des âges.

    Or d'après ce qui m'en a été montré, la science serait appelée à rentrer bientôt  (?) de nouveau dans la dépendance de la religion, et le monde acculé à la conversion en une certaine disposition à s'humilier devant Dieu...  Face à la nécessité de l'humanité de se choisir, dans ce domaine inconnu jusqu'à ce jour, un conducteur fiable, l'Église hésiterait-elle?

Pour répondre à ces deux questions, pour ma part j'ai choisi le seul Jésus-Christ, dans sa figure catholique, comme maître, messie et Seigneur, avec Marie comme atout.

28/08/02 En proposant ma page mathématique à un professeur de cette discipline de bonne volonté, je me rends compte que si ce galimatias pourrait peut-être avec beaucoup d'efforts arriver à s'expliquer, je me suis complètement trompé quand j'affirme que ma vocation est aussi d'aider la science à franchir le pas de la FOI. En effet dans ce cas je me mettrai en avant et non pas le Christ seul, LUI que j'ai choisi contre moi et qui ne peut régner que sans partage. D'autre part lorsque la science arrivera, par l'un quelconque de ses éminent représentants, à la réalité objective de ma vision, l'acte d'humiliation qu'elle aura à faire ne peut lui être suggéré que par l'esprit du Christ seul et non pas en tout état de cause par la faiblesse orgueilleuse du mien qui capoterait sûrement dans cette entreprise....

  

  

   missionenfantscatholicitéobéirétaisméditaisenfuyaischarismesferveur, deux problèmes, questions du site, introduction à un nouveau livre

 

vie chrétienne