23/02/2009

Introduction à un nouveau livre

Essai de Traité d'unitologie

peuch’doudou

Tous les mystiques, du plus petit au plus grand, ont eu des expériences hors nature. Parmi les visions, locutions intérieures ou extérieures, bilocation ou dédoublement de la personne dans le temps ou l’espace, dons de guérisons ou de prophéties, etc… celle qui nous intéresse particulièrement ici c’est celle des intuitions mystiques scientifiques, investissant un individu non préparé, qui en rapport avec les miennes provoquent des questionnements majeurs. Le grand’père d’un de mes cousins avait durant sa vie rempli des cahiers et des cahiers de motions scientifiques que jamais personne n’a pu déchiffrer et évidemment qui se sont perdues après sa mort. Ces intuitions mystiques peuvent être très précises et d’un niveau élevé, mais en principe ne peuvent déboucher sur quelque chose de concret que lorsqu’elles tombent sur un savant préparé par des connaissances préalables appropriées. (On peut dire que les découvertes des savants récompensés par un Prix Nobel proviennent d’une intuition mystique sollicitée). Pour quoi donc parler de celles dont j’ai été gratifié par mes anges?

Ce n’est ni le relief à l’intérieur de l’écran ou stéréoscopie dont je pense pourtant avoir donné une solution sur internet ( ?). Ce n’est ni le relief à l’extérieur de l’écran ou hologramme dont la définition actuelle me semble incomplète. Ce n’est ni le générateur de matière à spirale qui aurait son homologue dans un coquillage (du Pacifique ?). Ce n’est pas même ce fantastique appareil à venir ( ?) que j’ai nommé intégrateur de puissance. Mais par contre c’est la question de fond qui m’a été posée, à ce propos, sur la nature du Messie et confirmée par l’inversion (il n’y a pas d’autre mot) de cet engin comme du cataclysme définitif qui suivrait.

Pour faire face à cette question prenante, il m’a fallu pendant 40 ans parcourir l’histoire des religions et de la philosophie, méditer et prier intensément. Comprendre que si comme le disait St. Vincent de Paul, « le Bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas de Bien », c’est parce que DIEU LUI-MÊME auteur du Bien est infiniment humble et doux en SON centre à l’inverse de la nature humaine orgueilleuse et violente. Il me fallait en comprendre le pourquoi. J’en ai préféré rassembler les données dans un conte enfantin sur le péché originel accessible à tous (peuch’doudou). Il me fallait aussi établir, au moins les principes, de l’unité véritablement catholique de la métaphysique dont la science de demain aura besoin. Quant aux précisions scientifiques je me suis bien engagé avec la stéréoscopie dont les principaux éléments sont archi connus. Dire les conditions des mathématiques, pour l’élaboration de l’intégrateur, alors qu’elles nécessitent une révolution complète pour envisager les sciences unies à la foi et à la philosophie, c’est vraiment une gageure ! Je n’en ai transmis que le peu en ma possession.

Concernant les épreuves mystiques, il y a déjà très longtemps, la télévision française reproduisait un flash de la télé chinoise montrant un jeune homme sur lequel des vêtements brûlaient  à certains endroits. Cela en soi n’avait pas d’autre signification qu’un fait divers inexplicable, alors que nous savons que les vêtements qui s’enflammaient sur la religieuse du Sacré Coeur de Poitiers, Josefa Menendez, montraient la réalité de l’enfer. Ainsi dans la mystique ce qui compte c’est la droite finalité qu’on veut bien lui donner. Finalement ce n’est pas parce qu’on a eu ou qu’on a des expériences mystiques qu’on est pour cela « un mystique ». Mais il est nécessaire particulièrement à ceux qui ont été doté de ces manifestations de faire un constant effort sur soi-même.

St. Jean de la croix écrivait avec juste raison que pour pallier les orientations soit il est vrai bénéfiques mais aussi possiblement maléfiques, la solution spirituelle pour les mystiques était d’entrer dans la nuit de la foi, sans plus tenir compte de ces expériences eschatologiques. Mais ce saint était un mystique de grande envergure, vivant dans une grande austérité. Or la plupart des apprentis mystiques, ceux que j’appelle les enfants-de-rien, sont parfois terriblement marqués par ces manifestations souvent extrêmement évidentes. Et de toute façon ils cherchent d’abord une explication valable. Y renoncer fait preuve déjà d’un très grand progrès dans la vie de l’esprit, dont tous ne sont pas capables immédiatement.

Ceci dit l’expliquer n’est pas facile, et les mots eux-mêmes peuvent avoir d’autres sens que ceux normalement compris. Mais je m’adresse d’abord aux mystiques de tous bords, en me contentant de témoigner, dans un langage qu’on peut dire prophétique, redisant sans cesse la même chose avec seulement quelques nuances nouvelles. Finalement j’ai donc abandonné en cours la classification de ce que j’avais tout à fait improprement appelé une « analyse ». À chacun dès lors de chercher sa pâture dans une tranche du journal déroulé au jour le jour tel quel avec ses hauts et ses bas. Il faut noter également que pour plus de clarté quelques courts écrits ont été repris du livret précédemment édité.

Ce qui importe, dans l’optique d’une conversion du monde sollicitée en partie par les avancées techniques que j’ai vues, c’est établir la vérité du seul homme, seul Messie, Jésus-Christ, sur lequel l’humanité doit se reposer jusqu’à la fin des temps. Il fallait montrer en conséquence le cœur de son enseignement universel à la fois assoyant l’Amour Chrétien et en même temps assoyant en esprit et vérité le fondement de toutes autres religions qui ont des voies différentes et expliquant aussi ses souffrances incommensurables et sa mort.

Maintenant si j’entraîne ma femme, Evelyne, dans cette aventure en publiant en même temps quelques-uns de ses poèmes (non choisis) c’est qu’elle, non-mystique à l’inverse de moi, par notre longue cohabitation d’amour a parfaitement compris l’essence de ce que je veux annoncer. Souvent du reste si je veux signifier quelque chose à quelqu’un, il me suffit de prier et  c’est elle qui le précise mieux que je ne pourrais le faire.

   missionenfantscatholicitéobéirétaisméditaisenfuyaischarismesferveur, deux problèmes, questions du site, introduction à un nouveau livre