Bachotage

Le jour de l'oral de la première partie de mon bachot repassé pour la deuxième fois, je n'avais pratiquement qu'une vague relecture de l'année précédente. Aussi à mon interrogation d'histoire sur Louis Philippe, j'ai du répondre que je pensais que ce devait être un roi Français qui avait donné son nom à un style de fauteuil, mais que de toute façon étant à la fin du programme je n'avais rien lu de ce qui pouvait le concerner. Cette réponse a surpris l'examinateur qui m'a interrogé sur ce que je voulais réellement. Par une indulgence qui vu les événements extérieurs, ne semblait pas étonner à l'époque, il s'est refusé à me mettre un zéro éliminatoire.

Enthousiasme imprévu

En physique par contre, le professeur m'ayant demandé une formule d'électricité que je ne savais ni d' Ève ni d' Adam mais ayant cherché à comprendre, sur les conseils de mon ami Dubois, ce que l'on voulait nous enseigner sur ce sujet, je demandais l'autorisation de me servir du tableau et avec une vélocité qui m'étonnait moi-même, je reconstituais les données de l'expérience qui devait aboutir à la solution cherchée.

Je vois encore ce professeur se lever violemment, interpeller tous les candidats présents et faire un long éloge dithyrambique et disproportionné de mon exploit. De plus il me montre la note qu'il me donnait et qui devait rester secrète jusqu'à la publication des résultats soit 19/20, en me disant encore que je méritais mieux mais qu'il lui était difficile de noter autrement.

A la sortie je ne peux m'empêcher de souligner mon succès fracassant à un de mes camarades qui me dit tout bonnement: oh! ce type est connu, il est complètement fou, c'est un chercheur au "Centre de Recherche de l'époque". Mais par contre les sciences devaient me jouer un tour défavorable l'année suivante à la deuxième partie .

Étude Philosophique

J'avais refusé à mes parents de continuer à jouer la comédie du lycée et je m'étais contenter de suivre des cours à la Sorbonne. Par suite des circonstances, cette année là il n'y avait qu'un écrit de philosophie et pas d'oral. C'était une chance inespérée pour moi.

Je vois dans l'un des trois sujets proposés qu'il s'agissait de la lumière. Aussitôt avec enthousiasme je compose tout ce que je croyais savoir sur ce sujet. A la sortie, je dis à un de mes compagnons: pour moi c'est dans la poche, j'ai fait une rédaction faramineuse.

L'autre me regarde ahuri et me dit: ça n'a rien à voir avec le sujet! Effectivement abusé par le mot "lumière" qui figurait bien dans le texte, je n'avais pas même pris le temps de vérifier de quoi il pouvait s'agir, emporté que j'étais par cette question brûlante pour moi. Cela du reste était bien le dernier de mes soucis et je restais malgré tout parfaitement content de ma copie philosophico-scientifique, mais naturellement ce genre d'examen en est resté là, tout autant que mes hypothèses sur la question .

           détail

                  questionvisiontémoinexpliciter, réflexions, union science/religion, conséquence/renouveau humain. note actualité sept 2001 , conditions conversion d'israel, Pourquoi la conversion d'israel