La palpation alors dans l'espace en profondeur ne paraît pas nécessaire puisque chaque photographie représente la possibilité de contrastes marginaux des valeurs/couleurs et que c'est ce que l'oeil recherche en premier.

Ici vient se poser la description d'une expérience que l'auteur a faite à un dénomme Pfeffer en 1966 dont il avait lu un ouvrage sur la vision des couleurs. Aucune réponse n'ayant été faite par ce Monsieur, et n'ayant pas la possibilité de la réaliser par ailleurs, bien que certain des résultats, cette dernière est tombée dans l'oubli:

vous placez l'observateur (le sujet) devant deux plots manipulables en profondeur chacun séparément par un système coulissant, le champ de chaque oeil étant rigoureusement cloisonné, figure n°6:

strombfig6.jpg (20304 octets)

vous demandez à l'observateur de manipuler chaque plot avec une manivelle de commande de façon à les placer au même niveau. Si l'observateur a une vue normale et si les plots sont de même valeurs/couleurs, il doit arriver à placer chaque plot, chacun à la même hauteur. Mais si les plots sont de valeurs/couleurs différents il en sera tout à fait autrement, et il y aura toujours un décalage en profondeur, si minime soit-il, malgré l'attention et la bonne volonté du sujet.

Cette expérience malgré sa simplicité n'est certes pas facile à réaliser. Nous ne savons pas si elle a été faite mais par l'expérience de l'auteur en peinture, nous savons déjà que ses résultats sont évidents. Il s'agit ici de plots de certaine surface représentant des taches; on peut imaginer une autre expérience ayant des lignes comme champ d'étude.

Aussi du fait de cette manière d'appréhension des taches dans l'espace, la vision contemplative en stéréoscopie a plus de mai à percevoir les contrastes globaux ou plutôt se sent moins à l'aise que pour percevoir les contrastes marginaux.

En effet l'oeil cherchant à saisir les taches plus que les lignes comme dans le schéma de la figure n°7 ci-contre, suppose, pour la saisie des valeurs/couleurs sans recours appliqué aux contrastes marginaux, une liberté d'appréciation des profondeurs que l'image imposée de la stéréoscopie contrecarre.

strombfig7.jpg (32395 octets)

         traité        conclusion g 8