Il faut donc pour que la vision "contemplative" puisse s'épanouir en stéréoscopie, trouver un leurre qui permette à l'oeil de saisir l'appréciation libre des taches valeurs/couleurs.

La solution a été donné à l'auteur alors que dans ses recherches picturales il avait intuitivement créé des peintures à taches cruciformes de couleurs pures en 1977.

Après avoir exécuté une vingtaine de ces travaux et les avoir exposés, une toile représentant le Sacré-Coeur du Christ révélait, à la suite d'une soirée dansante, ses possibilités stroboscopiques (alors que le peintre n'avait cherché à rendre que le maximum d'intensité coloré) par le battement visuel continu du coeur de Jésus, à la lumière colorée intermittente.

Ce type de peinture a alors été baptisé par l'auteur de stromboscopique, de strombolien (Puissance du Christ) et stroboscopie technique du procédé.

En effet, si l'on instaure dans l'image stéréoscopique une alternance de couleurs chaudes et froides, éteignant à tour de rôle les couleurs contraires et permettant ainsi la vision privilégiée à chaque fois d'une valeur/couleur déterminée, on redonnera à l'oeil un semblant de liberté de prospection spatiale et l'on aura grande chance de supprimer le malaise imperceptible mais réel que rencontre la vision "contemplative" dans la sélection stéréoscopique pure.

N.B.- Ce traité ne décrit pas la solution apportée qui d’une part pourrait être réservée à l’obtention d’un brevet et en tout état de cause nécessite un travail approfondi de précision sur les conditions de la vision.

     traité